1 EIDUR GUDJOHNSEN - ARCTIC MONKEY

On nous a fait croire qu'à 35 ans, il était la solution d'avenir pour le Club Bruges et qu'on allait bâtir autour de lui. On lui a fait croire qu'il serait une vedette et deviendrait champion de Belgique. Et on a fait croire au Cercle Bruges qu'il n'avait plus besoin de lui. Tout le monde a été grugé, sauf peut-être le Cercle, qui est devenu le seul club de l'histoire des play-offs à survivre aux PO3 et au tour final de D2.
...

On nous a fait croire qu'à 35 ans, il était la solution d'avenir pour le Club Bruges et qu'on allait bâtir autour de lui. On lui a fait croire qu'il serait une vedette et deviendrait champion de Belgique. Et on a fait croire au Cercle Bruges qu'il n'avait plus besoin de lui. Tout le monde a été grugé, sauf peut-être le Cercle, qui est devenu le seul club de l'histoire des play-offs à survivre aux PO3 et au tour final de D2. On dit que certains brassent du vent pour masquer leur propre incompétence. En disant cela, on a résumé le personnage. En même temps, on ne doit pas s'attendre à grand-chose de quelqu'un qui propose de repeindre la pelouse en mauve et de construire un stade en aluminium, 13e élément du tableau de Mendeleïev (13 est le matricule du club), et qui in fine conduit un des clubs les plus vieux et honorables de la D1 à la faillite. Oyé, oyé supporters, venez, venez assister à un spectacle inédit de football en Wallonie. Au choix, on vous offre la possibilité de tester nos ornières et notre demi-stade ou, la semaine suivante, de profiter d'un clair de lune avec une vue unique sur les buildings et la grue qui a servi de démontage des tribunes et qu'on a laissé là juste pour vous. PS : En cas de pluie, vous serez aux premières loges pour goûter aux charmes de la Belgique ! Il y a quelques années, il empilait les buts aux côtés de Jelle Vossen pour Genk. Il a fallu un transfert à Majorque, clos quelques minutes trop tard et donc retardé de quelques mois, pour dérégler toute la machine. Depuis lors, il traîne son spleen et n'arrive plus à marquer, ni en Espagne, ni en Belgique (Standard, Beerschot et OHL). Et dire qu'il y a deux ans, on en faisait un candidat numéro un pour animer l'attaque des Diables au Brésil ! Il incarnait la relève des entraîneurs belges. Il avait fait du Cercle un club sexy. On faisait de lui le petit prince de la corporation, les grands clubs belges l'avaient noté dans leur calepin. Ça, c'était avant des licenciements au Beerschot, à VV Venlo et à Waasland Beveren. Aujourd'hui, il est sans emploi et le Cercle n'est plus sexy du tout. Il suffit de voir Lorenzo Staelens en survêtement. Et les grands clubs belges ne le connaissent plus. Ça arrive à tout le monde d'avoir une mauvaise idée. Mais quand on commence à les cumuler, ça frise la bêtise. Il a d'abord placé son club aux mains des agents, puis il a fait fi de ses propres supporters en tentant de déménager Zulte Waregem à Ostende et à Anvers. Après avoir créé des incendies tout l'été, il s'est finalement brûlé dans l'histoire du brassard. Heureusement, qu'en dehors du foot, tout va bien. Ah non ? On l'a plus souvent vu lancer des roquettes dans les journaux que sur le terrain. Quand on vous le présente en disant qu'il faisait partie du noyau des Pays-Bas, finaliste de la Coupe du Monde 2010, dès le départ, on se dit qu'il y a quelque chose qui cloche. Car que viendrait faire en Belgique un finaliste de la CM ? A moins qu'il soit has been. Ben, c'est le cas... Pour les supporters anderlechtois qui se demandent de qui on parle - ils ne l'ont entraperçu que 36 minutes la saison passée et 112 minutes cette saison-ci- petit rappel. C'est un attaquant suédois, qui a flambé - paraît-il - dans cette pépinière de talents qu'est l'Heracles Almelo (en Eredivisie voisine) et qu'Anderlecht, séduit par son pedigree - a fait venir en janvier 2013 pour anticiper le départ de Dieumerci Mbokani. Au final, ils sont partis en même temps... Mircea Rednic a eu nez le creux en transférant il y a un an deux joueurs roumains. Car le fabuleux Adrian Cristea et le pivot moderne, George Tucudean ont marqué à jamais l'histoire du Standard. Après une saison incroyable, ils ont chacun obtenu le transfert de leur rêve. Tucudean continue à enfiler buts sur buts au Dinamo Bucarest où il a déjà scoré à 4 reprises et Cristea a explosé au Steaua (4 matches), ce qui lui a permis de passer un palier supplémentaire en signant en Israël. Il aurait coûté 2,5 millions d'euros. Devant une telle somme, on se dit que soit Anderlecht avait un gros service à rendre à son agent, ou que soit les vidéos envoyées de Belgrade ont été trafiquées. Dernière hypothèse : Anderlecht croit qu'un médian défensif, ça fait de toute façon tache quand on prône le football champagne. Il n'a en tout cas pas à pâtir de la comparaison avec Sacha Kljestan ou De Zeeuw. C'est déjà ça. PAR STÉPHANE VANDE VELDE - PHOTOS : IMAGEGLOBE