63 x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63 x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.Il y a deux Standard cette saison : celui qui aura été poussif en Belgique, avec une participation aux play-offs 2 en conséquence, et celui qui se sera révélé conquérant en Europe. Les Liégeois ont livré un match formidable au HSV, emmenés par un Dieumerci Mbokani des grands soirs. Il est simplement dommage que l'attaquant congolais ne soit pas parvenu à inscrire un deuxième but, qui aurait mis les siens sur du velours. Les Rouches pourraient s'en mordre les doigts, à l'image de l'occase galvaudée par Jonathan Legear, contre les mêmes joueurs. Les Principautaires ont 49,99 % de chances de se qualifier. Les chevronnés joueurs allemands sont davantage rompus aux matches à enjeu que la jeune classe liégeoise. Je mets ma main au feu qu'Hambourg marquera à Sclessin, à l'instar de ce qu'il a fait au Parc Astrid. Du coup, il faudra quand même que les joueurs locaux inscrivent trois buts. Avec l'appui de leur extraordinaire public, ce n'est évidemment pas impossible. Mais, pour ce faire, il ne faudra pas simplement que Dieu soit dans un grand soir. Jova devra l'être aussi. Or, au HSV, je l'ai trouvé bien terne. Dans les autres matches retour, mes faveurs vont à Liverpool, qui devrait effacer sans trop de problèmes le 2-1 concédé à Benfica ; Valence, en dépit de son 2-2 réalisé à domicile contre l'Atletico Madrid dans un match merveilleux et Wolfsburg, qui devrait lui aussi redresser la barre après son revers de toute justesse à Fulham : 2-1. Marquer pas de chance pour Manchester United qui va aborder le money time sans son joueur-vedette Wayne Rooney qui s'est blessé au Bayern, la semaine passée. L'attaquant anglais, c'était en quelque sorte le Mister 50 % de son équipe, et son absence risque d'être très préjudiciable aux Red Devils. Sans lui, les Mancuniens viennent en tout cas de réaliser une mauvaise affaire en perdant le match au sommet qui les a opposés à Chelsea : 1-2. Les Blues, eux, ont justement un buteur providentiel en la personne de DidierDrogba, qui a d'ailleurs plié le match en seconde période. Quant au troisième larron, Arsenal, il est paré lui aussi avec un Niclas Bendtner qui a fait la différence, in extremis contre les Wolves. En fin de campagne, il vaut mieux pouvoir compter sur un buteur affûté. Man Utd ne l'a plus et pourrait s'en mordre les doigts. En Allemagne, c'est le Bayern Munich qui a évidemment fait la bonne affaire en s'imposant à Schalke par 1-2. Les Bavarois sont premiers et peuvent espérer atteindre les demi-finales de la Ligue des Champions à Manchester United ce soir. Bravo à Louis van Gaal, encore tant décrié l'automne passé.A peine parti de Kavala, en Grèce, où il n'a travaillé que deux mois, Aad de Mos, présent au Parc Astrid, samedi passé, pour le clash entre Anderlecht et le Club Bruges, ne sera pas resté longtemps sans travail, puisqu'il a déjà retrouvé de l'embauche au Sparta Rotterdam. Voilà quelqu'un qui me sidère. Après le Sporting, où je l'avais eu en tant que coach à la fin des années 80, le Hollandais n'avait plus jamais marqué les esprits suite à des résultats fameux. Au contraire, même... Pourtant, il ne reste jamais inactif longtemps. C'est ce qui s'appelle savoir se vendre. Malgré le partage concédé à Anderlecht, il y aura eu une bonne nouvelle chez les Bleu et Noir la semaine passée : la prolongation du contrat d' Adrie Koster, jusqu'en 2012. Pour eux, c'est du pain béni. Le travail réalisé par le Néerlandais me laisse perplexe. J'avais vu à l'£uvre le groupe lors de la campagne de préparation et je m'étais dit que le nouveau coach aurait décidément fort à faire pour façonner une équipe homogène. Mais après six semaines à peine, les Brugeois étaient déjà sur la bonne voie. Et, depuis, ils n'ont fait que confirmer cette bonne impression. Par sa capacité d'assembler une à une les différentes pièces du puzzle, le Hollandais me fait songer à Trond Sollied, qui avait exactement eu la même faculté à dégager à la vitesse de l'éclair une formation compétitive. On trouve également du Ernst Happel en Koster. L'Autrichien n'avait pas son pareil pour faire jouer les siens la fleur au fusil, en prenant parfois les risques les plus insensés. Car quel entraîneur se serait prononcé tout au long de la deuxième mi-temps en faveur d'une défense à trois à Anderlecht alors qu'à quatre elle avait pris eau de toutes parts ? Koster a tenté le tout pour le tout. Avec succès, puisque le Club est revenu avec un point alors qu'il était pourtant mené 2-0 après une bonne heure de jeu. Koster est aussi un modèle comme homme. Il ne s'abaisse jamais à critiquer l'arbitre ou l'adversaire. Pourtant, il y aurait eu parfois pas mal à redire concernant les nombreuses exclusions dont le Club a été victime. Son attitude est fantastique et pas mal de ses collègues pourraient en prendre de la graine. Avec huit points de retard, le Club Bruges n'a pas réussi à résorber son retard mais retarde l'échéance : le Sporting devra patienter un peu plus pour fêter un 30e titre qui ne peut plus lui échapper. Le seul véritable attrait de ces play-offs, c'est la lutte pour la deuxième place, qui promet une belle empoignade entre Bruges et La Gantoise. propos receuillis par Bruno Govers