1 Silvio Proto progresse sans cesse

A Anderlecht, il est souvent question depuis le début de la saison de Mbark Boussoufa et de Romelu Lukaku. C'est justifié mais d'autres Mauves réalisent un excellent championnat et c'est certainement le cas de Silvio Proto. Il est de plus en plus impressionnant dans sa cage et son mental ne passe pas inaperçu. Proto se bonifie sans cesse, ne s'est plus retourné depuis sept matches (660 minutes depuis la 60e minute à Zulte Waregem le 5 décembre 2010 : encore... 60 secondes de jeu et il battra son record personnel) alors qu'il n'évolue quand même pas derrière la meilleure défense anderlechtoise de tous les temps.
...

A Anderlecht, il est souvent question depuis le début de la saison de Mbark Boussoufa et de Romelu Lukaku. C'est justifié mais d'autres Mauves réalisent un excellent championnat et c'est certainement le cas de Silvio Proto. Il est de plus en plus impressionnant dans sa cage et son mental ne passe pas inaperçu. Proto se bonifie sans cesse, ne s'est plus retourné depuis sept matches (660 minutes depuis la 60e minute à Zulte Waregem le 5 décembre 2010 : encore... 60 secondes de jeu et il battra son record personnel) alors qu'il n'évolue quand même pas derrière la meilleure défense anderlechtoise de tous les temps. Bien dans sa peau, il doit continuer sur cette lancée et être encore meilleur et plus rapide dans ses prises de décision. Cela passe par le championnat, même si le niveau général n'est pas très relevé, et surtout via l'équipe nationale (et de grands tournois), sans oublier les rendez-vous européens de son club, la Ligue des Champions. S'il arrive à confirmer à ce niveau durant deux ou trois ans, Proto pourra alors tenter sa chance dans un grand championnat étranger. Charleroi vient de décrocher deux succès qui lui permettent de rallumer la flamme de l'espoir. C'est important pour ce club et afin d'entretenir le suspense dans le bas du tableau. Les Carolos peuvent compter maintenant sur un gardien de but qui en impose ( Rudy Riou) et un attaquant de pointe ( Dudu Biton) qui pèse. Ce sont deux postes-clés quand on vit difficilement. Si Charleroi avait pu compter sur cet effectif depuis le début de la saison, sa situation ne serait probablement pas aussi précaire. Samedi passé, à l'heure des comptes, on n'en revenait pas : 41 buts en 8 matches avant les deux derniers dont Chelsea (avec Fernando Torres à peine débauché chez les Reds)-Liverpool. De la folie avec un inoubliable Newcastle-Arsenal : 4-4. Les hommes d' Arsène Wenger ont mené 4-0 avant que l'ancien club de Philippe Albert remonte le courant et égalise grâce à CheikhTioté, ex-Anderlecht désormais pisté par les géants de la Premier League. Carlos Tevez a frappé trois fois pour Manchester City contre West Bromwich. Everton a battu Blackpool (5-3 et quatre buts de Louis Saha pour le club de Marouane Fellaini). Manchester United a perdu 2-1 chez le dernier, Wolverhampton. Tout cela s'explique : les clubs anglais misent à fond sur l'offensive et placent souvent beaucoup de joueurs dans le rectangle adverse. C'est vrai sur les phases arrêtées mais aussi quand une équipe domine le jeu ou même si elle procède plus par contres. On ne compte plus les records du Barça et de Lionel Messi : du jamais vu. Les Catalans en sont à 16 succès consécutifs en Liga et ont battu l'exploit du Real Madrid (15 succès en 1960-61). Messi a marqué trois fois contre l'Atletico Madrid et en est à 24 buts en championnat cette saison. Messi est sidérant. Pep Guardiola a raison d'affirmer que le Barça ne serait pas ce Barça-là sans Messi. J'attends la finale de la Coupe d'Espagne avec impatience. Elle opposera le Barça au... Real.Genk ne flambe plus comme en début de saison. Marvin Ogunjimi et Jelle Vossen cherchent leur deuxième souffle mais, malgré cela, leur club engrange des points et mérite sa deuxième place. Le Standard est revenu avec trois points d'Eupen et on notera le bon match de Srdjan Blazic qui a réalisé de beaux arrêts et stoppé un penalty. Il y avait des doutes (faiblesse de son jeu aux pieds) en ce qui le concerne, mais il les efface petit à petit et prouve que les Liégeois ont eu raison de le transférer. A Eupen, il a confirmé son excellent match de la semaine précédente. Même s'il devra se méfier de la visite de Genk à Sclessin dimanche prochain, le Standard est en progrès et devrait décrocher la 5e des 6 places pour les PO1. Lokeren, Malines et le Cercle Bruges se disputeront le dernier ticket. Après une bonne série, le Club Bruges marque le pas. A Genk, c'est le manque de maturité et de jugeote qui lui a coûté très cher. A ce niveau, on ne peut pas réagir comme Vadis Odjidja et Ivan Perisic l'ont fait. Il faut être plus intelligent, plus prudent et garder le contrôle de ses émotions. Si Vadis n'avait pas été exclu, Perisic ne l'aurait pas été non plus. Avec eux jusqu'au bout, Bruges ne serait pas rentré bredouille de Genk. Touché au genou, Ronald Vargas est out pour longtemps et il ne sera pas simple de le remplacer. Francky Dury, le coach de Gand, a tiré la sonnette d'alarme : ce qui s'est passé avec Christophe Lepoint et Sébastien Bruzzese est inacceptable. Le T1 des Buffalos est monté au créneau car ce drame cache probablement d'autres sorties nocturnes tout à fait déplacées. Gand a peut-être été naïf et va engager un psychologue pour accompagner ses joueurs. Ce n'est pas inutile, mais les joueurs doivent réfléchir, gérer leur carrière, s'assumer. Après un match, on peut parfois boire une bière, rentrer une ou deux heures plus tard que d'habitude mais pas plus. Lepoint et Bruzzese ont passé la nuit au Carré avant de se rendre à l'entraînement sans dormir. Les dégâts sont terribles : accident, fractures pour Lepoint qui avait déjà joué avec le feu et sa carrière. Il n'a pas retenu les leçons, c'est dommage. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC