63 x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63 x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. L'annonce de la transformation du stade d'Anderlecht est une bonne nouvelle : 30.000 places, plus de confort, j'irai volontiers voir des matches là-bas. Le Sporting va se mettre aux normes de la licence UEFA mais il faut que nos autres clubs suivent. Il faudrait aussi durcir la licence belge en imposant notamment un certain nombre de places confortables dans chaque stade (10.000 par exemple) et un budget minimum (10 millions par exemple). C'est comme ça qu'on favoriserait un vrai professionnalisme. Avec tout mon respect, peut-on garder des clubs qui n'attirent que 4.000 ou 5.000 personnes et tournent avec un mini budget ? Si on impose ces conditions, on arrivera peut-être à une D1 avec 12 équipes : aucun problème pour moi. Ce serait même le nombre idéal. Charleroi se plaint d'avoir dû appeler des dizaines de personnes pour dégager son terrain samedi matin et apprendre vers midi qu'il était quand même impraticable, alors que d'autres clubs ont su dès le vendredi soir que leur match n'aurait pas lieu. C'est un nouvel incident entre la Fédération et le Sporting. Abbas Bayat a donné une interview très dure: il ose dire les choses comme elles sont, il rappelle notamment que notre foot pro est géré par des amateurs. Tout le monde voit que ça doit changer mais rien ne bouge. Le Standard me semble le club belge le mieux armé pour faire un bon résultat européen. Parce qu'il joue contre Salzbourg et que le prochain transfert de Milan Jovanovic devrait rendre toute sa sérénité à ce joueur. Pour Anderlecht et Bruges, j'ai de grosses craintes. Bilbao est une bonne équipe de la Liga. Si les Mauves retrouvent le niveau qu'ils ont eu contre l'Ajax, le Standard et le Germinal Beerschot, ils pourront peut-être viser un exploit. S'ils sont moyens comme contre le Club Bruges et Saint-Trond, ce sera mission impossible. Pour Bruges, qui ne m'a vraiment pas impressionné dimanche à Gand, ce sera encore plus compliqué parce que Valence fait partie du top espagnol. Chapeau à Adrie Koster pour les risques qu'il ose prendre. Même à Anderlecht, il a aligné une équipe très offensive, comme dans tous ses autres matches cette saison. Mais s'il est aussi franc contre Valence, Stijn Stijnen risque de s'amuser ! Tu laisses deux mètres d'espace aux attaquants espagnols et ils sont vite devant ton but. Ce sera un bon test car Bruges n'a pas encore affronté d'adversaire de ce niveau depuis l'arrivée du Néerlandais. Je pense qu'une qualification belge est jouable. Deux, ce serait un exploit. Trois, c'est impossible. Il n'y a eu que deux éliminés de prestige en cours de route : la Juventus et Liverpool. Tous les autres sont là et ça devrait se jouer entre le Real, Barcelone, Manchester United et Chelsea. Je suis curieux de voir la suite du parcours du Bayern, qui joue ce mercredi contre la Fiorentina. On a retrouvé le vrai Louis van Gaal : l'homme arrogant qui n'épargne personne et recherche les conflits, avec la presse, notamment. Ce n'est pas le plus élégant mais ça reste un tout grand entraîneur et les résultats des dernières semaines parlent pour lui. C'est aussi celui qui a complètement relancé Daniel Van Buyten alors que ce joueur n'a pas le profil idéal au départ. Mais van Gaal a plutôt l'habitude de rechercher des défenseurs qui sont des vrais joueurs de foot et qui construisent. La démission de Laszlo Bölöni n'est qu'à moitié surprenante : quand les résultats ne suivent pas, c'est logique que la relation entre les joueurs et l'entraîneur ne soit plus bonne. Il y a des explications cohérentes à la mauvaise saison du Standard : le départ d' OguchiOnyewu, la suspension d' AxelWitsel, la blessure de Steven Defour. Mais j'en vois aussi d'autres. La plus grosse erreur du coach a été de miser sur les matches européens et sur les playoffs. Peu d'équipes au monde ont assez de talent pour jouer à la carte. En Belgique, il n'y en a évidemment pas une seule qui peut se permettre le luxe de jouer en ralenti en pensant que les résultats suivront quand même. Il faut aborder chaque rencontre avec sérieux et Bölöni l'a oublié. Bölöni a aussi eu le tort d'entretenir un côté mystérieux. Il n'était pas trop explosif avec ses joueurs, mais le devenait dès qu'il se retrouvait dans une conférence de presse. Je n'ai jamais compris son attitude. Qu'un entraîneur surprenne de temps en temps, ça peut passer. Mais quand on est systématiquement déstabilisant, ça ne va plus. Quelles questions sensées pouvait-on encore lui poser ? A la moindre occasion, il humiliait les journalistes. Quand on a une telle expérience internationale, on n'a pas besoin de jouer ce jeu-là. DD veut que les joueurs du Standard retrouvent l'enthousiasme, la confiance et la fierté. Son profil est fort différent de celui de Bölöni et c'était sûrement nécessaire d'opérer une cassure. Mais je ne m'explique pas comment il a pu laisser Milan Jovanovic et Dieumerci Mbokani sur le banc contre Westerlo. Pour le même prix, le Standard ne marque pas miraculeusement à quelques minutes de la fin et la crise continue. Il ne faut pas que D'Onofrio tombe dans le même excès de confiance que Bölöni, il ne peut pas se dire qu'il n'y a que Westerlo en face et que la victoire sera automatiquement au rendez-vous. Il a joué avec le feu. Je ne dis pas qu'Olivier Dacourt a raison ou tort dans ce qu'il a raconté sur Bölöni. Mais comment est-ce possible de se laisser aller comme ça à son âge ? J'attendais autre chose d'un joueur avec un statut pareil. L'homme m'a énormément déçu. PROPOS RECUEILLIS PAR STéPHANE VANDE VELDE