1 ROLANDO LA MAUVAISE BLAGUE DE LUCIANO

Pour l'attirer dans ses filets, il a fallu quasiment le séquestrer plusieurs heures pour qu'il accepte le court séjour bruxellois. Arrivé en tirant la gueule, il a réussi à filer sa mauvaise humeur à toute la maison mauve. Et si Lucien D'Onofrio avait toujours le coeur rouche et jouait au faux-amis avec Roger ? Arrivé à Marseille cet été, et rapidement tête de Turc de la L1, Rolando est aujourd'hui annoncé à l'Inter. Mais quand cette mauvaise blague va-t-elle s'arrêter ?
...

Pour l'attirer dans ses filets, il a fallu quasiment le séquestrer plusieurs heures pour qu'il accepte le court séjour bruxellois. Arrivé en tirant la gueule, il a réussi à filer sa mauvaise humeur à toute la maison mauve. Et si Lucien D'Onofrio avait toujours le coeur rouche et jouait au faux-amis avec Roger ? Arrivé à Marseille cet été, et rapidement tête de Turc de la L1, Rolando est aujourd'hui annoncé à l'Inter. Mais quand cette mauvaise blague va-t-elle s'arrêter ? A croire qu'on peut trafiquoter les CV. On a encore en mémoire la direction mauve se poussant du col l'hiver dernier après avoir fait signer un international allemand, calquant son discours sur celui du bide Demy De Zeeuw arrivé deux ans plus tôt. Depuis son transfert à Chelsea en 2011, le " Messi allemand " (sic et resic) est en totale perdition. Aux dernières nouvelles, le petit Marin a été vu du côté de Trabzonspor.Quand les moyens sont limités, il vaut donc mieux pas se louper. Eh bien c'est raté, surtout quand votre transfert le plus cher (2,2 millions d'euros) se barre en prêt après six mois et un petit but. En même temps, un petit coup d'oeil à sa fiche Wikipedia suffisait pour se rendre compte qu'on ne détenait pas là un buteur de haut vol. Avant de tenter le coup à Angers, l'attaquant guinéen a quand même tenu à rappeler à Ferrera qu'il n'était personne alors que lui venait de Lyon. Mais où ça à Lyon ? Comment un double champion de Belgique en titre, le plus beau pedigree de ces deux dernières années (pour l'actuelle, ça risque d'être plus compliqué), peut-il se trouver dans le classement des arnaques ? L'intéressé, lui-même, aura surement l'honnêteté de reconnaître qu'il n'y est pour rien tant ses apparitions furent faméliques. Mais David aura au moins servi à faire tourner la planche à billets d'Anderlecht, Gand et Charleroi à la plus grande joie des différents intermédiaires. Quand vous pensez Brésil, vous pensez Pelé, Rai, Romario, Ronaldo, Neymar, etc. Certes, il y a eu l'humiliant 1-7 face à l'Allemagne pour démythifier le pays du football. Et puis pour nous, petits (ou pauvres) Belges, il y a Claudemir, la version encore moins élégante de Timmy Simons (oui, c'est possible) dans le milieu du jeu Blauw en Zwart. Un homme réputé pour ses longues rentrées en touche et c'est à peu près tout. L'homme a débarqué au RMP comme directeur sportif accompagné d'une réputation quelque peu sulfureuse mais surtout un aplomb sans pareil. Jugez plutôt (extraits du Foot Mag du 5 août) : " Dès la saison prochaine, les meilleurs clubs belges vont nous trouver sur leur route dans le recrutement. " Ou : " L'institution, c'est Mouscron. Même pas la direction. On n'est que de passage mais on veut que ce passage s'écrive en lettres d'or. " Deux semaines plus tard, Teni Yerima était prié de plier bagage. C'est pas moi, c'est lui. On n'a jamais vraiment su qui a eu cette idée folle de confier les clefs du Standard à Slavo Muslin. Arrivé le 30 juin en bord de Meuse, il est reparti deux mois plus tard après une peu glorieuse élimination européenne face aux Norvégiens de Molde. Ses compositions souvent surprenantes comme ses entraînements d'un autre temps ont eu raison de lui. Pour le remplacer, la direction rouche a choisi son opposé : un gamin de 35 ans, sans expérience.Il lui aura quasiment suffi d'une frappe surpuissante venue trouer les filets de Yohann Thuram lors d'une gifle façon BlauwenZwart (7-1) face au Standard pour convaincre Watford de lâcher les biftons. A Bruges, on s'est frotté les mains avec ces huit nouveaux millions en caisse pour un attaquant physiquement déroutant mais encore trop pauvre techniquement. Espérons aussi que son envie bien trop pressante d'aller voir ailleurs ne lui a pas brûlé les ailes. Ce penalty arrêté devant Bryan Ruiz, ce coup de boule mythique en Ligue des Champions face à l'AZ, la course folle qui a suivi dans un Sclessin en transe, tout ça c'était avant. Avant un transfert foireux à Porto, le passage à Galatasaray et la tentative de relance à Bruges où le gardien turc est passé de titulaire à réserve de Bruzzese, lui-même doublure de Bossut l'an dernier à Zulte Waregem. Et ce n'est pas la venue du Français Ludovic Butelle qui devrait ralentir la chute. La hype ne dure qu'un temps. Demandez à Glen De Boeck. Et le lange Bob peut confirmer. Après les succès et louanges au Cercle et ce transfert vers Gand censé le mener vers les sommets, c'est la galère. Que ce soit à Gand, Waasland-Beveren, Charlton ou Lokeren, les passages auront été amers. Et on se demande bien pourquoi les dirigeants de Westerlo s'entêtent...