1. Comment les clubs vont-ils utiliser l'argent des droits télé ?

Ivan De Witte peut être fier, il a réussi un tout gros coup pour la fin de sa présidence de la Ligue pro. Simplement, son succès dans le dossier des droits TV ne doit pas faire oublier les moments difficiles qu'il a connus pendant son règne. La somme que les clubs vont toucher au cours des trois prochaines années, c'est étonnant, surtout après une saison marquée par une succession de misères, de disputes et de recours en justice. Il faut croire que le football belge n'a rien perdu de sa popularité après tous ces dérapages. Pour les clubs, la concurrence entre Belgacom et Telenet a été du pain béni. On lit partout que les supporters sont les victimes de l'opération puisqu'il faudra deux décodeurs et deux abonnements distincts si on veut suivre tous les matches de son club. D'accord, ce n'est pas l'idéal, mais si on se transporte quelques années en arrière, le progrès est quand même saisissant car on ne pouvait alors pas voir tous les matches de D1 en direct. Aujourd'hui, ça coûte mais c'est possible.
...

Ivan De Witte peut être fier, il a réussi un tout gros coup pour la fin de sa présidence de la Ligue pro. Simplement, son succès dans le dossier des droits TV ne doit pas faire oublier les moments difficiles qu'il a connus pendant son règne. La somme que les clubs vont toucher au cours des trois prochaines années, c'est étonnant, surtout après une saison marquée par une succession de misères, de disputes et de recours en justice. Il faut croire que le football belge n'a rien perdu de sa popularité après tous ces dérapages. Pour les clubs, la concurrence entre Belgacom et Telenet a été du pain béni. On lit partout que les supporters sont les victimes de l'opération puisqu'il faudra deux décodeurs et deux abonnements distincts si on veut suivre tous les matches de son club. D'accord, ce n'est pas l'idéal, mais si on se transporte quelques années en arrière, le progrès est quand même saisissant car on ne pouvait alors pas voir tous les matches de D1 en direct. Aujourd'hui, ça coûte mais c'est possible. Je suis quand même curieux de voir comment les clubs vont utiliser l'argent qui tombera prochainement. Si c'est pour faire quelques transferts de plus, il n'y aura pas grand intérêt. Ce serait bien si les dirigeants décidaient d'investir dans leurs infrastructures. Il ne faut pas nécessairement agrandir les stades, mais au niveau du confort et de la sécurité, il y a des frais à faire.Au Club, ça continue à bouger, les transferts entrants se succèdent. C'est maintenant un défenseur international suédois qui vient de signer : Michael Almebäck. Avant lui, il y a eu Björn Vleminckx, Thomas Meunier, Vladan Kujovic, Fredrik Stenman, Victor Vazquez, Niki Zimling. La nouvelle direction a annoncé qu'elle voulait plus faire confiance aux jeunes formés à Bruges mais j'ai du mal à comprendre car on ne fait pas venir des internationaux pour les laisser sur le banc. Je ne suis pas convaincu que les gamins du cru recevront leur chance. Et ce n'est pas le seul discours qui m'étonne là-bas. Les dirigeants veulent aussi de nouvelles méthodes de travail, avec par exemple un entraîneur spécifique pour chaque ligne. Le nouvel adjoint et le nouveau préparateur physique ont enseigné et leurs méthodes sont différentes de celles des gens qu'ils remplacent. Henk Mariman, le nouveau patron sportif, a aussi son style propre. Et les joueurs vont être beaucoup plus surveillés que dans le passé, on cherchera à savoir en permanence où ils seront et ce qu'ils feront. Au milieu, pour gérer tout cela, il y aura toujours Adrie Koster. Un vrai homme de foot, lui. Je me demande s'il pourra s'accommoder de cette nouvelle façon de travailler. Car lui, il n'a pas changé. On va lui demander de fonctionner d'une manière complètement différente, peut-être contre sa nature. Si la sauce ne prend pas pendant les deux ou trois premiers mois, il aura une pression énorme. Je ne comprends pas bien la politique des patrons du Club. Les prix des nouveaux abonnements s'envolent, ils sont multipliés par trois dans certains cas. C'est inadmissible. Des supporters qui déboursaient 600 euros par saison devront maintenant sortir 1.700 euros pour le même siège, sans aucun supplément de confort Je m'attendais à un départ de Michel Preud'homme, je me doutais qu'il n'allait pas s'éterniser à Twente. Mais sa nouvelle destination me surprend. Je ne le voyais pas signer en Arabie Saoudite. Je ne dis pas que c'est décevant mais quand même... Sur ce coup-là, je trouve qu'il a manqué de patience. S'il avait attendu un peu, il aurait sûrement reçu une bonne offre d'un grand championnat. Il a préféré foncer sur un défi dans un autre monde. Un peu comme Mbark Boussoufa quand il a signé au fin fond de la Russie On peut toujours dire qu' ErikGerets s'en est bien sorti après avoir travaillé dans le Golfe et qu' ArsèneWenger s'est retrouvé à Arsenal après avoir bossé au Japon, mais je trouve dommage que Preud'homme ait fait ce choix-là. Avec les qualités qu'il a, il mérite autre chose que l'Arabie. J'ai l'impression qu'il n'y avait jamais eu autant de dérapages de footballeurs que ces derniers mois. Ça n'arrête pas. Et le point commun entre tous ces gars-là, c'est qu'ils se retrouvent subitement du grenier à la cave parce qu'ils ont eu un, deux ou trois moments d'égarement. Prends Stijn Stijnen : en quelques mois, il passe de gardien titulaire des Diables à pestiféré. Logan Bailly était un héros en Allemagne, c'est maintenant un gars condamné à une peine de prison avec sursis. Et Ryan Giggs... Une icône en Angleterre, dans toute l'Europe, dans le monde entier. Maintenant, il porte l'étiquette d'un accro au sexe. Et les internationaux hollandais surpris en plein déhanchement dans une boîte de nuit à Rio de Janeiro alors qu'il y a un an, ce pays faisait la une parce qu'il étonnait à la Coupe du Monde ! Encore un pour la route... On vient d'apprendre qu' AnthonyVanden Borre avait été condamné à une grosse amende et un retrait de permis pour avoir été flashé à plus de 230 km/h. C'est de la folie. Que peuvent faire les clubs pour diminuer les risques de dérapages ? On ne peut pas traiter les footballeurs comme des enfants, mais seulement... comme des adultes encore jeunes. C'est impossible de leur coller un flic jour et nuit ! Tu peux entourer un joueur, l'abreuver de conseils, mais cela n'est possible qu'au stade. Dès qu'il franchit la grille, il échappe à ton contrôle.PAR MARC DEGRYSE