1. Trois postes m'interpellent chez les Diables Rouges

Le galop d'entraînement de ce soir, en Finlande, servira d'ultime préparation pour les Diables avant l'Allemagne puis la Turquie. Personnellement, j'ai mes apaisements pour huit des onze postes. Les seuls points d'interrogations sont les places de gardien et des deux backs, où personne n'est parvenu à faire l'unanimité jusqu'ici. Pour le reste, dans une équipe que je disposerais en 4-2-3-1, mes faveurs iraient, au centre de la défense, pour le duo formé de Vincent Kompany et Thomas Vermaelen. Comme pare-chocs devant la ligne arrière, j'opterais pour Jan Vertonghen à gauche et Steven Defour à droite. Ce sont deux râtisseurs au volume de jeu intéressant qui, à mon sens, se complètent très bien : l'Ajacide a une excellente passe longue dans les pieds, tandis que le gars du Standard est habile dans le jeu court, à ras du sol. Devant ce tandem, je mettrais de droite à gauche Jonathan Legear, Marouane Fellaini et Eden Hazard. Et comme pointe, on ne peut évidemment plus se passer, déjà, d'un garçon comme Romelu Lukaku.
...

Le galop d'entraînement de ce soir, en Finlande, servira d'ultime préparation pour les Diables avant l'Allemagne puis la Turquie. Personnellement, j'ai mes apaisements pour huit des onze postes. Les seuls points d'interrogations sont les places de gardien et des deux backs, où personne n'est parvenu à faire l'unanimité jusqu'ici. Pour le reste, dans une équipe que je disposerais en 4-2-3-1, mes faveurs iraient, au centre de la défense, pour le duo formé de Vincent Kompany et Thomas Vermaelen. Comme pare-chocs devant la ligne arrière, j'opterais pour Jan Vertonghen à gauche et Steven Defour à droite. Ce sont deux râtisseurs au volume de jeu intéressant qui, à mon sens, se complètent très bien : l'Ajacide a une excellente passe longue dans les pieds, tandis que le gars du Standard est habile dans le jeu court, à ras du sol. Devant ce tandem, je mettrais de droite à gauche Jonathan Legear, Marouane Fellaini et Eden Hazard. Et comme pointe, on ne peut évidemment plus se passer, déjà, d'un garçon comme Romelu Lukaku.Après avoir montré de bonnes choses la saison passée, l'heure est à la confirmation pour certains jeunots, comme Eden Hazard et Romelu Lukaku. Mais je suivrai avec attention aussi les évolutions de deux autres jeunes qui se sont déjà signalés en ce début de championnat : Mehdi Carcela, en verve avec le Standard au Lierse et Kevin De Bruyne, fantastique avec Genk à Gand. Lille est-il en mesure de surprendre tout le beau monde de la L1 ? Ce n'est pas impossible. Le club nordiste monte in-contestablement en puissance d'année en année. Il m'avait déjà fait bonne impression lorsqu'il avait affronté Anderlecht en Ligue des Champions. Malgré la vente de stars comme Jean II Makoun ou Kader Keita ensuite, pour des montants astronomiques, le LOSC a poursuivi sa progression au point de terminer à une jolie quatrième place il y a quelques mois. Ses dirigeants auraient pu être tentés de faire une nouvelle opération financière juteuse en vendant leurs meilleurs joueurs cet été comme Eden Hazard, Rio Mavuba, Yohan Cabaye, Ludovic Obraniak ou Gervinho. Mais, à l'image de notre compatriote, pourtant courtisé par les plus grandes écuries, ils sont parvenus à conserver tout ce beau monde. Lille peut dès lors nourrir certaines aspirations. Et même, qui sait, coiffer tout le monde sur le poteau.Aux Pays -Bas, le championnat était revenu à un sans-grade ces deux dernières années : l'AZ en 2009 et Twente en 2010. En partageant l'enjeu face à Roda, Michel Preud'homme aura remarqué que son club est bel et bien attendu au tournant chaque semaine. Faire aussi bien qu'en 2009-2010 relèverait de l'exploit dans ces conditions. A l'heure où une délégation de la FIFA vient de mettre le cap sur la Belgique et les Pays-Bas, dans l'optique de l'attribution de la Coupe du Monde 2018, il est permis de se demander si l'opération-séduction est vraiment en passe de réussir. Les pavés lancés dans la mare par Bert Anciaux et Jean-Marie Dedecker n'auront pas été appréciés par les bonzes de l'organisation, sans compter que leur visite se passe justement au moment où l'affaire Ye revient sur le tapis. La Belgique, patrie déjà de l'arrêt Bosman, ne parvient décidément pas à se façonner une belle image auprès des grands décideurs. J'ai bien peur qu'au train où vont les choses, notre pays ne voit la Coupe du Monde lui filer sous le nez.J'ai bien peur, en revanche, que pour Genk, l'aventure continentale ne s'arrête face au FC Porto. Ce qui ne serait d'ailleurs nullement une honte compte tenu de la valeur des deux clubs. Les Portugais, qui restent sur une saison décevante, viennent déjà d'annoncer la couleur en battant leurs frères-ennemis du Benfica en Supercoupe : 2-0. C'est la preuve qu'ils sont prêts et je crains que les Racingmen ne le vérifient bel et bien à leurs dépens.On ne peut pas dire que le tirage au sort des compétitions européennes nous ait été défavorable. Le Partizan Belgrade est peut-être toujours un nom sur le plan du football en Europe, compte tenu de son riche passé, mais face au Club Bruges, la saison passée, il est quand même apparu clairement que les Serbes ne sont pas des foudres de guerre. Pour le Sporting, qui avait joué de malchance avec Lyon, le coup est cette fois plus jouable. Ce serait en tout cas un beau gâchis si après BATE Borisov, les Mauves devaient se faire surprendre par un adversaire de ce calibre. Avec le Dinamo Minsk, le Club Bruges est tombé précisément sur une autre équipe de Biélorussie. Désolé, mais le niveau du championnat de cette république de l'ex-URSS n'est quand même nullement comparable à celui de la grande Russie, voire de l'Ukraine, comme vient de le constater La Gantoise, face au Dinamo Kiev. Les Buffalos n'auront pas, sur le papier, une tâche plus aisée face à Feyenoord, même si, les Rotterdamois sont quelque peu rentrés dans le rang ces dernières années. Pour les Gantois, il s'agira toutefois de se méfier ce cette bête blessée. Je leur donne 51 % de chances de passer, à condition qu'ils se ressaisissent très vite car leur entrée en matière en championnat n'a pas vraiment été heureuse. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS- PHOTOS: REPORTERS