63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. Il y a quand même une justice en football, en ce sens que le Racing Genk, l'équipe la plus régulière du championnat, s'est finalement imposée sur le fil. Il faut bien avouer que ça aurait fait désordre si le club qui s'était opposé le plus farouchement à la formule des play-offs l'avait emporté et ce, après avoir compté 16 points de retard sur le leader, Anderlecht, au bout de la phase classique de la compétition ! Il n'empêche que les Rouches, sans conteste les plus forts lors des play-offs, ne méritent pas de se retrouver les mains vides en fin de saison. C'est pourquoi j'espère vraiment leur victoire en Coupe face à Westerlo. Le titre pour Genk, la Coupe au Standard, voilà qui couronnerait les deux meilleures formations belges du moment.Aussi bien pour Genk que pour le Standard, le plus dur commence. Car, de part et d'autre, il s'agira d'essayer de garder l'essentiel de ses forces vives afin de faire bonne figure en préliminaires de la Ligue des Champions (2e tour pour le Standard et 3e pour Genk). Pour moi, les Liégeois devraient faire mieux que les Limbourgeois dans cette épreuve, dans la mesure où ils peuvent compter sur une phalange plus expérimentée. Encore que la jeune classe du Racing m'a franchement épaté. En particulier Thibaut Courtois. Ce gardien-là, c'est ni plus ni moins la classe mondiale ! Pour la première fois depuis 2002, Anderlecht ne clôture pas le championnat parmi les deux premiers. La direction paie ses erreurs de jugement. En tout début de saison, elle s'était déjà trompée en pensant que, sans Jelle Van Damme, l'équipe passerait le dernier tour qualificatif de la Ligue des Champions. Grossière erreur. Plus tard, elle a cru, manifestement, que sans le concours de Mbark Boussoufa, il ne lui arriverait rien de fâcheux en Jupiler League. La vérité du terrain a démontré le contraire. Les responsables du Sporting n'ont vraiment pas intérêt à se planter une troisième fois dans leur campagne de recrutement, sans quoi ils devront se contenter à nouveau d'une place d'honneur en fin de saison prochaine. Ce qui serait un gâchis, vu que la première place sera synonyme de qualification directe en poules de la C1. Il n'y a pas que les dirigeants qui doivent se livrer à une introspection. L'entraîneur, doit se demander aussi pourquoi ses joueurs, qui ont terminé la phase classique en tête, ont perdu totalement pied lors des play-offs en engrangeant moins de 50 % des points. Une cote d'exclusion pareille, c'est plutôt rarissime au Parc Astrid. Quant aux joueurs, ils ne sont pas à l'abri de tout reproche non plus. Ils ne se sont pas sublimés comme on était en droit de l'attendre.A mes yeux, le joueur belge 2010-2011 est Eden Hazard. Tout au long de cette campagne, notre compatriote se sera révélé un ouvre-boîtes de très grande qualité à Lille, contribuant à un parcours comme les Nordistes n'en avaient plus connu depuis un demi-siècle. A 20 ans, le LOSC est loin d'être le terminus pour lui. Après le Real Madrid, c'est l'Inter Milan qui fait de lui une de ses priorités. Pour moi, vu son petit gabarit et son extraordinaire technique en mouvement, il ne détonerait nullement au FC Barcelone. De toute façon, il est appelé tôt ou tard à rejoindre un club du top. S'il continue à progresser, je crois même qu'il est en mesure de devenir le meilleur attaquant belge de tous les temps. Derrière lui, sur mon podium, je citerai Vincent Kompany, vainqueur de la Cup avec Manchester City et qui arrive à pleine maturité, à 25 ans fraîchement sonnés. La troisième place, je la réserverai à Axel Witsel qui, depuis le départ de Mbark Boussoufa à Anzhi, s'est imposé comme le meilleur joueur sur nos pelouses. A l'instar des deux autres, le Liégeois est susceptible à court terme de faire le bonheur de tous les grands clubs européens. Du côté des entraîneurs, mon tiercé belge se compose de Michel Preud'homme, Frankie Vercauteren et Dominique D'Onofrio. Pour le premier, le doute n'est désormais plus permis : après avoir été un tout grand joueur, Preud'homme est bien parti pour devenir aussi un tout grand coach. Le titre avec le Standard après 25 ans d'attente, une saison au-delà des espérances avec La Gantoise et la Coupe des Pays-Bas pour sa première année avec Twente : tout ça n'est pas à la portée du premier venu. Vercauteren, qui a griffé à la fois Anderlecht et Genk, est de la même trempe que Preud'homme, en ce sens que je le vois bien s'exporter avec succès aussi tôt ou tard. Quant à Dominique D'Onofrio, il a pris une éclatante revanche par rapport à tous ceux qui l'ont voué aux gémonies. Il méritait bien ça. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS