Ce mercredi, Jacques Santini règlera sa mécanique lors d'un match amical en Tunisie, histoire de remplacer Roger Lemerre, bien sûr, mais surtout d'exorciser la Coupe du Monde et de préparer les éliminatoires de l'EURO 2004. L'homme a du métier mais n'était pas toujours très cool avec la presse du temps où il dirigeait Lyon. Ce ne sera jamais son fort mais il a d'emblée ins...

Ce mercredi, Jacques Santini règlera sa mécanique lors d'un match amical en Tunisie, histoire de remplacer Roger Lemerre, bien sûr, mais surtout d'exorciser la Coupe du Monde et de préparer les éliminatoires de l'EURO 2004. L'homme a du métier mais n'était pas toujours très cool avec la presse du temps où il dirigeait Lyon. Ce ne sera jamais son fort mais il a d'emblée insisté sur la nécessité d'un bon climat à entretenir entre tous, dont la presse et le groupe France. Il est vrai que le temps avait souvent été à l'orage entre Aimé Jacquet d'abord, Roger Lemerre ensuite et une partie de la presse sportive. Santini n'a pas entrepris de se lancer dans une révolution du noyau. Il part du principe que l'aventure en Corée était un accident de parcours et que les valeurs de base du groupe existent mais les hommes forts doivent aller en appel: Candela, Desailly, Thuram, Petit, Vieira, Zidane, Henry, Wiltord, etc. Pour les secouer, les placer au pied du mur, Santini a fait appel à quelques jeunes qui ont pour nom Gouvou (Lyon,) Réveillère (Rennes), Cheyrou (Liverpool), Bréchet (Lyon) et surtout le phénomène d'Auxerre: Mexès. Tout le monde savait que ce défenseur remplacerait un jour le PrésidentLaurent Blanc dans l'estime et l'admiration de tous. Mais de là à gagner les élections pour une présence avec les A en Tunisie, il y avait de la marge que le nouveau coach a franchi pour susciter un coup de fraîcheur. Mexès profite du retrait de Franck Leboeuf et l'Auxerrois ne devrait pas en rester là. Né le 30 mars 1982, en Haute-Garonne, il fit ses classes à Toulouse avant que Guy Roux ne le fasse venir à l'AJ Auxerre. Il prit part à son premier match de D1, le 10 novembre 1999, contre Troyes. Arrière central racé, champion d'Europe des -18 ans en 2000, Mexès a tout de suite attiré le regard des grands d'Europe et il a déjà noté pas mal d'offres d'Italie mais préfère patienter à Auxerre où il joue les affiches en France et progresse en Coupe d'Europe. Une prudence qui rapporte. Après la Tunisie, la France aura rendez-vous avec Chypre, le 12 octobre 2002, à St-Denis, afin d'entamer les qualifications de l'EURO. (P.Bilic)