LE NIVEAU DE LA SUÈDE
...

LE NIVEAU DE LA SUÈDE" Quand on regarde les résultats bruts des deux premiers matches, ce n'est pas brillant. Ne pas réussir mieux qu'un 0-0 contre Trinité & Tobago, puis gagner de toute justesse 1-0 face au Paraguay, ce n'est pas impressionnant. Il y a d'ailleurs eu des critiques très dures au pays après le nul contre Trinité & Tobago. Moi, je vois les choses autrement : dans ces deux rencontres, la Suède a dominé de la première à la dernière minute, elle s'est créé beaucoup d'occasions, elle méritait beaucoup mieux qu'un point dans son premier match et la victoire qui a suivi contre le Paraguay ne se discutait pas. Face à l'Angleterre, chaque équipe a pris une mi-temps à son compte : la première pour les Anglais, la deuxième pour les Suédois. Faire jeu égal avec ce pays, c'est aussi une performance. Donc, il n'y a pas à se plaindre. La Suède est allée en Allemagne avec un objectif précis : la qualification pour les huitièmes de finale. Il a été atteint, donc tout va bien. Evidemment, on peut toujours ergoter sur le style de jeu. Même quand il y a des occasions de but, ce n'est pas nécessairement flamboyant. C'est un problème vieux comme le monde dans mon pays : les gens attendent depuis longtemps d'avoir une sélection spectaculaire. Il faut rester réaliste : quatre qualifications consécutives pour l'EURO ou la Coupe du Monde, c'est le maximum possible, en utilisant nos armes. La Suède n'est qu'un petit pays de 9 millions d'habitants, il ne faut pas lui demander des exploits irréalisables. Nos clubs ne vont jamais loin dans les Coupes d'Europe, cela illustre quand même le vrai niveau de notre football. Nous ne serons jamais le Brésil ou l'Argentine : gagner des matches en pratiquant un football organisé et en misant d'abord sur la contre-attaque, ça va rester une réalité en Suède et il n'y a pas de honte à cela ". LE NIVEAU DE CHRISTIAN WILHEMSSON" Je l'ai trouvé assez bon contre Trinité & Tobago puis face au Paraguay. Comme tous les Suédois, j'ai été surpris qu'il ne commence pas le match contre l'Angleterre. Le coach s'est justifié en disant qu'il voulait favoriser le jeu défensif, qui n'est pas le point fort de Christian Wilhelmsson. Mais je n'ai quand même pas retrouvé le joueur d'Anderlecht. Quand il joue avec le Sporting, il est en pleine confiance, ça se voit au premier regard. Il ose, il dribble, il est à l'aise. En équipe nationale, c'est très différent : l'environnement lui est beaucoup moins familier et il ne se lâche pas de la même façon ". L'AVENIR DE CHRISTIAN WILHEMSSON" Il pourrait rester à Anderlecht. Rien n'est exclu. Plusieurs clubs sont concrètement intéressés, mais il n'ira pas n'importe où. Il est toujours sous contrat avec Anderlecht et a donc les cartes en mains, il ne doit pas partir à tout prix. Je suppose qu'il va s'en aller mais il n'a pas encore pris sa décision. L'Angleterre ? Avec sa vivacité, il pourrait fuir les gros duels physiques avant qu'ils ne se produisent... Mais bon, honnêtement, ce n'est quand même pas là que je l'imagine le mieux. Je le vois plutôt briller en France ou en Espagne ".