63x Diables Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diables Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.J'avais prévu un 4 sur 6 pour nos deux représentants en Europa League avant leur double affrontement européen face au même adversaire. A mi-chemin, tant le Club Bruges devant le Partizan Belgrade qu'Anderlecht contre Timisoara ont rempli leur contrat : trois points à domicile pour les Bleu et Noir et un à l'extérieur pour les Mauves... même si ces derniers doivent se mordre les doigts de ne pas avoir remporté la totalité de l'enjeu. Timisoara était tout sauf un foudre de guerre. En ballotage favorable dans leurs groupes où ils occupent actuellement une position synonyme de qualification pour les 16es de finale, les deux clubs peuvent résolument espérer passer l'hiver au chaud. -On va encore beaucoup parler de la jeune classe anderlechtoise. Après Kanu, Romelu Lukaku, Bouba Saré et Cheikhou Kouyaté, voilà qu'un autre espoir a fait ses premiers pas européens : Christophe Diandy. Avec une moyenne de 22 ans, le Sporting peut résolument voir venir. D'autant plus que tous ces garçons sont loin d'avoir démérité en Roumanie. - Le RSCA aurait fort bien pu disposer d'une jeune pousse de plus en la personne de Vadis Odidja Ofoe, si celui-ci n'avait choisi de s'exiler à Hambourg en janvier 2008 avant de rebondir au Club Bruges l'année suivante. Vadis a indéniablement trouvé sa voie chez les Flandriens et je ne suis pas surpris que Tottenham s'intéresse à lui. Si Saint-Trond, surprenant leader, est revenu à une place davantage en adéquation avec sa réelle valeur, le FC Malines continue à tenir le haut du pavé. Et je n'ai pas l'impression qu'il dégringolera : la progression des Sang et Or, ces dernières années, a vraiment été méthodique (13e en 2007-08, 10e la saison passée et 3e à présent, à égalité avec le Standard). Les Malinois sont quelque peu surclassés par rapport aux Rouches, mais je reste persuadé qu'ils valent une place dans le top-6. A mes yeux, le Club Bruges, Anderlecht, le Standard et La Gantoise sont assurés de terminer parmi les quatre premiers. Mais pour les positions 5 et 6, je prévois une lutte à trois entre les Sang et Or, Zulte Waregem et le Germinal Beerschot. Par rapport à ceux-là, les Malinois éprouvent peut-être encore des problèmes à gérer un match. C'est encore trop souvent tout ou rien, comme l'indiquent d'ailleurs leurs stats : 7 succès, 5 défaites mais aucun match nul. Avec la victoire à 3 points, c'est sûr qu'on n'avance pas fort avec des nuls. Mais, de temps à autre, il y a quand même moyen d'éviter un revers grâce à une certaine lucidité. Or, chez les gars de Peter Maes, elle cède fréquemment le pas à l'enthousiasme. Les Liégeois ferment la marche dans leur poule en Ligue des Champions mais peuvent toutefois rectifier le tir lors de leurs deux prochains matches à domicile contre l'Olimpiacos et l'AZ. Ils n'entreront sans doute plus en ligne de compte pour les deux premières places mais la troisième est à leur portée. Les déboires des gars d'Alkmaar, lâchés par la banque DSB qui les parrainait, peuvent également jouer en faveur des Rouches.En général, quand la situation sportive d'un club laisse à désirer, c'est fréquemment le coach qui trinque. Mais pas à Genk, où la direction ne cherche pas de faux-fuyants. Dans un passé pas bien lointain, le président des Limbourgeois, Jos Vaessen, n'avait pas hésité à prendre ses responsabilités en faisant un pas de côté. Cette fois, son exemple a été imité par son successeur, Harry Lemmens, sans doute conscient, lui aussi, qu'il porte une part de responsabilité dans le malaise du Racing. La preuve par le nombre d'entraîneurs depuis deux ans : Hugo Broos en premier lieu, ensuite Ronny Van Geneugden puis Pierre Denier et à présent Hein Vanhaezebrouck. C'est beaucoup. D'autant que les résultats ne se sont guère améliorés durant tout ce temps, avec une 9e place en 2008 et une 8e en 2009. 14 points en 12 matches, assortis d'un average de 16 pour et 15 contre : c'est, grosso modo, une moyenne d'un but partout par match. Avec ça, on ne peut prétendre à une place dans le top-6 ! L'équipe manque de qualité, surtout au but et en pointe. Davino Verhulst n'a pas l'aura de ceux qui défendent les buts chez les trois grands. Les Limbourgeois devront aussi se doter d'un killer. Car contrairement aux ténors, qui possèdent tous un buteur, Thomas Buffel et Elyaniv Barda sont des pourvoyeurs davantage que des finisseurs et Moussa Koïta est trop limité. Sans grosse pointure devant, le Racing ne fera jamais illusion. Face à Lokeren, Vanhaezebrouck a eu la bonne idée d'en revenir à une défense à quatre, alors qu'il ne jurait que par une arrière-garde à trois. Quand il convient de faire un résultat, il faut pouvoir mettre de côté ses principes. Il doit poursuivre sur cette voie, quitte à changer son fusil d'épaule le jour où son équipe aura repris de la hauteur au classement. - A Lokeren, le topo est complètement différent : le président, Roger Lambrecht, ne se pose visiblement pas trop de questions en matière de gestion sportive, alors que chez lui aussi, c'est le défilé depuis 2006 : Ariel Jacobs, puis Rudi Cossey, Slavoljub Muslin, Georges Leekens, Freddy Heirman, Aleksandar Jankovic, et à présent Jacky Matthijssen. Est-ce vraiment chez eux que se situe le problème ? propos recueillis par bruno govers