Il est très - trop - tentant d'expliquer la baisse de forme du Club Bruges à partir de la douzième journée par l'absence d'un seul homme, Arnaut Danjuma Groeneveld, le successeur de 21 ans de Limbombe. N'empêche, le Hollandais a indéniablement laissé un vide.
...

Il est très - trop - tentant d'expliquer la baisse de forme du Club Bruges à partir de la douzième journée par l'absence d'un seul homme, Arnaut Danjuma Groeneveld, le successeur de 21 ans de Limbombe. N'empêche, le Hollandais a indéniablement laissé un vide. Lors de la onzième journée, la première post- Footgate, il a quitté le terrain et n'a plus joué de tout l'automne. À ce moment, le Néerlandais, auteur de quatre buts et trois assists, avait contribué au 26/30 de son équipe. Danjuma s'est blessé et le Club s'est empêtré à Waasland-Beveren puis plusieurs autres fois. Sans le Néerlandais, il n'a gagné que 16 points sur 33. Mais cette explication à elle seule ne suffit pas. D'autres joueurs ont fléchi. Comme Ruud Vormer, en délicatesse avec l'aine. Son bilan : trois buts et trois assists, contre sept buts et quinze assists lors de ses six premiers mois sous les ordres de Leko. C'est un fameux fléchissement. Vormer a même fait banquette car l'entraîneur n'accorde carte blanche à personne. Cools, important dans l'équipe championne, en sait quelque chose. L'arrière droit n'a pas retrouvé son niveau et Leko lui a rapidement préféré le jeune Vlietinck, en attendant le rétablissement du nouveau numéro un, Clinton Mata. Une fois guéri, Mata a conservé sa confiance, surtout sur base de ses statistiques défensives car avec un assist en douze joutes, il est très loin d'un Thomas Meunier. Wesley a pris un excellent départ - six buts et deux assists lors des dix premiers matches - mais a souffert du manque d'approvisionnement et a surtout fait office de passeur (quatre assists de plus) ensuite. Plus un goal. Il a surtout occupé les défenseurs adverses. Heureusement pour Leko, sa défense ne l'a pas laissé tomber. Karlo Letica était encore un peu trop vert pour défendre le but. Il a encaissé treize goals en douze matches et n'a réussi que quatre clean sheets mais a surtout été trop hésitant. Le Club semblait en proie à un nouveau problème de gardien quand Horvath a profité de la blessure de son collègue. Il est venu, il a vu et a tenu. Bruges a la quatrième défense d'Europe, Horvath n'a encaissé que neuf buts en championnat et a réalisé une série d'interventions décisives. Le Club a réussi à construire le jeu depuis l'arrière. Sa campagne européenne a requis son tribut mental mais le pire est passé. Il reste certes l'Europa League mais les ailiers reviennent et ça ne peut qu'aller mieux. Avec sept buts et douze assists plus une volée de mouvements qui ont amené d'autres goals à une équipe qui en a inscrit 48 en championnat cette saison, Hans Vanaken a été crucial pour le Club Bruges. Durant les premiers mois, il a fait ce qui avait déjà réussi avec Izquierdo et Limbombe : rendre l'ailier important. Le talentueux Arnaut Danjuma en a profité pour faire parler de lui. Une fois blessé, en l'absence de doublure, l'occupation de terrain a changé. Vanaken et Schrijvers (ou Vormer) se sont relayés en soutien de Wesley. La phalange a aisément trouvé le chemin des filets. Année après année, le favori au Soulier d'or présente des chiffres doubles en matière de buts et d'assists mais cette année est vraiment un grand cru.