63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. Je ne voyais pas ce que les Diables avaient à gagner dans ce match amical en Russie. Il pouvait, en tout cas, difficilement servir de préparation à la revanche contre l'Autriche... programmée en mars prochain. Et trois jours ne suffisent pas pour resserrer des liens, surtout lorsque les joueurs abordent une période cruciale de la saison. Mais je me suis complètement planté car nos représentants avaient faim à Voronezh. Compte tenu des avatars du déplacement, il y avait deux scénarios possibles : ou ils prenaient ce match à la légère (comme ceux qui l'avaient préparé !) ou ils se serraient les coudes, pour prouver qu'ils étaient au-dessus des problèmes. Ils ont eu le bon goût de privilégier la deuxième solution et en sont sortis grandis. Il y a longtemps que je n'avais plus vu les nôtres aussi solidaires. Je me demande même dans quelle mesure cette expédition en Russie ne les aura pas lancés pour de bon.Tous ceux qui avaient une bonne raison de se distinguer l'ont fait. A commencer par Jean-François Gillet, qui a incontestablement mis les points sur les i, alors que beaucoup voyaient déjà Silvio Proto dans les buts. Steven Defour a prouvé qu'il avait bel et bien sa place dans la ligne médiane. Et après avoir été recadré, par Georges Leekens entre autres, Eden Hazard s'est sublimé. Mais la palme, je la décerne à Romelu Lukaku qui a retrouvé tout son punch et confirmé son état de grâce chez les Diables aussi.Romelu Lukaku a eu tort, au Germinal Beerschot, de faire mal au piquet de corner d'abord, puis au ballon, qu'il a poussé au loin alors que l'arbitre venait de siffler un hors-jeu. Résultat : une exclusion pour deux peccadilles. A Charleroi, par contre, Naïm Aarab a fait mal à Jelle Vossen, absent pour plusieurs semaines, et s'en tire sans le moindre bristol. Je trouve ça incompréhensible. L'arbitre Sébastien Delferière a peut-être appliqué le règlement à la lettre. Mais si Kanu avait fêté son but en allant saluer le public massé derrière le goal et qu'il avait été imité par tous ses équipiers, le referee aurait-il distribué 11 avertissements ? Il y a l'esprit et la lettre. Si un joueur veut gagner un peu de temps en propulsant le ballon à quelques mètres, ne vaudrait-il pas mieux accorder une minute en compensation de ces quelques secondes perdues au lieu de pénaliser un joueur ? Au lieu de s'en tenir scrupuleusement au règlement, les arbitres devraient plutôt apprendre à sentir les matches. Un entraîneur débutant qui jette le gant parce que les résultats ne suivent pas, je n'avais encore jamais vécu ça. Danny Ost a aussi dit à Eupen qu'il démissionnait... mais personne ne l'a cru. En fait, ils ont tendance à s'accrocher, conscients qu'une chance pareille ne se reproduira pas de sitôt. Chapeau, dès lors, à Eric Van Meir, d'avoir eu le courage de se le tenir pour dit au Lierse, faute d'avoir su faire décoller son équipe. Et chapeau aussi aux dirigeants de ce club, qui ont refusé cette démission. Voilà une attitude peu courante, on a plutôt l'habitude de brûler très vite ce qu'on a adoré, même s'il s'agit d'un grand serviteur du club. Frankie Vercauteren n'avait pas connu le même sort à Anderlecht, qui n'a pas hésité à le jeter comme un malpropre alors qu'on lui avait pourtant fait miroiter un futur comme DT. Au Lierse, on tient manifestement ses promesses et Herman Helleputte est bien placé pour le savoir. Au moment où les Jaune et Noir marquaient le pas sous ses ordres, il aurait été tout simple de le congédier. Par respect pour un monument de sa trempe, la direction ne l'a pas fait. Au contraire, elle l'a promu DT. Avec succès car c'est Helleputte qui a eu l'idée d'embaucher Aimé Anthuenis, artisan de la montée l'été passé et qui vient de convaincre Van Meir de continuer sa mission. A raison, car je ne vois pas cette formation descendre avec lui. Au Club Bruges, les mauvais résultats ont fait une victime pour le moins inattendue : le team-manager Stefan Vereycken, soi-disant accusé de ne pas avoir assez joué au gendarme - et au petit rapporteur envers la direction - avec un groupe de joueurs qui n'en font qu'à leur tête. Je ne nie pas qu'il y ait un problème de discipline chez les Bleu et Noir mais je déplore surtout un manque flagrant de créativité sur le terrain. Lundi prochain, ce sera le Clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Il tombe au bon moment entre les numéros 1 et 2 de la Liga. Ils sont fin prêts comme en témoigne le 0-8 infligé par le Barça à Almeria et le 5-1 réalisé par les Merengues face à l'Athletic Bilbao. Barça-Real sera aussi un match dans le match entre les deux meilleurs joueurs mondiaux du moment : Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Les Catalans auront l'avantage du terrain mais cet atout devrait être annihilé par la science de José Mourinho, qui sait comment s'y prendre pour déjouer le club où il officiait autrefois comme traducteur. Il avait déjà tendu un piège aux gars du Camp Nou, en Ligue des Champions, avec l'Inter Milan, la saison passée et je m'attends à ce qu'il remette le couvert. Je ne dis pas qu'il s'imposera ce coup-ci mais il ne partira pas vaincu non plus. Mon pronostic : un nul. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS