1. Felipe, Grncarov, Wasilewski : mauvais élèves

Ce qui s'est passé à la fin du match Lierse-Standard est incompréhensible et inacceptable. La deuxième carte jaune de William Vainqueur est anecdotique, malheureuse. Mais la bagarre entre Boban Grncarov et Felipe, c'est grave. On connaît Grncarov : il ne maîtrise pas ses frustrations, c'est un gars agressif. Il doit être puni pour avoir provoqué Felipe. Mais le gars du Standard doit être condamné aussi. Il a trop d'explosivité dans le corps, ce n'est pas la première fois qu'il pète les plombs. Un footballeur doit pouvoir se contrôler dans les moments chauds et il faudrait un accompagnement psychologique pour Felipe.
...

Ce qui s'est passé à la fin du match Lierse-Standard est incompréhensible et inacceptable. La deuxième carte jaune de William Vainqueur est anecdotique, malheureuse. Mais la bagarre entre Boban Grncarov et Felipe, c'est grave. On connaît Grncarov : il ne maîtrise pas ses frustrations, c'est un gars agressif. Il doit être puni pour avoir provoqué Felipe. Mais le gars du Standard doit être condamné aussi. Il a trop d'explosivité dans le corps, ce n'est pas la première fois qu'il pète les plombs. Un footballeur doit pouvoir se contrôler dans les moments chauds et il faudrait un accompagnement psychologique pour Felipe. Je m'étonne aussi quand je vois l'intervention de Marcin Wasilewski sur Kevin De Bruyne. Pour le même prix, il lui démolit la cheville. Je ne peux pas imaginer que ce soit volontaire, surtout chez un joueur qui a été gravement blessé sur le même genre d'action. Wasilewski est simplement arrivé trop tard, c'est aussi l'analyse de De Bruyne. On lui laisse le bénéfice du doute. Mais d'un footballeur qui évolue dans une équipe pareille, on attend au minimum qu'il tire le frein au moment où il voit qu'il arrivera trop tard. Le Polonais a fait l'inverse : il a continué à foncer tête baissée. Volontaire ou pas, il devait être exclu. Ce week-end a démontré par l'absurde que si on veut respecter le calendrier chargé, il faut des terrains chauffés partout. On assiste à des vrais matches de foot à Bruges ou à Anderlecht. Il fait froid mais les pelouses sont impeccables. Par contre, ça ne ressemblait à rien au Lierse et à Louvain, par exemple. On a laissé un délai aux clubs qui n'étaient pas capables d'aménager une pelouse chauffée, on les a autorisés à compenser par des bâches. Mais c'est une mauvaise solution, un compromis qu'il n'aurait jamais fallu accepter. Il n'y a qu'une solution, avec cette météo, s'il n'y a pas de système de chauffage : remettre les matches. Je ne m'attends pas à un Standard - Anderlecht disproportionné. Anderlecht vogue en tête mais le Standard a des atouts : la faiblesse relative des Mauves en déplacement et une équipe qui continue à monter dans les tours, avec quelques jeunes qui débordent d'enthousiasme. D'ici dimanche, c'est le public de Sclessin qu'il faudra conditionner. Ce serait ridicule de s'en prendre à Dieumerci Mbokani et Milan Jovanovic. Dans ce match, ils ne seront pas deux joueurs comme les autres, c'est impossible. Ils seront sifflés, c'est normal, c'est le jeu. Mais les supporters du Standard seraient complètement à côté de la plaque s'ils étaient désagréables avec ces joueurs qui leur ont offert deux titres. On ne peut pas tirer des grandes conclusions de la victoire de Bruges contre le Beerschot et du succès de Gand à OHL. Parce que le Beerschot n'était pas une équipe et n'a strictement rien montré. Enfin bon, les victoires de Christoph Daum sur des chiffres impressionnants sont rares et celle-ci lui donne un peu de crédit chez les supporters. A Louvain, Gand a émergé sur un terrain qui n'était pas praticable. Ce n'était pas du foot et pas un vrai test. Mais de ces deux matches, je retiens l'éclosion ou l'affirmation de plusieurs jeunes qui ont plein de culot. Bruges a un Mushaga Bakenga (19 ans) qui promet et a déjà marqué. Maxime Lestienne (19 ans) a séduit Daum pendant le stage de janvier : il avait été médiocre à Mons mais le coach l'a laissé dans l'équipe et il a marqué deux fois contre le Beerschot. A Gand, il y a Hannes Van Der Bruggen (18 ans) qui continue à être impressionnant. Et maintenant Benito Raman (17 ans). Tous des jeunes qu'on devrait revoir dans le choc flandrien de dimanche. Mons ne gagne plus depuis début janvier et est mal embarqué en Coupe. Et alors ? Si on avait prédit l'été passé que l'équipe serait pratiquement sauvée à la trêve et qu'elle jouerait les demi-finales de la Coupe, tout le monde aurait applaudi. Il ne faut pas oublier d'où elle vient. On s'est trop enflammé pendant le premier tour, on a visé trop haut pour ce club. Son bilan est bon. Le gros problème, ces dernières semaines, c'est la faiblesse de la défense. Depuis le début, elle n'est pas au niveau de la ligne d'attaque. Alors, quand elle est encore plus médiocre et quand les attaquants ne marquent plus aussi facilement, il ne faut plus espérer grand-chose.Depuis que Francky Dury est revenu, Zulte Waregem a pris 9 points sur 15. La méthode Dury, c'est tout le contraire du système Darije Kalezic, qui a voulu imposer un mode de fonctionnement hollandais. Il voulait que l'équipe soit agressive vers l'avant et mette une pression infernale 90 minutes. Mais son noyau n'était pas prêt pour ça. Pas prêt non plus pour ses multiples consignes tactiques. Les joueurs étaient perdus. Avec Dury, on revient à la simplicité. Il donne confiance à ses hommes et leur demande de ne pas trop réfléchir, de marcher d'abord à l'enthousiasme. Arsenal fonce vers une nouvelle saison sans trophée mais l'année de Robin van Persie est extraordinaire. En marquant trois fois contre Blackburn, il arrive à 22 buts en 24 matches, plus de la moitié des goals inscrit par son équipe. Depuis un an, il tourne pratiquement à une moyenne d'un but par match. Il score du gauche, du droit, de la tête. Et dans une équipe qui n'est pas toujours dominante. Il tient la forme de sa vie. On a vu un chouette retournement de situation dans ce match : de 3-0 à 3-3. On aurait bien voulu voir aussi Romelu Lukaku. La CAN va se terminer et il n'aura pas profité de l'absence de Didier Drogba. Il ne sait pas exploiter non plus la petite forme de Fernando Torres. Il n'est pas inclus dans la liste de joueurs pour la deuxième partie de la Ligue des Champions : encore un coup dur. Il doit absolument viser un prêt l'été prochain. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS IMAGEGLOBE