63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. Quand Mémé Tchité décide finalement de rester jusqu'au bout de la saison, c'est la meilleure nouvelle possible pour le Standard. J'ai vu le match au Cercle et j'ai été impressionné par le niveau actuel de cette équipe. Michy Batshuayi, c'est un nouveau Tchité en beaucoup plus jeune. Birkir Bjarnason sait jouer au foot. Gohi Bi Cyriac est un des meilleurs attaquants du championnat. Cette équipe peut faire un tout gros truc dans les play-offs avec Tchité, Jelle Van Damme, Kanu et Luis Manuel Seijas en plus. Le noyau est plus fort que celui du Club Bruges et de Gand. Je ne vois pas le Standard jouer le titre mais il peut se caler derrière Anderlecht. Quand Eric Gerets lance juste avant la Coupe d'Afrique que le Maroc peut gagner le tournoi, ça veut dire qu'il y croit à fond. Ce n'est pas son genre de faire des pronostics pareils s'il n'en pense rien. Donc, l'élimination dès le premier tour est encore plus surprenante. Et évidemment, la presse marocaine ne rate pas le coach. La relation de Gerets avec le Maroc est bizarre depuis le début. Il a toujours eu le soutien total de son noyau mais a toujours divisé les supporters et les médias. Pour eux, il y a une vérité : le coach qui empoche autant d'argent doit gagner plein de matches, point à la ligne. Gerets souffre de cela depuis le début et ça se voit à la plupart de ses conférences de presse : il est très dur, cynique, ironique, sur la défensive. Ce n'est pas le vrai Gerets. Facile de trouver le point commun entre Jonathan Legear, Logan Bailly, AnthonyVanden Borre et Yassine El Ghanassy. Le talent est là mais la tête ne suit pas. Chez ces gars-là, il suffit d'une petite étincelle pour tout faire foirer : un bon match, un peu d'euphorie, un agent qui rôde et promet n'importe quoi,... Ils se laissent directement déstabiliser et on voit les conséquences sur leur carrière. El Ghanassy a été dramatique quand il est monté en cours de match à Anderlecht. Trond Sollied a tout compris, son joueur n'a plus la tête au foot et il l'a sorti du noyau pour le match du week-end contre Saint-Trond. El Ghanassy n'a pas encore saisi qu'il a encore tout à prouver, et c'est sur le terrain que ça se fait, pas en faisant le sot dans la coulisse. Et il doit arrêter de croire qu'il est prêt pour un tout grand championnat. Il peut aller en Turquie ou en Russie, pas plus haut. Ce sera bien dommage s'il faisait une carrière à la Mehdi Carcela. Le Club Bruges a pris six points contre Lokeren et Mons, il reste deuxième du classement. C'est le seul point positif de sa semaine. Pour le reste, on ne voit aucun progrès. Toujours aucune ligne de conduite sur le terrain, on continue à voir des joueurs qui se demandent ce qu'ils doivent faire, où ils doivent se placer, dans quelle direction ils doivent courir. Et pas plus de ligne directrice en dehors de la pelouse. On a recommencé à transférer massivement, sans beaucoup réfléchir. La direction se prépare aussi à larguer Carl Hoefkens et Joseph Akpala en fin de saison. La préparation du match à Mons a été perturbée par les caprices de Nabil Dirar, qu'il faut ranger dans la même catégorie que Legear, El Ghanassy, Vanden Borre... Faire la tête parce qu'il veut aller à Monaco, dans la cave de la Ligue 2 française, alors qu'il dispute sa meilleure saison avec Bruges, c'est un comportement qui m'échappe complètement. Bonjour l'ambition ! Kevin De Bruyne qui monte dans le train Bruxelles-Londres pour aller passer des tests médicaux à Chelsea, c'est bien pour lui et pour le foot belge. Mais la route est encore très longue. Jouer dans cette équipe la saison prochaine, il ne doit même pas en rêver. André Villas-Boas a clairement dit que De Bruyne n'était qu'un investissement sur le long terme. Il aura d'abord besoin d'un prêt pendant une ou deux saisons dans un club plus modeste. Liverpool est en pleine période d'euphorie. Après plusieurs semaines marquées par des infos négatives, ce club vient d'éliminer Manchester City pour aller en finale de la Coupe de la Ligue, puis de battre Manchester United en Coupe d'Angleterre. Liverpool a des moyens qui ne sont pas du tout comparables avec ceux des équipes de Manchester mais Kenny Dalglish vit toujours son métier comme un jeunot. Il a 60 ans, il possède un palmarès extraordinaire, mais on a toujours l'enthousiasme de King Kenny sur le banc. Quand il montre sa joie, ça fait de chouettes images. Il pourrait être blasé mais c'est tout le contraire. Quel contraste avec Franky Van der Elst ! Qu'est-ce qu'il fait dans la galère de Saint-Trond ? Il doit être un peu masochiste. Chaque semaine, il prend un nouveau coup sur la tête. Son équipe fait un bon match à Genk puis elle s'écroule et perd. Il y a ensuite une défaite douloureuse contre Westerlo, le match qu'il ne fallait pas perdre. Puis une raclée à Gand. Van der Elst doit essayer de relever son équipe alors que le club est aussi en pleine tourmente extra-sportive. Un nouveau patron, ça veut dire un nouveau règlement, des nouvelles idées. Van der Elst va-t-il participer au projet ? Il dit qu'il n'est même plus déçu mais découragé : ça ne peut plus durer très longtemps. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE