63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. Au niveau des résultats, il y a longtemps que le Club Bruges ne s'était plus aussi bien porté, avec 18 points sur 21. Il n'y a que Genk qui a été capable d'arrêter cette équipe en plein redressement. Mais à côté des chiffres, les problèmes n'arrêtent pas. La dispute entre Nabil Dirar et Ivan Perisic pour tirer un coup franc, c'est n'importe quoi. Wilfried Dalmat qui brosse la théorie parce qu'il n'est pas titulaire, même chose. Et le sommet, c'est l'affaire Stijn Stijnen. C'est dramatique pour tout le Club qui prend un avocat, Stijnen va sûrement faire la même chose, mais ses carottes sont cuites : il n'a plus d'avenir là-bas. La direction a envoyé un huissier au stade, dimanche au petit matin, pour vider son armoire : quelle tristesse ! Personne ne s'attendait à un truc pareil mais on sait depuis longtemps que Stijnen est un gars spécial. Depuis cinq ans, il multiplie les agressions sur le terrain et les provocations en dehors. Il a notamment attaqué Ivan De Witte, Sébastien Pocognoli, Dick Advocaat, Cristiano Ronaldo et d'autres. On a toujours l'impression qu'il a dans sa poche une bombe prête à exploser. Sa compagne et son frère prennent la responsabilité des messages anti- Colin Coosemans et anti-direction balancés sur internet, ils disent que Stijnen n'était pas au courant : personne n'y croit, évidemment. Bruges a déjà fait le ménage au niveau de sa direction, je m'attends à ce que ça bouge beaucoup en fin de saison dans le noyau. Il faut faire quelque chose, bâtir un nouveau Club. Ce n'est plus possible de continuer avec un groupe aussi spécial, un ramassis d'egos démesurés. Il y a plein de joueurs pas assez adultes et beaucoup de gars qui se prennent pour des vedettes mais n'en sont pas. Depuis plusieurs mois, c'est une escalade de problèmes qui n'en finit pas. Deux claques et une confiance qui s'envole. Anderlecht a vécu une semaine calamiteuse. Je continue à dire que l'Ajax n'est pas une grande équipe et que le Sporting a plus de qualités, mais les Hollandais se sont baladés. Au lieu de mettre au moins deux buts en première mi-temps, les Mauves ont rempli le réservoir de confiance de l'adversaire. Et du déplacement catastrophique à Westerlo, on ne retiendra que le record d'invincibilité de Silvio Proto : qu'elle est maigre, la consolation ! En fait, les derniers résultats en championnat, c'était un arbre qui cachait la forêt : Anderlecht gagnait mais les lacunes étaient là. Le Sporting doit se recadrer. Romelu Lukaku aussi. La coupe d'Europe et les grands rendez-vous en équipe nationale, ce n'est pas un match contre un petit du championnat. Il m'inquiète un peu. Pas parce qu'il ne marque plus mais parce que je vois qu'il ne progresse pas au niveau de ses points faibles. C'est normal qu'il en ait encore à son âge, mais il doit être capable de les gommer progressivement. Ce n'est pas en jouant exclusivement sur sa puissance et sa vitesse qu'il fera une grande carrière. Il doit encore beaucoup s'améliorer dans sa façon de courir, dans son placement, dans l'art de demander le ballon, au niveau technique, dans la vista, dans l'intelligence du jeu, etc. Il doit aussi apprendre à supporter la critique. Son entourage annonce qu'il ne donnera plus d'interviews pendant plusieurs semaines : c'est trop facile. Son père le défend trop et ne lui rend pas service. Lukaku est un grand arbre, il prend donc beaucoup de vent : qu'il apprenne à accepter la critique, qui peut être proportionnelle à tous les compliments qu'on lui fait. On doit aussi arrêter de l'annoncer pour 30 millions ou plus dans les plus grands clubs : il n'en a actuellement pas le niveau. Des attaquants comme lui, j'en vois dans les équipes de bas de classement en Angleterre. Il doit encore rester quelques années à Anderlecht. Qu'il oublie tout ce qu'on raconte et qu'il travaille. Le choc du 4 mars vaudra le détour. Anderlecht et Genk sont à égalité parfaite et ce sera le dernier test sérieux des deux candidats au titre avant les play-offs. Après ce match, on saura un peu mieux qui est le favori.Les gamineries continuent à la Ligue pro : on se tire toujours publiquement dans les pattes. Jolie publicité pour le foot belge ! A la télé flamande, Abbas Bayat s'attaque maintenant à son allié d'hier, Roger Vanden Stock. Il lance ses flèches sur le premier gentleman de notre football. J'ai l'impression de voir des gosses qui se bagarrent à coups de mottes de terre. Bayat reproche à Anderlecht de prêter des joueurs à des petits clubs pour avoir leur voix le jour où on décidera enfin d'une nouvelle formule. Mais Hernan Losada, il n'est pas prêté par Anderlecht à Charleroi ?... Jean-Marie Philips lance qu'il faudrait à la Ligue pro une révolution semblable à celle qui vient de se produire en Egypte. Le Standard attaque le G4 via la presse. Le patron sortant du Germinal Beerschot fait promettre à son successeur qu'il ne laissera plus entrer Glen De Boeck pendant 15 ans. Tout cela manque de style. On a déjà le record du monde de journées sans gouvernement, on file vers le record mondial de jours de bagarres puériles entre clubs de D1Qu'il est pénible, ce Standard ! Je sais, il y a encore plein d'absents mais ce n'est pas un prétexte suffisant pour n'avoir aucun collectif. Chaque semaine, c'est la même rengaine. Un Standard au complet peut faire mal aux meilleures équipes du championnat mais même une équipe décimée doit faire mieux que ce qu'elle montre pour le moment. Je ne vois pas de base, pas de système, pas d'automatismes. Dominique D'Onofrio n'est sûrement pas le seul responsable mais il y a des coaches qui réussissent à former un collectif même avec des joueurs limités. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE