1 Le Standard bouscule les play-offs

C'est incroyable, ce qui se passe à Sclessin. En huit jours, c'est tout un club qui s'est remis à vivre. Victoire à Anderlecht, qualification pour la finale de la Coupe, rush fantastique pour battre Genk dans les dernières minutes. Cette semaine de folie fait presque oublier une saison avec pas mal de misères. Les Liégeois mettent les play-offs sur leur tête ! Il ne faudra pas sous-estimer Westerlo en finale, mais pour moi, on peut déjà prévoir qu'il y aura un trophée pour les Rouches en mai. Et le titre n'est plus une utopie.
...

C'est incroyable, ce qui se passe à Sclessin. En huit jours, c'est tout un club qui s'est remis à vivre. Victoire à Anderlecht, qualification pour la finale de la Coupe, rush fantastique pour battre Genk dans les dernières minutes. Cette semaine de folie fait presque oublier une saison avec pas mal de misères. Les Liégeois mettent les play-offs sur leur tête ! Il ne faudra pas sous-estimer Westerlo en finale, mais pour moi, on peut déjà prévoir qu'il y aura un trophée pour les Rouches en mai. Et le titre n'est plus une utopie. On pensait avoir une lutte à deux, on est maintenant parti pour une bagarre à cinq. Genk reste en tête, Anderlecht est toujours dans sa roue, le Standard et le Club Bruges sont dans une spirale positive et Gand est toujours là même si je n'ai jamais cru que cette équipe pourrait aller jusqu'au bout parce qu'il lui manque souvent un petit quelque chose dans les moments les plus chauds. Dans les prochaines semaines, on n'aura pour ainsi dire plus que des matches à six points. J'étais au match de Coupe entre le Standard et Gand et je n'ai rien remarqué des drames qui se jouaient en tribune. Au bout du compte, on a 25.000 personnes déchaînées qui font la fête parce que la qualification est en poche, mais deux supporters ont perdu la vie. Avec le recul, j'ai un sentiment très bizarre par rapport à cette soirée. C'est clair que la tribune où un supporter est tombé est toujours réputée assez dangereuse.Depuis le mercato de janvier, Anderlecht n'est clairement plus le favori pour le titre. Les deux premiers matches des play-offs ont achevé de le démontrer. On n'a pas vu un match inoubliable dimanche à Bruges, ce n'était pas hyper spectaculaire mais l'équilibre et la stabilité étaient du côté du Club. Les gars d' AdrieKoster ont contrôlé les événements en sifflotant. Le Sporting a été pris à la gorge dès les premières minutes. Le club traverse une crise grave. Anderlecht-Genk de ce vendredi ne sera peut-être pas le match clé mais le Sporting ne peut pas se permettre un zéro sur neuf car les dégâts sur le mental seraient terribles. Là-bas, ça ne va plus du tout depuis début janvier : c'est beaucoup trop long comme passage à vide. Il n'y a même plus de résultats satisfaisants pour cacher la manière. Je connais la maison, je suis sûr qu'il n'y fait vraiment pas calme pour le moment. Est-ce qu'il ne faudrait pas essayer des nouvelles choses à partir du moment où les joueurs qui sont chaque semaine sur la pelouse ne parviennent pas à se reprendre ? Pourquoi a-t-on transféré Dalibor Veselinovic ? Pour le laisser sur le banc ou en tribune ? Ça en valait bien la peine ! Je n'imagine pas un C4 pour Ariel Jacobs. Mais je ne mettrais pas ma main au feu qu'il soit encore coach de l'équipe Première la saison prochaine. Le club va sûrement lui donner une autre fonction. C'est difficile de faire autre chose dans un club quand on y a été limogé comme entraîneur, l'histoire l'a montré, mais les deux parties pourraient décider de mettre fin à son bail au bout de la saison, ça se ferait alors sans casse et il pourrait rester sans porter l'étiquette d'un T1 qu'on a écarté pour manque de résultats.Ivan Perisic fait exactement ce que Jelle Vossen faisait en début de saison : marquer les yeux fermés. Et il est déterminant pour Bruges comme Mbark Boussoufa l'a été pendant des mois pour Anderlecht. Dans un autre style qui en vaut la peine, le Croate joue clairement pour un transfert. Il y a des joueurs que cela paralyse ; lui, ça le libère complètement. Il s'imagine ailleurs dans quelques mois mais a encore la tête et les pieds à Bruges : il veut tout donner avant de s'en aller. Je suis persuadé qu'il va signer dans un bon club. Tottenham et Dortmund s'intéressent à lui et il a le niveau pour y réussir. Le fait d'être croate est un avantage pour lui car les bonnes équipes européennes aiment les joueurs de ce pays. Ils ont souvent un petit quelque chose en plus que les autres, un truc ou l'autre qui les rend un peu spéciaux. Perisic est jeune, il est très bon techniquement, il a des gros atouts physiques, il est polyvalent et le fait d'être en équipe nationale est pour lui une vitrine supplémentaire. On se rend compte qu'à Charleroi, Luka Peruzovic représente quelque chose. Il a l'âme de la maison et c'est toujours bien de rappeler un type qui connaît les lieux quand l'équipe traverse des moments très difficiles. Mais pour moi, ça ne marche qu'à court terme. Il y a déjà eu plein d'exemples de monuments qui revenaient dans leur ancien club et n'y réussissaient plus aussi bien qu'à leur premier ou deuxième passage. Parce que tout le monde a alors tendance à faire des références au passé, à faire des comparaisons, à ne pas élargir son champ de réflexion. Tout reste ouvert entre Charleroi et Eupen dans les barrages. Les Eupenois sont toujours en tête mais je me demande si les joueurs seront capables de suivre Albert Cartier jusqu'au bout. Il était prévu que Louis van Gaal reste au Bayern jusqu'à la fin de la saison puis s'en aille. On ne lui en laisse pas l'occasion : c'est la porte, dehors et tout de suite ! Pour moi, c'est une fameuse surprise et la preuve que la direction est en pleine panique. Preuve, aussi, que les problèmes dans le groupe sont plus importants que ce qu'on veut bien dire. Pour le Néerlandais, c'est une terrible humiliation. Connaissant le personnage, il doit adorer . PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS IMAGE GLOBE