63x Diables Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diables Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.A travers ses choix en matière de sélection pour les rencontres contre la Turquie et l'Estonie, Dick Advocaat a clairement émis deux signaux distincts en direction des Diables Rouges. Le premier concerne les anciens. Timmy Simons a beau être un capitaine au long cours, ce statut ne lui vaut manifestement pas un traitement de faveur, tant s'en faut. A près de 33 ans, et dans un secteur où la concurrence fait rage, le joueur du PSV devait démontrer qu'il valait davantage que les autres, qui ont dix ans de moins. Au vu des derniers matches, la balance ne penchait manifestement pas en sa faveur et il en a fait les frais. Le deuxième a trait à la jeune classe. En ne sélectionnant pas Sébastien Pocognoli et Anthony Vanden Borre, le Néerlandais a tenu à démontrer qu'il n'était pas question de badiner avec la discipline, et que tout joueur appelé en A se devait d'être professionnel à 100 %. Je crois que par le biais de ces exemples, chacun sait à quoi s'en tenir. Car ce qui est valable pour Simons peut être parfaitement d'application aussi pour Stijn Stijnen. Et ce qui vaut pour le duo précité est également valable pour d'autres jeunes comme Eden Hazard ou Kevin Mirallas. - Qui sera capitaine. Pour moi, trois éléments entrent en ligne de compte pour occuper ce rôle : Moussa Dembélé, qui aura été notre Diable Rouge le plus régulier, ces derniers mois. Vincent Kompany, indéniablement le plus doué de sa génération et dont l'emprise sur les autres ne se discute pas. Et last but not least Jan Vertonghen, qui a passé la surmultipliée ces derniers mois. - La réplique de nos représentants face à un adversaire contre lequel ils avaient déjà livré un match de bonne facture à Istanbul. Les Diables auront la chance de pouvoir jouer de manière tout à fait libérée, sans arrière-pensée, ce qui induit peut-être un bon résultat.Après Romelu Lukaku, le monde du football belge vient de découvrir le week-end passé un autre jeune de 16 ans promis sans conteste à un bel avenir : Mats Rits, médian du Germinal Beerschot. Indépendamment de l'âge, il y a au moins une autre similitude entre eux : en dépit de la cour assidue de la part de Chelsea pour l'un et de l'Ajax pour l'autre, ils ont eu la sagesse, guidés par leur entourage, d'opter pour un début de carrière en Belgique au lieu de rallier l'étranger. Je pense que c'est un choix judicieux. Tant qu'on est teenager, il s'agit de privilégier le sportif. Par la suite, il sera encore temps de songer à l'argent. - Ce qui me réjouit tout particulièrement, cette saison, c'est le nombre de jeunes qui se voient décerner une chance. J'ai déjà évoqué les noms de Mehdi Carcela et Eliaquim Mangala au Standard. Il y a eu Arnor Angeli en plus chez les Rouches. A Anderlecht, ce sont Kanu et Saré qui se manifestent à présent. C'est d'autant plus sympa qu'il en va là de clubs de pointe.Monté au jeu en fin de match contre l'Ajax, Tom De Sutter avait montré de bonnes choses au côté de Romelu Lukaku. Je croyais que ce tandem allait être reconduit au Club Bruges mais Ariel Jacobs a préféré ménager son jeunot. Dommage, car compte tenu de son état de forme et du retour au premier plan de l'ancien joueur du Cercle, leur association aurait pu être fructueuse. - Personnellement, j'aurais opté pour ce duo en pointe, avec Mbark Boussoufa à gauche et Jonathan Legear à droite, entourant eux-mêmes les milieux récupérateurs Lucas Biglia et Bouba Saré. Compte tenu des forces disponibles actuellement, c'est, à mes yeux, la meilleure solution pour meubler les lignes médiane et offensive. On verra lors du prochain match des Mauves, contre Charleroi, si le Diegemois est du même avis... Trois points au total, dont deux conquis à l'extérieur par nos clubs engagés sur la scène européenne : en ces temps de crise, il n'y a pas de quoi faire la fine bouche, d'autant plus que l'Ajax et l'AZ, c'est ce qui se fait de mieux en Hollande, ainsi que Toulouse, qui fait partie des bonnes formations en France. Pourtant, à l'analyse, je reste sur ma faim. D'accord, en arrachant le nul par trois fois, en toute fin de match, nos représentants ont étalé des ressources morales dont on ne les pensait plus capables. Mais si leur jusqu'au-boutisme doit être loué, pour la manière, par contre, on repassera. Par moments, je me serais cru revenir 20 ou 30 ans en arrière, à l'époque où le seul souci des équipes belges était de fermer la boutique derrière et de procéder par contres. A cette nuance près que l'on jouait quand même moins avec le feu. Car pour le même prix, il faut bien l'avouer, Anderlecht aurait pu être mené 0-2 après une dizaine de minutes face à l'Ajax, tout comme il aurait pu encaisser un but après le même laps de temps au Dinamo Zagreb. Au lieu d'un 4 sur 6, il se retrouverait alors avec 0 point après deux matches et le son de cloche serait différent. Idem pour le Standard, battu par Arsenal pour n'avoir su gérer son avance et qui, en raison d'une démarche par trop attentiste, a bien failli perdre à Alkmaar. Il n'y a rien à faire, Ariel Jacobs et Laszlo Bölöni me paraissent beaucoup trop calculateurs sur ces coups-là. Quelle différence avec Adrie Koster qui, en Néerlandais qui se respecte, ne s'embarrasse jamais trop de fioritures et prône l'attaque. Ce qui lui réussit plutôt bien car sans la bourde de Stijn Stijnen, le Club Bruges aurait pu revendiquer plus qu'un point. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS