63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91.
...

63x Diable Rouge (23 buts), a joué en attaque pour Bruges, Anderlecht, Sheffield Wed., PSV, Gand et G. Beerschot. 5x champion de Belgique, 1x des Pays-Bas, 4x Footballeur Pro, Soulier d'Or 91. La sixième journée de championnat propose quelques matches qui vaudront le détour. La tête d'affiche c'est la rencontre entre le Club Bruges et Genk. Les deux équipes ont le vent en poupe : après un départ mineur, les Bleu et Noir ont retrouvé toute leur verve grâce à deux victoires au Dinamo Minsk puis à Westerlo. Les Limbourgeois vivent sur un petit nuage depuis le début de la saison : 15 sur 15. Je suis curieux de voir comment ils aborderont ce déplacement. A La Gantoise, ils m'avaient sidéré en jouant la fleur au fusil, pour l'emporter 0-4. Feront-ils preuve de la même audace ? Une place de leader à défendre pourrait les inciter à davantage de prudence. Ils auront en tout cas la pression, ce qui n'était pas encore le cas à Gand. Un autre match sort du lot : Saint-Trond-Anderlecht. La saison passée, le Sporting n'était parvenu à faire mordre la poussière aux Canaris ni au Stayenveld, ni au Parc Astrid. Et ce déplacement ne tombe pas à pic pour les Bruxellois : l'année dernière, il s'était situé après le malheureux épisode Wasilewski ; cette fois il fait suite à la non-qualification pour la CL face au Partizan Belgrade et le nul vierge au Parc Astrid devant Zulte Waregem. Beaucoup ont cru trop vite que le Sporting était parti pour un nouveau cavalier seul quand il comptait 7 et 5 points d'avance sur le Club Bruges et le Standard. S'il fait toujours figure de favori, la lutte promet cette fois d'être beaucoup plus acharnée. Une fois n'est pas coutume, bon nombre de clubs ont profité des dernières heures du mercato pour réaliser quelques soldes : on met le grappin sur du surplus ou ce que les autres ne veulent pas. Le Standard a évidemment fait fort en acquérant in extremis des garçons tels Mémé Tchité, Aloys Nong et Mbaye Leye. Qualitativement, ils sont toutefois loin de valoir Milan Jovanovic, DieumerciMbokani et Igor de Camargo. Les Rouches se sont appauvris et le constat est perceptible un peu partout car Anderlecht, sans Jelle Van Damme, n'est plus le même. Et Gand sans Roberto Rosales non plus. Ce qui frappe, c'est l'appel aux buteurs, comme Wesley Sonck au Lierse ou Kevin Vandenbergh à Eupen. Reste à voir quand ces garçons, qui présentent un grand retard conditionnel, seront bons pour le service. Pas sûr qu'ils sortent immédiatement leur club de l'ornière. Eupen est le premier à évoluer sans le coach en place en début de saison. Avec 0 sur 15, ça sentait évidemment le roussi pour Dany Ost. Dommage, car le Bruxellois avait réalisé du bon travail ces deux dernières années. Le club aurait dû lui permettre de continuer quelques rencontres encore, avec le concours des nouvelles têtes. Au Lierse, Aimé Anthuenis, qui se trouve dans la même situation, aura cette chance. Mais le programme des Jaune et Noir n'est pas une sinécure : contre Gand d'abord, puis à Westerlo et enfin contre Anderlecht. Si le club reste toujours en rade à ce moment, j'ai bien peur qu'Aimé soit dégommé à son tour. Je me fais du souci aussi pour Glen De Boeck, mal embarqué avec le Germinal Beerschot et qui n'a finalement reçu aucun des renforts offensifs qu'il voulait. Par rapport au match à domicile face à l'Espagne comptant pour la Coupe du Monde 2010 et celui face à l'Allemagne pour l'EURO 2012, il y a des similitudes. Les deux fois, les Diables ont livré un match honnête mais se sont retrouvés les mains vides au coup de sifflet final. La victoire ne constitue pas un must devant ces deux ténors, mais quand on a la possibilité de grappiller un point, comme ce fut le cas en menant 1-0 devant la formation ibérique ou qu'on tient la dragée haute à la Mannschaft pendant les trois quarts de la partie, il ne faut pas laisser passer ce genre d'opportunité. Le moment d'égarement est donc interdit. Ce que n'a pas compris Daniel Van Buyten ce coup-ci. Si l'on peut se montrer indulgent avec un jeunot, sa bourde est impardonnable pour un chevronné comme lui. Il ne doit pas pointer du doigt Marouane Fellaini, qui lui a soi-disant donné un ballon empoisonné. C'est lui, et personne d'autre, qui est en faute. J'ai cru comprendre qu'il en allait de sa 11e bourde avec l'équipe nationale. C'est énorme. Si la Belgique n'avait pas de solution de rechange dans l'axe, on pourrait concevoir qu'il soit toujours indéboulonnable. Mais on l'embarras du choix. Je plaide en faveur d'un duo Vincent Kompany- Thomas Vermaelen. Compte tenu de leur jeune âge, on est partis pour une dizaine d'années avec eux. Cette association permettrait aussi au joueur d'Arsenal de retrouver sa place de prédilection. Même s'il ne démérite pas au back, il est quand même meilleur en position axiale. Parmi les autres résultats de ces premiers matches qualificatifs, c'est évidemment le 0-1 de la France face à la Belarus qui saute aux yeux. Beaucoup s'attendaient un peu trop vite, sans doute, à ce que les Bleus retrouvent tout leur allant en un coup de cuiller à pot. C'est raté, la France reste un vaste chantier, toujours en proie à un énorme problème de finition. Cette fois, elle aurait pu jouer une nouvelle fois dix heures sans marquer. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS - PHOTOS : REPORTERS