1 Etre digne du Mondial même si on ne l'a pas

Demain, c'est le grand jour pour les candidats à l'organisation de la Coupe du Monde 2018. Tous ceux qui se passionnent pour le foot chez nous souhaitent évidemment que le tandem Belgique-Pays-Bas décroche le gros lot. Ce serait magnifique, unique, incroyablement beau et important. Un tel événement donnerait un coup d'accélérateur au football de notre pays qui en a en bien besoin. Il y a trop longtemps que nos clubs n'ont plus modernisé leurs stades. Je le dis sans cesse depuis 20 ans : nos outils de travail ont pris un solide coup de vieux. Pour l'Euro 2000, nos stades ont été rafistolés, sans plus. Une Coupe du Monde exigerait un effort bien plus conséquent avec l'érection de nouvelles installations.
...

Demain, c'est le grand jour pour les candidats à l'organisation de la Coupe du Monde 2018. Tous ceux qui se passionnent pour le foot chez nous souhaitent évidemment que le tandem Belgique-Pays-Bas décroche le gros lot. Ce serait magnifique, unique, incroyablement beau et important. Un tel événement donnerait un coup d'accélérateur au football de notre pays qui en a en bien besoin. Il y a trop longtemps que nos clubs n'ont plus modernisé leurs stades. Je le dis sans cesse depuis 20 ans : nos outils de travail ont pris un solide coup de vieux. Pour l'Euro 2000, nos stades ont été rafistolés, sans plus. Une Coupe du Monde exigerait un effort bien plus conséquent avec l'érection de nouvelles installations. Mais, si c'est important pour nous, je ne crois pas que cette évidence soit la priorité des 22 bonzes qui voteront mercredi. Je croise les doigts mais, si nous ne l'emportons pas, il conviendra d'être digne de cette candidature. Alain Courtois a créé une prise de conscience et un élan. Il ne faudrait surtout pas que tout s'arrête si nous passons à côté de la montre en or. Si les forces vives qui ont poussé cette candidature s'arrêtaient, ce serait une catastrophe. L'écart qui nous sépare déjà des grands pays deviendrait infranchissable. Ce serait dramatique et je n'ose pas y penser. A mon avis, la lutte pour l'organisation de la Coupe du Monde 2018 se résumera à un mano a mano entre l'Angleterre et la Russie. Les Anglais sont prêts et les stades de la Premier League sont magnifiques. Mais la Russie tient la corde selon moi car c'est l'occasion de placer un immense pays sur la carte mondiale du football. La Russie n'a plus organisé de grands événements depuis longtemps. Les Liégeois ont cartonné face au Lierse. Par rapport au match à Zulte Waregem, le Standard a retrouvé son occupation du terrain habituelle. A mon avis, le staff technique a tiré les conclusions qui s'imposaient après la défaite au Gaverbeek. Là, l'équipe avait été totalement chamboulée en raison d'une ou deux absences. C'était une erreur payée cash, qui ne s'est pas répétée contre le Lierse. Quand une équipe compte sept ou huit joueurs bien en place, on préserve cet équilibre, source de richesses et d'automatismes. Il faut la préserver jusqu'à la fin de la saison. La dernière info est évidemment de taille : la venue de Jelle Van Damme pour quatre ans au Standard est une bonne affaire pour les deux parties : le joueur était en rade à Wolverhampton (qui était son énième mauvais choix à l'étranger) et le club a probablement trouvé l'arrière gauche qu'il cherchait ; ce qui devrait écarter Poco de l'équipe. L'histoire d'amour entre Van Damme et le Standard ne date évidemment d'hier. Sa venue à Anderlecht en janvier lors du Clasico devrait faire pas mal de bruit. Quant à Bruges, il arrive une nouvelle fois deuxième sur la balle. Pour prouver que tout le monde l'a compris, cela passe par une confirmation lors de son prochain voyage à Lokeren où ce n'est jamais facile. Offensivement, c'est bien même sans Tchité et si la défense inquiète encore, il ne faut pas oublier d'où elle vient ; en 2008, elle était composée de Marcos, Onyewu, Sarr et Dante. C'était très solide et on ne reconstruit pas facilement un tel mur. Anderlecht a pris la tête du championnat. Le come-back de Tom De Sutter enrichit l'arsenal offensif du Sporting. Il a marqué un but contre Charleroi et je suis persuadé qu'il y en aura d'autres. Romelu Lukaku était suspendu et il a tout de suite été très utile. Un autre retour a fait plaisir à tout le monde, celui de Marcin Wasilewski. Maintenant, il faut s'élever au-dessus de ce qui s'est passé, des ranc£urs, des problèmes entre les hommes et les clubs. Pour le bien de tout le monde et de tout le football belge, il faut tourner la page. AxelWitsel a eu les mots qu'il faut. Le reste peut se faire dans la discrétion ou pas : c'est aux clubs de se mettre d'accord. Je suis un admirateur de Dimitar Berbatov. Il a frappé cinq fois avec Manchester United contre Blackburn. On le trouve parfois trop cool, mais il voit tout, a une conduite de balle exceptionnelle. La présence de Wayne Rooney lui fait du bien. Arrivé en 2008 de Tottenham, il donne désormais raison à Alex Ferguson. C''est un joueur génial qui, à sa façon, peut être le successeur de Cristiano Ronaldo. J'ai été sidéré par les déclarations de Glen De Boeck dans la presse à propos d'une partie de la direction de son club, le Germinal Beerschot. Le coach règle ses comptes avec le président d'honneur, Jos Verhaegen, et le manager sportif, Gunther Hofmans. Ce n'est pas très élégant. Au Cercle, j'ai admiré le calme des joueurs anversois. Il ne doit pas être facile de préparer un déplacement si vital alors qu'il y a le feu à la maison. Les supporters sont restés cools après avoir assisté à un tel déballage. De Boeck a notamment affirmé que des promesses de renforts n'avaient pas été tenues, qu'il ne parle plus au manager sportif, etc. Il faut que le Kiel retrouve le calme au plus vite car personne, et certainement pas un club de football, ne peut travailler valablement dans une ambiance aussi tendue. L'étoile de Glen de Boeck a pâli en quelques mois. Il y a d'abord eu son départ inattendu du Cercle. Ce n'était pas top comme décision. Et lui qui prône l'élégance dans le jeu, comme dans sa façon de s'habiller, en a manqué dans ses propos. Je ne dis pas qu'il avait tort sur tout mais la manière ne ressemblait à rien. C'était un appel au secours, une réaction désespérée mais la forme est inadmissible. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC