1. Anderlecht : le retour aux sources

Le Clasico sera au centre de toutes les préoccupations de la 10e journée : Anderlercht-Standard vaudra la peine d'être suivi mais, en raison de la formule du championnat avec play- offs, cette affiche n'a pas la même saveur durant la phase classique... Tout le monde sait que ce sera autrement plus chaud et déterminant durant les PO1. On remarque cependant que les deux équipes sont en progrès depuis le début de la saison. Anderlecht a certes souvent fait preuve de réalisme mais je retiens davantage le profond changement de philosophie offensive.
...

Le Clasico sera au centre de toutes les préoccupations de la 10e journée : Anderlercht-Standard vaudra la peine d'être suivi mais, en raison de la formule du championnat avec play- offs, cette affiche n'a pas la même saveur durant la phase classique... Tout le monde sait que ce sera autrement plus chaud et déterminant durant les PO1. On remarque cependant que les deux équipes sont en progrès depuis le début de la saison. Anderlecht a certes souvent fait preuve de réalisme mais je retiens davantage le profond changement de philosophie offensive. Les Mauves pratiquaient un jeu de contres, essentiellement basé sur Romelu Lukaku la saison passée. Avec les nouveaux ( MilanJovanovic, Dieumerci Mbokani, bientôt Ronald Vargas) et ceux qui ont acquis une autre dimension ( Matias Suarez, Fernando Canesin...), Anderlecht a opté pour un jeu plus technique, au ras du sol. A mon avis, cette nouvelle façon de voir les choses, un vrai retour aux sources avec un effectif riche en profondeur, sera visible face au Standard mais la mue sera terminée en janvier. Et si tout se passe bien, personne ne pourra empêcher Anderlecht d'empocher le titre. Le temps de verdicts, c'est pas pour demain mais le coach du Standard avance pas à pas et je ne m'attendais pas à le voir aussi loin après trois mois de travail. On sait que ce n'est jamais facile au Standard, surtout après un changement de direction et un effectif chamboulé. L'équipe a été stabilisée tout en optant comme Anderlecht pour un jeu plus lié. L'absence de Kanu, suspendu, risque quand même de poser des problèmes en défense. Le Brésilien avait tout de suite solidifié la défense la saison passée. Je suppose que Laurent Ciman le remplacera dans l'axe de la défense. Franck Berrier s'installe de plus en plus dans une ligne médiane qui trouve ses équilibres. Il reste à être plus concret en pointe : ce sera un des problèmes que le Standard devra résoudre à Anderlecht. Les Brugeois ont été chercher le docteur Kristof Sas à Anderlecht en pleine saison. Dès qu'il fut question d'un départ vers Bruges, les Mauves ont mis fin à son contrat et ne cachent pas leur mécontentement. Sas avait-il besoin d'un nouveau défi ? Je ne sais pas... mais ce transfert fait du bruit car ce médecin était le chef de la cellule médicale bruxelloise où il livra un travail remarquable. Et le voici à la tête du nouveau Personal Performance Centre qui suit désormais tous les joueurs brugeois. Bruges ouvre l'£il quand il y a moyen de se renforcer. La saison passée, le Club s'était discrètement intéressé à la cellule scouting de Gand, à Franck Dury et à Mémé Tchité plus récemment sans en avertir le Standard. Je me demande ce que ces clubs doivent se dire lors des réunions de la Ligue Professionnelle. C'est bien la preuve que cet organe doit être indépendant. Il y a d'autres rapports médicaux, infiniment plus tristes. Je connais bien Walter Meeuws qui fut un de mes coaches en équipe nationale. L'accident de la route dont il a été victime en Egypte nous permet de prendre de la distance par rapport aux problèmes que nous vivons sur un terrain. Les circonstances ne sont pas les mêmes que celles d'autres accidents qui ont endeuillé le football belge mais cela fait réfléchir. J'ai aussi été ébranlé par la disparition d'un jeune joueur de 23 ans, Julien Bailleul (Lokeren, ex-Mons), emporté par un cancer. Le but d' Eden Hazard avec les Diables Rouges contre le Kazakhstan valait le coup d'£il car il concrétise le football qu'on aime. Eden, c'est parti. Il a été mis sur orbite par Dries Mertens. Cette phase de jeu est typique du football moderne. On ne peut plus se contenter de défendre, d'attendre le moment de dessiner un contre de temps en temps : c'est le football de papa. Plus il y a de joueurs techniques, mieux c'est pour tout le monde. Hazard a tout de suite compris Mertens. Il y a de plus en plus de joueurs doués en équipe nationale : Hazard, Mertens, Axel Witsel, Moussa Dembele, Steven Defour, etc. On ne peut pas se priver d'une telle richesse car la technique et la vitesse font désormais la différence. L'Allemagne, l'Espagne et les Pays-Bas cassent la baraque sur la route de l'Euro 2012. Il y a désormais ces trois pays, qui ont dominé le dernier Mondial, et les autres. Avant la dernière journée des éliminatoires, ces équipes nationales ont disputé 25 matches ensemble et cela a fait 25 victoires. Ce sont vraiment les exemples à suivre car ce n'est pas le fruit du hasard mais la conséquence d'une vision. Même s'il n'y en a que pour Anderlecht-Standard, on ne peut pas négliger l'autre affiche : Club Bruges-Gand. Les hommes de Trond Sollied sont dans le coup mais je demande confirmation dans les matches au sommet que les Buffalos ratent régulièrement comme ce fut le cas contre Anderlecht. Gand se distingue par un système bien rodé, celui de Sollied. Mais au-delà de cette occupation de terrain, très intéressante, cela manque de finesse dans tous les secteurs. Le Club Bruges varie plus ses coups et, d'après moi, gagnera le Clasico des Flandres. A plus long terme, Bruges devra peut-être se pencher sur son problème de finition : Björn Vleminckx se cherche et Joseph Akpala ne joue pas tout le temps. Si cela se confirme, Bruges devra acheter un buteur lors du mercato d'hiver. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC - PHOTOS IMAGEGLOBE