Les bonnes résolutions, c'est comme les cortèges. Avec les fanfares et leurs majorettes pour l'illusion, les cuivres pour être sûr que tout le monde entende et les tambours pour être sûr que tout le monde écoute.
...

Les bonnes résolutions, c'est comme les cortèges. Avec les fanfares et leurs majorettes pour l'illusion, les cuivres pour être sûr que tout le monde entende et les tambours pour être sûr que tout le monde écoute. Les résolutions ? Tu parles ! Moi, la première sera de ne plus répondre à tous les souhaits de bonne année. Je sais que vous me souhaitez le meilleur. Moi aussi d'ailleurs mais pas besoin de se le dire. Quand on se voit, ça se voit, non ? Un regard et on sait si c'est sincère, intéressé ou robotisé. Marre des bons voeux. Sauf Igor, mon pote de génie. Cette année : " Troupeau de bons boeufs ". Joli. D'autant plus que les veaux continueront de faire meuuuuhhh et surtout de regarder passer les trains. Après avoir fourré la dinde, on va se fourrer, une fois de plus, le doigt dans l'oeil. Ce qui ne m'empêchera pas de pleurer sur les promesses infidèles et de cracher sur nos hontes. Les résolutions qu'on prend pour faire sa révolution finissent souvent par tourner en rond. Logique, c'est même la définition. La révolution tourne en rond. Parfait pour les indécis comme moi. Est-ce qu'on reste ou est ce qu'on brise le cercle du silence ? On pourrait s'inspirer de Mourinho. Ce mec est tellement trop fort en tout que normalement il devrait inventer un nouveau sport digne de lui. Eh bien non, il reste dans le foot. Merci José. Pourtant, il attrape des cheveux gris. Sans doute son côté acide. Moi, ce que j'aimerais, c'est qu'il reprenne Waasland-Beveren. Qu'il devienne champion de Belgique et puis qu'il gagne la Ligue des Champions dans les trois ans. Là, je serais vraiment épaté. Et sans transférer pour 100 millions d'€. Et sans mettre son doigt dans l'oeil d'un collègue. J'aimerais d'ailleurs que TitoVilanova aille mieux. On dit que le bonheur guérit de tout. Putain, le bonheur qu'il nous donne avec ses magiciens, il faut qu'il en garde un peu pour lui. Et qu'il le partage avec Abidal. Et puis que Leo " la morphine " continue de faire du bien au monde. Si Tito et Eric guérissent, sûr que Messi sera un Dieu vivant. Il le peut, lui qui offre l'abondance sans jamais lasser ou te gaver. Mais pour l'instant, il reste un homme. 91 buts en 2012, et pourtant il rate le plus facile, le plus important. Un péno contre Chelsea et pas de finale. Quand on dit ça, on dit que le parcours 2012 des " Blues " était écrit. Dans les cieux. Surtout que c'est " bientôt Dieu " sur terre qui donne un coup de pied en forme de coup de main. Du coup, Villarreal et le Celta Vigo rentrent dans les livres d'histoire. Ce sont les deux seules équipes contre qui " LaPulga " a joué sans marquer en 2012. Un exploit dont Villarreal ne s'est jamais remis, il est descendu en D2. Au Celta, on prie pour que la légende ne se gave, un peu plus, d'un " hasard Messiyin ". 91 buts et 23 assists, donc une implication dans 114 buts en une année. Inouï ! En championnat, il en a marqué 59. Plus que toute l'équipe de Valence, 3e de Liga la saison dernière. Il devient aussi décisif en équipe nationale. En 2012, il a mis 1/3 des buts de l'Argentine. En 2014, il marquera 15 buts à la Coupe du Monde sur les terres de l'ennemi brésilien. Et comme seul un Dieu peut vaincre les Diables, en finale, il en mettra cinq. Contre la Belgique qui avait éliminé le Brésil en 1/2 finale grâce à un but de TimmySimons en prolongation. Timmy qui sera transféré au Barça. Avec Eden pour remplacer Leo qui aura pris sa retraite. Hazard en Catalogne, ce tout frais tout nouveau pays. Puis, il deviendra capitaine d'un autre tout nouveau pays. La Wallonie. Y a un autre petit pays qui a un projet très intéressant. La fédé norvégienne veut changer les règles du foot. Trop de scores fleuves dans le pays des Fjords. Dès 4 buts d'écart dans un match, les menés peuvent jouer à 12 contre 11. Véridique ! Je parie qu'ils y ont pensé le 1er janvier. Ça changera rien mais quitte à faire n'importe quoi, faisons-le. Plus que jamais, soyons fous ! Le pire, c'est de ne pas oser. Messi a été impliqué dans 114 buts en 2012.