1 Quand la pression tue le jeu...

Comme c'est malheureusement trop souvent le cas en Belgique, la montagne a accouché d'une souris. Le match au sommet entre Anderlecht et le Standard fut très décevant. On pouvait s'y attendre dans le chef des Rouches qui, dans l'état actuel, n'ont pas les moyens de produire un jeu de meilleure facture, mais dans le chef des Mauves, on était en droit d'attendre davantage. On a vu trop peu de belles combinaisons. On s'est contenté de duels, de deux buts tombés du ciel, et de l'une ou l'autre action de JonathanLegear et MarcinWasilewski. Au final, on avait l'impression que les trois points suffisaient au bonheur du Sporting. Il y avait de nombreux scouts étrangers dans les tribunes. Ils ont dû rentrer chez eux en se disant que le football belge avait montré un visage bien pâle.
...

Comme c'est malheureusement trop souvent le cas en Belgique, la montagne a accouché d'une souris. Le match au sommet entre Anderlecht et le Standard fut très décevant. On pouvait s'y attendre dans le chef des Rouches qui, dans l'état actuel, n'ont pas les moyens de produire un jeu de meilleure facture, mais dans le chef des Mauves, on était en droit d'attendre davantage. On a vu trop peu de belles combinaisons. On s'est contenté de duels, de deux buts tombés du ciel, et de l'une ou l'autre action de JonathanLegear et MarcinWasilewski. Au final, on avait l'impression que les trois points suffisaient au bonheur du Sporting. Il y avait de nombreux scouts étrangers dans les tribunes. Ils ont dû rentrer chez eux en se disant que le football belge avait montré un visage bien pâle. Curieusement, le match de la soirée entre Gand et Lokeren, dont on n'a guère parlé, fut de meilleure qualité que le soi-disant sommet. Et le meilleur match du week-end fut sans doute celui entre Genk et Courtrai. Les matches du subtop sont donc meilleurs que ceux du top. Peut-être est-ce dû à la nervosité ? Un échelon en dessous, la pression est moindre et les acteurs jouent de façon plus libérée. Ou alors, doit-on en déduire que nos footballeurs sont incapables de supporter la pression d'un match au sommet ?Franchement, je trouve cela pénible. Une personnalité du calibre de RuudGullit, président d'honneur de l'Union belge (pour un Néerlandais, il faut le faire !) et encore tout récemment à la tête de la candidature belgo-néerlandaise pour l'organisation de la Coupe du Monde 2018, n'avait-il pas mieux à faire que d'aller entraîner le club de Grozny, capitale de la Tchétchénie ? Que va-t-il faire là ? Est-ce l'attrait de l'argent ? On ne me fera pas croire qu'un homme qui a marqué le football à ce point, et qui a travaillé dans des clubs aussi prestigieux que Newcastle, Chelsea, Feyenoord et d'autres, n'avait pas d'autre proposition à se mettre sous la dent. Il est vrai que le football est en train de changer. On a bien vu FelipeScolari, champion du monde avec le Brésil, partir entraîner en Ouzbékistan. Il ne faut, dès lors, plus s'étonner de rien. On jouera, ce soir, les quarts de finale aller de la Coupe de Belgique, qui n'avaient pas pu se disputer en décembre. Parmi les huit rescapés, le Standard et La Gantoise m'apparaissent comme les principaux favoris à la victoire finale. Encore faudra-t-il, pour les Rouches, franchir l'écueil de Malines, ce qui n'aura rien d'évident vu leur état de forme actuel. Malines semble rencontrer des problèmes de concrétisation pour l'instant, mais demeure une formation bien organisée et difficile à man£uvrer. Si le Standard ne parvient pas à s'imposer à domicile, il doit s'attendre à une chaude réception au retour derrière les anciennes casernes. S'il passe le cap, il affrontera vraisemblablement La Gantoise en demi-finale, puisque ces équipes figurent dans la même partie de tableau. Encore un sérieux obstacle en perspective. La Coupe apparaît pourtant comme le plus court chemin vers l'Europe, et peut-être un moyen de sauver la saison, car les play-offs I ont tendance à s'éloigner après une nouvelle défaite à Anderlecht. Dans l'autre partie de tableau, je vois Westerlo émerger face au Lierse, et le Cercle prendre la mesure du Germinal Beerschot. La Coupe devient une compétition pour équipes du subtop. Pour elles aussi, elle est, plus que jamais, le plus court chemin vers l'Europe, et je comprends d'autant moins que certains clubs la négligent.Futur adversaire d'Anderlecht en Europa League, l'Ajax Amsterdam s'est lourdement incliné sur la pelouse de Utrecht : 3-0. C'est la première défaite du nouvel entraîneur FrankdeBoer, et elle n'augure rien de bon pour les Néerlandais. D'autant qu'ils ont perdu UrbyEmmanuelson, qui a rejoint Milan. On parle aussi d'un départ éventuel de LuisSuarez, qui est cité dans plusieurs clubs européens dont Liverpool. Si cela se confirme, ce serait donc un Ajax très affaibli qui affronterait Anderlecht dont les chances, du coup, grimperaient en flèche. A condition, bien sûr, de montrer un meilleur visage que contre le Standard. Frank de Boer semble vouloir récupérer la philosophie de JohanCruijff, en introduisant de nombreux jeunes issus du centre de formation. Actuellement, on voit par exemple apparaître à l'arrière gauche un certain DaleyBlind (le fils de DannyBlind), ainsi que le jeune Danois ChristianEriksen dans l'entrejeu et un jeune attaquant très doué, LorenzoEbecilio. A long terme, cette politique pourrait porter ses fruits. A court terme, elle pourrait faire le bonheur d'Anderlecht car, aussi doués soient-ils, ces jeunes sont encore un peu tendres. Le Barcelone actuel est peut-être en train de devenir la meilleure équipe de tous les temps. Les records s'accumulent, les uns après les autres. Après le succès contre Santander, les Catalans en sont à 14 victoires d'affilée dans la Liga, soit à une victoire d'égaler le grand Real Madrid de FerencPuskas et autres. Et en Espagne, lorsqu'on joue un sommet, il est généralement de qualité. Certes, comparaison n'est pas raison, mais tout de même... PROPOS RECUEILLIS PAR DANIEL DEVOS