Charleroi organisait, la semaine dernière, l'un des 12 groupes qualificatifs pour le Championnat d'Europe des û19 ans : au stade du Sporting pour les matches de la Belgique, au stade de l'Olympic pour les autres. Les Diablotins, qui ne partaient pas favoris, ont agréablement surpris en terminant en tête de leur groupe grâce à une belle victoire (3-1) contre la Turquie qui avait été finaliste du dernier EURO, une autre plus logique face à St-Marin (4-0) et un partage contre l'Ecosse (1-1) qui...

Charleroi organisait, la semaine dernière, l'un des 12 groupes qualificatifs pour le Championnat d'Europe des û19 ans : au stade du Sporting pour les matches de la Belgique, au stade de l'Olympic pour les autres. Les Diablotins, qui ne partaient pas favoris, ont agréablement surpris en terminant en tête de leur groupe grâce à une belle victoire (3-1) contre la Turquie qui avait été finaliste du dernier EURO, une autre plus logique face à St-Marin (4-0) et un partage contre l'Ecosse (1-1) qui arrangeait tout le monde : ce point assurait la première place aux Belges, offrait la deuxième place qualificative aux Ecossais et scellait l'élimination des Turcs, vainqueurs inutiles de St-Marin par... 10-0. La suite, pour la Belgique, ce sera un nouveau tournoi de quatre équipes (à disputer avant la fin mai dans l'un des pays participants) face à l'Italie, à l'Arménie et à un troisième adversaire pas encore connu. Le vainqueur de ce tournoi sera qualifié, avec sept autres formations, pour le Championnat d'Europe des û19 ans. " L'ambition est d'aller le plus loin possible ", affirme l'entraîneur MarcVanGeersom. " Aller à l'EURO est possible, car la génération actuelle est de qualité. C'est tout le travail effectué depuis trois ans qui a porté ses fruits. On a essayé de développer un bon football, fait de vitesse et de combinaisons, et on y est souvent parvenu. Ce qui est encourageant, c'est que cinq ou six joueurs n'ont encore que 17 ans et ont déjà prouvé qu'ils pouvaient évoluer à ce niveau. Seuls trois joueurs ont déjà goûté à la D1 ( PacoSanchezd'Aviolo à Mouscron, JonathanLegear à Anderlecht et PrinceAsubonteng au GBA), mais ce phénomène n'est pas inhabituel dans cette catégorie. D'autres joueurs ont les capacités voulues, mais il faut éviter de les brûler en les lançant trop tôt dans le grand bain de la D1 ". " Mentalement, on a eu le mérite de réagir après avoir été mené 0-1 par la Turquie dans le premier match ", estime Sanchez, né en Belgique d'un père espagnol et d'une mère italienne. " Ce fut le moment-clef de notre tournoi. Notre qualification n'est pas usurpée : on était bien physiquement et, surtout, on était bien organisés ". " On n'a pas uniquement joué à la Belge ", renchérit Legear. " Il y a aussi du talent individuel dans cette équipe. Mais c'est le collectif qui met les individualités en valeur. Contre la Turquie, on a renversé la tendance grâce à deux phases arrêtées qui avaient été travaillées à l'entraînement ". (D. Devos)