1. Anderlecht doit continuer à oser

En début de saison, j'avais déclaré que si un club belge passait l'hiver sur la scène européenne, ce serait normal ; deux, ce serait bien ; trois, ce serait exceptionnel. On en a trois, c'est donc exceptionnel. Les circonstances ont été favorables, mais cela n'enlève rien aux mérites. J'ai beaucoup apprécié la prestation d'Anderlecht à Amsterdam. Contrairement à ce qui avait été le cas à Zagreb, le Sporting a cette fois conquis la victoire en témoignant d'un bel esprit d'entreprise. Il ne s'est pas contenté d'attendre et de procéder par contre-attaque. J'espère qu'il en tirera les enseignements pour l'avenir. Le dispositif mis en place à Amsterdam doit servir de référence. On doit garder une bonne organisation, mais on ne doit pas avoir peur d'affronter une équipe théoriquement supérieure en allant de l'avant. A Amsterdam, LucasBiglia avait une position très avancée et cela a visiblement perturbé les Ajacides. J'apprécie aussi MbarkBoussoufa sur l'aile, plutôt que dans l'entrejeu, car c'est du flanc gauche qu'il distille le plus d'assists. Et à droite, sur l'aile, JonathanLegear apporte ...

En début de saison, j'avais déclaré que si un club belge passait l'hiver sur la scène européenne, ce serait normal ; deux, ce serait bien ; trois, ce serait exceptionnel. On en a trois, c'est donc exceptionnel. Les circonstances ont été favorables, mais cela n'enlève rien aux mérites. J'ai beaucoup apprécié la prestation d'Anderlecht à Amsterdam. Contrairement à ce qui avait été le cas à Zagreb, le Sporting a cette fois conquis la victoire en témoignant d'un bel esprit d'entreprise. Il ne s'est pas contenté d'attendre et de procéder par contre-attaque. J'espère qu'il en tirera les enseignements pour l'avenir. Le dispositif mis en place à Amsterdam doit servir de référence. On doit garder une bonne organisation, mais on ne doit pas avoir peur d'affronter une équipe théoriquement supérieure en allant de l'avant. A Amsterdam, LucasBiglia avait une position très avancée et cela a visiblement perturbé les Ajacides. J'apprécie aussi MbarkBoussoufa sur l'aile, plutôt que dans l'entrejeu, car c'est du flanc gauche qu'il distille le plus d'assists. Et à droite, sur l'aile, JonathanLegear apporte sa vitesse. RomeluLukaku est aussi à sa place en pointe. Si j'étais ArielJacobs, j'oserais affronter Bilbao avec la même audace. C'est peut-être en agissant de cette manière que le Sporting se donnera les meilleures chances. Si l'on ne peut, à priori, attendre d'un club belge qu'il nourrisse de vraies ambitions de victoire, on doit constater que chaque match joué apporte son lot d'expérience aux jeunes joueurs, comme Romelu Lukaku ou Cheikhou Kouyate. Tout bénéfice pour eux.Le tirage n'a pas gâté nos représentants. Le championnat d'Espagne est, avec la Premier League anglaise, la compétition européenne la plus relevée. Valence et Bilbao ne seront pas des clients. Au sein de la Liga, Valence navigue dans le sillage immédiat des deux grands, le Real Madrid et le FC Barcelone. Bilbao n'est que septième, mais cela reste un gros morceau pour Anderlecht. C'est finalement le Standard qui possède les meilleures chances de qualification. Salzbourg est, certes, le seul club qui a réussi un 18 sur 18 dans sa poule, mais compte tenu du fait qu'ils n'étaient pas têtes de série, les Rouches pouvaient plus mal tomber. Méfiance, cependant : l'an passé, lorsqu'ils avaient hérité de Braga, on avait aussi estimé que c'était un bon tirage... Le Standard a été repêché en Europa League mais il pouvait faire mieux. A sa décharge, il n'a pas été épargné par les blessures. Mais j'ai été déçu que la direction, malgré l'apport financier d'une qualification directe en CL, n'ait pas investi pour anticiper ce genre de contretemps.On n'en est encore qu'au stade des huitièmes de finale, mais la Ligue des Champions propose déjà quelques belles affiches. Quelques belles retrouvailles, aussi : le retour de José Mourinho à Chelsea, à la tête de l'Inter Milan ; celui de Karim Benzema à Lyon, avec le Real Madrid ; et, pour autant que l'Anglais retourne à l'AC Milan, celui de David Beckham à Manchester United. La double confrontation italo-anglaise sera très intéressante. L'an passé, tous les clubs italiens avaient été éliminés par des représentants d'outre-Manche. Sauront-ils prendre leur revanche ? Rien n'est moins sûr ! Le club italien qui a, selon moi, le plus de chances de franchir le tour est la Fiorentina, face au Bayern Munich. J'apprécie la Fiorentina. C'est un club qui essaie de proposer un football de qualité, qui véhicule aussi des valeurs de fair-play. Dans un sens général, il faut reconnaître que les clubs italiens ont bien évolué : ce n'est plus le catenaccio d'autrefois, le jeu proposé est devenu très attractif.Je suis un partisan du football d'été et je ne comprends pas les déclarations de Jean-Marie Philips, affirmant que l'on n'a pas de chance avec les conditions climatiques. Or, une offensive hivernale est toujours possible. On a voulu à tout prix jouer à Noël, c'était une aberration car la plupart des terrains en Belgique ne sont pas encore équipés d'un système de chauffage permettant aux footballeurs d'évoluer dans de bonnes conditions. Faudra-t-il qu'un joueur soit victime d'une grave blessure en raison de l'état du terrain pour que l'on comprenne que l'on n'a pas choisi la formule adéquate ? On en vient presque à se dire que c'est Mouscron qui a eu raison en refusant de jouer au Cercle de Bruges ! Les Hurlus ont simplement eu la malchance que leur match soit programmé le samedi, puisque le match prévu vendredi et les deux prévus dimanche ont tous été remis. Une remise générale n'aurait-elle pas été plus appropriée ? Les dirigeants des clubs qui ont joué envers et contre tout ont reconnu que c'était injouable. Or, ce sont ces gens-là qui ont pris la décision, au nom de l'argent, de la réforme du championnat et du respect d'un calendrier démentiel. Mais personne n'osera prendre ses responsabilités et avouer qu'on s'est trompé en imposant du football à Noël alors que les Néerlandais l'ont supprimé !VincentKompany aura donc un nouvel entraîneur avec Roberto Mancini. Les Citizens avaient dépensé 200 millions de livres - ou d'euros, peu importe - pour essayer d'intégrer le BigFour en Angleterre. Cela n'en prend pas la tournure et MarkHughes a été sacrifié sur l'autel d'une série de mauvais résultats (deux victoires sur onze matches). C'est le lot de beaucoup d'entraîneurs, mais la leçon que je tire de ce licenciement, c'est qu'une équipe ne peut pas s'acheter mais doit se construire. Or, cela prend du temps et cela commence généralement par les fondations. Manchester City possède de grands talents offensifs, mais a un peu négligé le secteur défensif. Il est d'autant plus étonnant qu'au sein d'une équipe qui encaisse beaucoup de buts, Kompany reçoive aussi peu sa chance en défense.PROPOS RECUEILLIS PAR STEPHANE VANDE VELDE