63 x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63 x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. Finalement, Sport/ FootMagazine a vu juste : tout ce qui avait été annoncé s'est produit. Le départ de DickAdvocaat est un nouveau coup dur pour les Diables. Un de plus. Mais tout cela n'était-il pas prévisible ? Engager un entraîneur du top, pour un petit pays comme le nôtre, était un risque. On pouvait craindre qu'il profite de la première occasion pour filer à l'anglaise... ou à la russe, dans ce cas-ci. Ce qui m'intéresserait de savoir, c'est pourquoi il s'en va. Lorsqu'il a signé, il avait expliqué qu'il voulait se rapprocher de chez lui et mener une vie plus tranquille. Les faits ont démenti cette affirmation. Le cumul avec l'AZ démontre qu'Advocaat avait encore besoin d'une activité quotidienne. Son départ pour la Russie démontre également que le haut niveau l'attire encore. Il y a peut-être une autre explication à ce départ : n'a-t-il pas été déçu par les conditions de travail rencontrées en Belgique ? Par l'amateurisme de la fédération ? Par le niveau du football belge ? Il aurait pourtant dû savoir où la Belgique se trouvait, sur le plan footballistique : tout le monde le sait. Toujours est-il que, pour les Diables, voilà encore du temps perdu. Va-t-on demander à Marc Wilmots de continuer dans la lignée du système Advocaat. S'il est désigné, ne voudra-t-il pas, lui aussi, imposer sa propre philosophie ? Si l'on prend un autre entraîneur, on peut déjà supposer qu'il imposera d'office ses propres méthodes. Après René Vandereycken, Frankie Vercauteren et Advocaat, on aurait donc un quatrième entraîneur en trois ans. C'est l'inverse d'une politique à long terme. Le titre d'Anderlecht est évidemment mérité. La direction a pris une très bonne décision en maintenant sa confiance à ArielJacobs, à un moment où cela tournait moins bien et où il était peut-être en proie au doute. C'est sa troisième saison à Anderlecht et son premier titre. Lui aussi l'a bien mérité. Avec cette attitude pleine d'humilité qui le caractérise, il a su mettre en place un vrai collectif. En début de saison, lorsque le Sporting n'était pas encore capable de dominer son sujet comme actuellement, Jacobs a parfois fait jouer son équipe de manière réaliste. Mais les points qu'il a su conquérir de cette manière ont permis aux joueurs de gagner en confiance et de s'orienter progressivement vers cette maîtrise dont ils témoignent aujourd'hui. Jacobs a su obtenir des résultats tout en lançant des jeunes, ce qui n'est jamais évident. On citera évidemment RomeluLukaku en premier lieu, mais des garçons comme CheikhouKouyate, MatíasSuarez et JonathanLegear ont aussi éclaté. LucasBiglia, encore jeune lui aussi, a disputé sa meilleure saison au Parc Astrid. Et MbarkBoussoufa a été le chef d'orchestre. Le parcours européen a constitué une bonne expérience pour tous ces joueurs qui ont beaucoup appris. L'équipe a grandi en se frottant à l'Ajax, Bilbao ou Hambourg. Je suis curieux de voir ce que cet Anderlecht-là pourrait accomplir en Ligue des Champions la saison prochaine. Cela fait quelques saisons que le Sporting n'a plus participé aux poules. Certes, il devra se farcir deux tours préliminaires, mais le statut de tête de série devrait lui permettre d'éviter les ténors. Si le souhait de la direction est de conserver l'effectif, elle ne doit pas se faire trop de soucis : peu de joueurs semblent désireux de quitter le club. Quel secteur faut-il renforcer ? Guillaume Gillet n'est pas un véritable arrière droit, c'est une solution de fortune pour pallier la blessure de Marcin Wasilewski, mais il en est lui-même conscient. Silvio Proto ne m'a pas toujours convaincu. Je ne dis pas que le Sporting doit à tout prix rechercher un nouveau gardien, mais en CL, on découvrira si Proto est - ou pas - un gardien de très haut niveau. La Gantoise s'est hissée à la deuxième place du classement. Les Buffalos sont aussi finalistes de la Coupe. Ils pourraient donc terminer la saison par deux coups d'éclat. Au contraire de Bruges qui, en 2010, a rarement fait honneur à ses ambitions. Au cours des play-offs I, ils furent loin de tenir une moyenne de champion. Pire : ils n'ont même pas une moyenne de candidats à l'Europe. Les hasards du calendrier vont nous offrir, lors de la dernière journée, un Gand-Bruges qui -à défaut de suspense pour le titre- pourrait constituer l'apothéose de play-offs qui ont raté leur objectif. Les Limbourgeois au tour préliminaire de la CL ? On croit rêver. Cela peut se révéler un cadeau empoisonné pour ce genre d'équipe. Le risque existe d'être éliminé d'emblée et d'être privé complètement de compétition européenne. Mais, comme sportif, on ne calcule pas : on a toujours envie de prendre ce qui est à sa portée. AiméAnthuenis a bien rebondi après avoir dû quitter le Germinal Beerschot en début de saison. Je voue une certaine sympathie à cet homme et je suis content pour lui : il est sur le point de fêter un titre de champion de D2 avec le Lierse. Cette équipe présente un visage un peu particulier : d'anciens joueurs d'Anderlecht, comme TomaszRadzinski, et des Egyptiens amenés par les nouveaux propriétaires du club. Le Lierse est un club de tradition, et peut compter sur un public fidèle et nombreux. Chacun sera d'accord pour affirmer qu'il a sa place en D1. L'an passé, le champion de D2 était Saint-Trond. Les Canaris ont continué sur leur lancée, ont accroché les play-offs I et pourraient se qualifier pour une coupe européenne. Le Lierse pourra-t-il imiter les Trudonnaires la saison prochaine ? PROPOS RECUEILLIS PAR DANIEL DEVOS- PHOTOS: REPORTERS