1. Mondial 2018 : quelle naïveté !

Avec le recul, on voit que tous les Belges et les Hollandais qui ont cru à l'organisation du Mondial chez nous ont été terriblement naïfs. La FIFA reste logique. Après avoir donné la Coupe du Monde à des pays qui n'avaient aucune tradition de football (Etats-Unis, Japon et Corée du Sud, Afrique du Sud), elle continue à vouloir explorer des zones où il n'y a rien. Comme si elle voulait prouver que tout est possible dans des régions où tout le monde croit que rien n'est possible !
...

Avec le recul, on voit que tous les Belges et les Hollandais qui ont cru à l'organisation du Mondial chez nous ont été terriblement naïfs. La FIFA reste logique. Après avoir donné la Coupe du Monde à des pays qui n'avaient aucune tradition de football (Etats-Unis, Japon et Corée du Sud, Afrique du Sud), elle continue à vouloir explorer des zones où il n'y a rien. Comme si elle voulait prouver que tout est possible dans des régions où tout le monde croit que rien n'est possible ! Le dossier anglais était bien plus fort que le russe mais ça n'a servi à rien. Le choix du Qatar pour 2022 confirme ce que veut le comité exécutif de la FIFA. Pour nous, c'était perdu d'avance. Et l'évolution du vote montre que personne ne croyait en nous. Nous avons eu quatre voix au premier tour et seulement deux au deuxième. Quelques votants nous ont donc donné une voix par sympathie, puis ils nous ont rayés quand les choses sérieuses commençaient. C'est bien d'avoir tenté notre chance mais on n'obtient pas un Mondial seulement parce qu'on est sympathique.Le crash, ce week-end, de l'avion qui avait transporté récemment les Diables Rouges en Russie, ça fait peur. Mais tout le monde sait quand même que ce pays a beaucoup de retard au niveau de ses transports. Les Russes disent qu'ils vont investir des milliards d'euros mais ce n'est pas en huit ans qu'un pays efface tous ses handicaps. Ce serait bien que tous les matches de la Coupe du Monde se jouent dans la région de Moscou, où c'est quand même un peu moins dangereux qu'ailleurs. Mais ce ne sera pas le cas. On jouera au Qatar dans des stades climatisés. C'est plus facile de mettre l'airco dans un stade là-bas que de déneiger une pelouse chez nous... Quand on voit ça, on peut se demander quels seront les critères de la FIFA dans les années 2020. Les exigences technologiques vont devenir infernales. On n'a pas joué ce week-end à Charleroi et au Lierse. Pour moi, Charleroi doit perdre par forfait son match contre le Cercle parce que là-bas, on n'a clairement pas fait tous les efforts pour que le terrain soit praticable. La bâche chauffante est arrivée en retard, c'est inacceptable. On paie les effets d'une réforme à la belge, avec des demi-mesures comme on prend tellement chez nous. Quand le championnat a été relooké, on a exigé des pelouses chauffées partout. Puis, on a trouvé un compromis : les clubs pouvaient se contenter de bâches spéciales. Il fallait une mesure drastique dès le départ et s'y tenir. On chipote depuis deux ans et on a déjà un calendrier perturbé.Les clubs petits et moyens veulent un retour à l'ancienne formule, la direction d'Anderlecht monte sur ses grands chevaux. On ne sait pas où on en est, on ne sait pas ce que le championnat va devenir. On vient de perdre deux ans. Anderlecht et les autres grands disaient que le système des play-offs allait nous permettre de progresser dans les coupes d'Europe mais l'évolution est nulle. Tout le monde prêche pour sa petite chapelle. Il faudrait qu'un organisme indépendant réétudie tout cela et impose un nouveau système sans trop tenir compte des arguments des uns et des autres. Parce qu'en voulant contenter tout le monde, on n'a rien fait de bien.J'ai assisté au match Club Bruges-Westerlo et je ne me suis pas ennuyé avec ce score de 4-3 : c'est déjà ça... Pour le reste, j'ai vu un Club toujours malade, avec beaucoup de manquements. Il rate des occasions et en concède beaucoup. Il y a toujours un gros manque de rendement dans cette équipe. Si j'étais brugeois aujourd'hui, je serais content d'être un peu remonté au classement mais je serais toujours aussi inquiet qu'avant la venue de Westerlo. Cette fois, ça y est : Marcin Wasilewski est revenu. Il n'a plus fait une simple entrée au jeu, il a commencé un match. Et il est vraiment de retour : il ne lâche rien dans les duels et il marque. Après un an et trois mois de galère, il a fait le plus spectaculaire des come-backs à Zulte Waregem. Il mérite tout le respect, comme footballeur et comme homme. Il est devenu un exemple pour tous les joueurs blessés, pour ceux qui dépriment déjà après un ou deux mois d'indisponibilité. Oui, Wasilewski est un exemple... Je sais, ça peut paraître bizarre, tellement il était controversé avant sa blessure. Et tellement il est à l'opposé du style anderlechtois. Mais sa hargne dans sa rééducation lui vaut une belle plume. Les Mauves gagnent aussi dans les périodes où beaucoup de choses leur sont défavorables : les absences de Mbark Boussoufa et Olivier Deschacht, un mauvais terrain. Quand ils savent que ce n'est pas possible de proposer du foot champagne, ils s'accrochent, jouent sur d'autres atouts et prennent des points. C'est aussi à ça qu'on reconnaît les grandes équipes. Après ses expériences difficiles à Bruges, à Lokeren et à Charleroi, il est temps que Jacky Mathijssen refasse parler de lui en bien. Mais je crois vraiment qu'il n'a pas misé sur le bon cheval en signant au Germinal Beerschot. Depuis quelques années, ce club est un des plus instables de Belgique. Il y avait déjà de la bisbrouille entre les dirigeants bien avant le limogeage de Glen De Boeck. Ce n'est pas l'arrivée d'un nouvel entraîneur qui va tout arranger. Et le fait qu'on ne l'ait fait signer que jusqu'à la fin de cette saison montre qu'on n'a pas une confiance débordante en lui. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE; PAR MARC DEGRYSE