1 Le Standard ne doit pas rêver que de la Coupe

Le succès des Liégeois à Anderlecht (1-3) est intéressant à plus d'un titre et prouve, paradoxalement, que ce club aurait pu compter 10 points de plus au terme de la phase classique. Et, dans ces conditions-là, le Standard serait engagé dans la lutte pour le titre. Quand un club maîtrise aussi bien son sujet sur les terres de son ennemi héréditaire, avec presque une équipe mixte, un Standard B, j'y vois la preuve que cet effectif est riche en profondeur et aurait dû être plus ambitieux. On ne peut plus expliquer certaines défaites de la première partie du championnat par les absences de Steven Defour ou d' Axel Witsel. Cela a bien tourné à Anderlecht mais il y avait un gros risque quand même. Une lourde défaite aurait été difficile à expliquer.
...

Le succès des Liégeois à Anderlecht (1-3) est intéressant à plus d'un titre et prouve, paradoxalement, que ce club aurait pu compter 10 points de plus au terme de la phase classique. Et, dans ces conditions-là, le Standard serait engagé dans la lutte pour le titre. Quand un club maîtrise aussi bien son sujet sur les terres de son ennemi héréditaire, avec presque une équipe mixte, un Standard B, j'y vois la preuve que cet effectif est riche en profondeur et aurait dû être plus ambitieux. On ne peut plus expliquer certaines défaites de la première partie du championnat par les absences de Steven Defour ou d' Axel Witsel. Cela a bien tourné à Anderlecht mais il y avait un gros risque quand même. Une lourde défaite aurait été difficile à expliquer. Le Standard ne doit pas rêver que de la Coupe. Par respect à l'égard de ses supporters, des qualités de son effectif et du football en général, il ne peut pas faire une croix sur le championnat. Sur ce qui a été prouvé à Anderlecht, la troisième place est à portée de main de Dominique D'Onofrio. Il est toujours dangereux de mettre tous ses £ufs dans le même panier, celui de la Coupe dans ce cas-ci. Le 1-0 du match aller en demi-finale à Gand est intéressant mais c'est aussi une base fragile. Même si le Standard est en plein boum, il faudra gérer cet aspect psychologique, le poids du " il faut gagner car la Coupe est l'objectif numéro 1 de la saison ". Les Buffalos disposent d'un bastion offensif de qualité. Cette équipe peut marquer à chaque instant mais c'est nettement moins brillant en défense. A 10 contre 11, Gand aurait pu battre le Club Bruges et cela signifie que cette équipe dispose d'arguments intéressants. Mais, par contre, il manque encore un peu d'expérience pour créer la différence dans les grands moments. On verra si cela se vérifie en Coupe. Anderlecht rend visite au Club Bruges lors de la prochaine journée alors que je m'interroge sur le jeu des deux équipes. Pour le moment, leurs quatre adversaires font mieux qu'eux, c'est inquiétant. Bruges prépare l'avenir, c'est très bien, tout le monde le sait, surtout... l'effectif qui est toujours en place. Je suppose que certains ne sont plus aussi motivés. A Gand, le Club n'a pas raflé toute la mise alors que son adversaire a joué toute une partie de la rencontre à 10. Le Club Bruges s'interroge mais que dire alors d'Anderlecht. Si les Mauves ne se refont pas vite une santé, ils risquent de disparaître dans le ventre mou des PO1. Ils n'ont jamais très bien joué cette saison en championnat et je n'oublie pas les désillusions européennes. Malgré cela, Anderlecht a terminé la phase classique du championnat en tête. On parlait de Mbark Boussoufa dépendance. Il était obligé de décrocher et de demander sans cesse le ballon et cela cachait la pauvreté du jeu qui éclate désormais au grand jour : manque d'idées et de personnalités. Anderlecht aura bien besoin des 8 millions du transfert de Boussoufa pour régénérer son équipe. Jelle Van Damme et Jan Polak n'ont pas été remplacés et Mbark a laissé un trou que personne n'est capable de boucher. Là, c'est à l'entraîneur de trouver des solutions et, visiblement, il n'y parvient pas. Les rendez-vous européens ne manqueront pas cette semaine et le choc entre les deux Barça vaudra le coup d'oeil. Il mettra aux prises le vrai Barça à celui d'Europe de l'Est, le Shakhtar Donetsk. José Mourinho, qui vient de subir sa première défaite à domicile en neuf ans à la tête d'un club regardera cela d'un £il intéressé. Mais avec huit points dans la vue, Don José peut oublier le titre. Ce Barça-là est hors concours. Manchester United emprunte le même chemin en Angleterre. Contre West Ham (2-4), on a vu les côtés pile et face de Wayne Rooney : trois buts puis des insultes. Quand on gagne des fortunes chaque semaine, on se doit d'être impeccable car on récolte souvent dans les tribunes les fruits de la bêtise semée sur le terrain. J'espère que la fédération anglaise punira sévèrement Rooney : quel mauvais exemple avant Chelsea-MU en Ligue des Champions. Eden Hazard a fêté son 100e match de L1 en offrant un but à Lille : magnifique, évidemment. Loin de là, Twente a repris la tête de la D1 hollandaise, 2-0 contre le PSV avec deux buts de Theo Janssen dont un fabuleux lob. Il y a un an ou deux, Janssen qui a des airs de Walter Baseggio, a été jugé trop gros et trop indiscipliné pour signer une grande carrière. Il est passé à Genk où, c'est incroyable, on l'a estimé insuffisant. Or, il n'y a pas de Theo Janssen en Belgique. Ni à Genk, ni ailleurs et surtout pas à Anderlecht. Les Diables Rouges ne peuvent pas cacher la forêt de nos soucis. Ils ont confirmé leur retour contre l'Azerbaïdjan. Après une telle fête, il aurait été navrant de reporter le début des play-offs. La fédé a bien fait de risquer 500.000 euros d'astreinte judiciaire. Il était important que le sport soit au centre du débat. Mais j'espère qu'il n'y aura pas d'autres rebondissements qui puissent perturber les play-offs car ce serait une vraie catastrophe. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC - PHOTOS: IMAGEGLOBE