63 x Diables Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63 x Diables Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5 x champion de Belgique, 1 x des Pays-Bas, 4 x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.Il n'y a pas trop lieu de se plaindre du tirage de l'EURO 2012. On aurait pu hériter d'un groupe autrement plus coriace. L'Allemagne s'impose logiquement comme favorite mais derrière la Mannschaft, c'est ouvert. En qualifications pour la Coupe du Monde, nous avons pris quatre points face à la Turquie. Tout est donc possible face à cette équipe en pleine reconstruction. L'Autriche n'est pas un épouvantail non plus. Certes, elle est capable du meilleur comme du pire, comme elle l'a prouvé lors des mêmes préliminaires mondiaux en battant la France 3-1 à Vienne. Mais, sur le long terme, elle manque d'arguments. Le plus important, pour nous, sera de réaliser le carton plein contre le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan. Méfiance quand même car on se souviendra que lors du premier match à enjeu de l'ère RenéVandereycken, les Kazakhs nous avaient contraints à un nul vierge au Parc Astrid en août 2006. L'agencement des matches est important. C'est la raison pour laquelle je ne comprends pas que Dick Advocaat ne soit pas présent lors de l'élaboration du calendrier le 18 février à Francfort. La fédération lui a laissé le choix : être au tirage au sort à Varsovie ou assister à la programmation des rencontres. A mes yeux, sa présence n'était nullement indispensable en Pologne. Par contre, elle aurait été indiquée pour les besoins de la grille finale parce que le sélectionneur sait mieux que quiconque ce qui est souhaitable ou non. Je choisirais par exemple de jouer le plus vite possible contre la Turquie, qui doit désormais composer sans l'emblématique Fatih Terim. Il lui faudra du temps pour trouver ses marques. Dès lors, il convient de profiter au plus tôt de cette situation.Certains ont cru un peu trop vite qu'Anderlecht était déjà champion. Les récents matches contre le Club Bruges et Saint-Trond ont prouvé que le Sporting a encore pas mal de chemin à faire. Face à ces deux équipes du top 6, les Mauves ont encaissé pas moins de 10 goals cette saison : quatre au stade Jan Breydel et deux chez eux, et deux fois deux face aux Canaris. A ce total, il faut en ajouter 3 contre Gand (1-1 à Anderlecht et 2-2 à Gentbrugge) et un devant le Standard et Zulte Waregem. Ce qui signifie que sur les 19 goals concédés jusqu'ici, 15, autrement dit les trois quarts, l'ont été contre des équipes que les Mauves vont à nouveau rencontrer lors des playoffs. Et comme les points seront réduits de moitié à ce moment, cela promet un fameux emballage final.Cinq équipes sont pour ainsi dire assurées de participer aux playoffs : Anderlecht, le Club Bruges, La Gantoise, Zulte Waregem et le Standard. Il n'y a que la sixième place qui est indécise. A mes yeux, Saint-Trond emportera le morceau devant le Germinal Beerschot et le FC Malines.Ceux qui ont souhaité une finale de Coupe entre La Gantoise et Malines en sont pour leurs frais. Le tirage au sort en a décidé autrement et c'est à la fois l'occasion pour le Cercle et Roulers de sauver leur saison. Les hasards du calendrier ont voulu que ces deux équipes se rencontrent déjà le week-end passé en championnat, avec un succès des Vert et Noir : 2-0. Ce soir, il ne devrait pas en aller autrement en Coupe car les Brugeois, qui ont signé leur quatrième victoire de rang, ont le vent en poupe. Ce qui ne peut être étendu à Roulers, qui vient de se faire dépasser au classement par Lokeren. Sur le plan des individualités aussi, l'avantage est au Cercle où quelques joueurs sont en grande forme. Lukas Van EenooJe songe notamment au jeune Lukas Van Eenoo ou encore au récent transfuge anderlechtois Reynaldo qui vient de marquer deux buts somptueux, à Malines d'abord et contre les Roulariens précisément.La question avait été posée il n'y a pas si longtemps par l'entraîneur du Standard, Laszlo Bölöni après qu' Axel Witsel soit renvoyé du terrain pour une intervention pied en avant sur l'arrière anderlechtois Roland Juhasz. A l'époque, le Comité sportif avait jugé l'exclusion suffisante et n'avait pas pénalisé davantage le joueur. Idem la semaine dernière en ce qui concerne le Brugeois Ronald Vargas, qui avait vu rouge suite à une intervention du même type sur Cheikhou Kouyaté. Pour moi, Karel Geraerts ne devrait pas être sanctionné davantage pour l'action qui lui a valu d'être expulsé face à Ernest Nfor dimanche : il jouait manifestement le ballon et non l'homme, comme son coéquipier quelques jours plus tôt au Parc Astrid. Il est clair que depuis l'affaire Wasilewski, les footballeurs ne peuvent plus se permettre grand-chose. Aujourd'hui, dès qu'ils sont en pleine extension, ils doivent s'attendre au pire. C'est regrettable car cette sévérité est en train de fausser la compétition. Si Vargas n'avait pas été exclu, tout porte à croire que Bruges ne serait pas rentré bredouille de son déplacement au parc Astrid. Et à 11 contre 11, il aurait peut-être ramené plus qu'un point de Zulte Waregem. A l'étranger, les arbitres ne sont manifestement pas enfermés dans le même carcan. Si en Angleterre ils sifflaient de la même manière que chez nous, le derby entre Liverpool et Everton aurait été stoppé après une bonne heure faute de joueurs sur le terrain, tant la lutte était âpre. Là-bas, les referees sentent toutefois le jeu, ce qui est de moins en moins le cas chez nous.PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS