1 Vanden Borre au back droit et Vermaelen dans l'axe chez les Diables

Comme beaucoup d'autres, j'ai été époustouflé par les récentes performances d' Anthony Vanden Borre, avec le Racing Genk, contre le Club Bruges et Chelsea. Quand l'ex-Anderlechtois joue à ce niveau, il n'y a pas meilleur que lui au poste de back droit dans le foot belge. Il en avait d'ailleurs donné un aperçu, dans le passé, en jouant un match exceptionnel à cette place face à l'Espagne, au Heysel, voici deux ans. Les Diables Rouges avaient, certes, été battus 1-2 à cette occasion mais, en guise de consolation, René Vandereycken avait au moins découvert un arrière latéral prometteur et bon pour le service durant pas mal d'années. Depuis, malheureusement, le garçon a erré. Avec lui, c'est souvent tout ou rien. A sa décharge, il faut dire qu'il a été ballotté à pas mal de places. Comme samedi passé encore, lorsqu'il a officié dans l'entrejeu des Limbourgeois face à Courtrai. J'ose espérer pour lui qu'à l'occasion des matches amicaux contre la Roumanie et la France, il saisira pleinement sa chance et que l'é...

Comme beaucoup d'autres, j'ai été époustouflé par les récentes performances d' Anthony Vanden Borre, avec le Racing Genk, contre le Club Bruges et Chelsea. Quand l'ex-Anderlechtois joue à ce niveau, il n'y a pas meilleur que lui au poste de back droit dans le foot belge. Il en avait d'ailleurs donné un aperçu, dans le passé, en jouant un match exceptionnel à cette place face à l'Espagne, au Heysel, voici deux ans. Les Diables Rouges avaient, certes, été battus 1-2 à cette occasion mais, en guise de consolation, René Vandereycken avait au moins découvert un arrière latéral prometteur et bon pour le service durant pas mal d'années. Depuis, malheureusement, le garçon a erré. Avec lui, c'est souvent tout ou rien. A sa décharge, il faut dire qu'il a été ballotté à pas mal de places. Comme samedi passé encore, lorsqu'il a officié dans l'entrejeu des Limbourgeois face à Courtrai. J'ose espérer pour lui qu'à l'occasion des matches amicaux contre la Roumanie et la France, il saisira pleinement sa chance et que l'épineux problème du back droit sera enfin résolu en équipe nationale. Il ne resterait alors plus qu'à trouver une solution à gauche. L'agréable surprise du week-end aura été le retour, agrémenté d'un but, de Thomas Vermaelen à Arsenal. Après deux ans de galère, sa présence ne peut qu'être bénéfique aux Gunners ainsi qu'aux Diables. Car je persiste à dire que la meilleure paire, en défense centrale, est formée du Londonien et du Mancunien Vincent Kompany.ny. Alex Ferguson ! Un quart de siècle de présence à la tête de l'équipe première de Manchester United. 25 ans assortis de 37 trophées : personne n'a jamais fait mieux. Et il n'en restera pas là puisque ce n'est pas demain qu'il va raccrocher. C'est un palmarès exceptionnel, mais je me demande quand même ce qu'il serait advenu de lui si, après 4 ans de présence, les Red Devils, 15e du championnat à ce moment, n'avaient pas sauvé leur saison par une victoire sur le fil en Cup. Car la tête de l'Ecossais était sur l'échafaud à ce moment. Tout porte à croire qu'il aurait alors été un manager aussi itinérant que les autres, même si l'Angleterre fait quand même figure d'exception, vu qu'un Arsène Wenger s'est inscrit lui aussi dans la durée à Arsenal et que David Moyes est solidement accroché à Everton aussi. A près de 70 ans, Sir Alex a tout connu et vécu. Le seul petit reproche que l'on pourrait lui faire, c'est qu'il n'a remporté que deux finales de la Ligue des Champions... Ce qui contraste quand même avec les 12 titres engrangés en Premier League. Je pense qu'il lui sera difficile d'améliorer ce total sur la scène européenne. On a vu à Wembley, au mois de mai passé, combien la différence est grande entre les Mancuniens et le FC Barcelone. A mes yeux, les seuls clubs qui sont capables d'inquiéter les Catalans sont le Real Madrid et, dans une moindre mesure, le Bayern Munich. Anderlecht a réussi une sacrée performance en étant le seul club à comptabiliser le maximum des points en Europa League après quatre journées. Sur un total de 48 équipes réparties en 12 groupes, ce n'est pas mal du tout. Même si la performance du Real Madrid, qui fait valoir les mêmes chiffres en CL est encore d'une autre dimension. Le Sporting a tous les atouts en main pour devancer le Lokomotiv Moscou, qu'il recevra le mois prochain. Pour ce faire, il lui suffit d'aborder son prochain match à l'AEK Athènes de la même manière conquérante qu'il l'a fait au Sturm Graz et à Moscou, même s'il a eu la chance de son côté là-bas. L'audace a payé pour les Anderlechtois et le même constat peut être établi également pour nos autres représentants en Europa League, le Standard et le Club Bruges. Le résultat le plus surprenant de cette semaine européenne est quand même le 1-1 du Racing Genk, à domicile, face à Chelsea. Malgré le score de forfait qui avait scellé le match aller à Stamford Bridge, les Limbourgeois ont eu la bonne idée de jouer crânement leur chance et en ont été récompensés. Qu'ils accrochent la 3e place ou non, ils quitteront de toute façon la CL la tête haute en ayant réussi à accrocher sur leurs terres ces deux grands du football européen que sont Valence et Chelsea. En attendant le Bayer Leverkusen, qui sait ? Après avoir opéré le plus souvent avec un seul homme en pointe depuis le début de la saison, l'entraîneur des Rouches, José Riga, a opté pour un duo la semaine passée en alignant tant au Vorskla Poltava qu'à Sclessin, face au Club Bruges, Mémé Tchité et GohiBiCyriac. Du coup, le premier, qui cherchait en vain la bonne carburation, s'est à nouveau senti pousser des ailes comme l'atteste sa production dans ces deux matches. Manifestement, le 4-4-2 est taillé sur mesure pour un Standard qui semble à présent lancé pour de bon. Quoi qu'il advienne lors du derby brugeois, programmé la prochaine journée, le Cercle est assuré de devancer son frère-ennemi au classement. C'est un comble, compte tenu de la révolution qui s'est opérée au Club, non seulement à sa tête mais aussi et surtout sur le terrain. Le Cercle a ce que le Club ne possède pas : une équipe bien huilée, où chacun sait à chaque moment ce qu'il doit faire, comme les Vert et Noir l'ont prouvé contre Anderlecht. De plus, ils possèdent en Bob Peeters un entraîneur qui ne détonerait pas chez le voisin. De quoi retourner encore un peu plus le couteau dans la plaie ! PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS - PHOTOS IMAGEGLOBE