1. Tout à l'égout

Ne vous moquez plus de la D1B : on y pratique l'espionnage futuriste. Sûrement inspiré par Scotland Yard, l'ex-T1 de Leicester (aujourd'hui à OHL) a envoyé son kiné au Kiel, le vendredi avant Beerschot-OHL. Sa mission : filmer discretos sur son mini-iPad les phases arrêtées de Marc Brys. Manque de bol, l'oiseau s'est fait repérer par un gus du staff, lui-même ex de Den Dreef. Sauf que les Rats ont frôlé le revers face aux Louvanistes (2-2). Et cette autre folle rumeur de gonfler de Westerlo : une semaine avant, le coach du Kuipje se serait planqué... aux WC. Des latrines jouxtant le vestiaire visiteur, Dusan Pelic aurait capté, derrière la cloison gyproc, le briefing de Brys pour forcer un excellent 0-0... Westerlo a publié un communiqué officiel niant formellement de telles pratiques. Question cruciale pour l'enquête : les WC étaient-ils fermés de l'intérieur ?

2. I Want You

Bluffée par le parcours des Diables, la Fédé américaine de Soccer a visité l'Académie brugeoise, avec EthanHorvath comme guide. Sauf... qu'aucun Diable actuel ne joue ou n'a opéré sa formation au Breydel. Et que le seul vrai produit local titulaire chez Leko se nomme Brandon Mechele... dont MPH ne voulait plus. Et qui n'a été ramené au bled, après prêt, que par son ex-T1 canari. Précision de Vincent Mannaert : " De tous les clubs du G5, Bruges compte le plus de produits locaux dans son noyau élargi. " Très élargi alors.

3. Jason le traître

Bruges-Antwerp, le match de l'année pour les hooligans, a donc été réglé par un Suisse neutre : Saulo Decarli a marqué le seul but dimanche. La tension entre les deux noyaux durs remonterait à... 1907-08 : les deux kops s'étaient étripés au régime pierres et boue, trois joueurs anversois avaient été blessés, un 4e avait été repêché... dans un canal. Le président anversois avait fait fuir les autres par train. S'il avait vécu en ce temps, Jason Vandelanoitte aurait pu en être : cet ex-Espoir brugeois, capé avec les Diables contre la Turquie en 2006 (3-3), est frappé... d'une exclusion de stade en Nationales pour avoir joué du poing dans une baston face aux hooligans gantois. " Il y avait trois autres joueurs de Bruges membres du noyau dur ", glisse le doux Jason. Qui, du coup, joue à... Kwik Eine, lanterne rouge de P2 est-flandrienne. Toujours cette satanée exclusion de Nationale...

4. Le Monsieur, il a triché.

Le concours était ouvert à tous les gamins de Belgique... mais c'est un graphiste professionnel de 36 ans qui a gagné : la nouvelle mascotte des Diables, un diablotin rigolard et tricolore faisant le " V " de la victoire, est sorti du crayon d'Arnaud Hermant, un pro du design qui avait déjà pondu la mascotte de son petit club, le Daring Molenbeek. " C'est une surprise pour moi, jusque là je faisais juste des petites capsules sur Twitter autour des Diables, mais sans autre ambition ", explique le proclamé. Son personnage, baptisé Red, va être retravaillé et sortira officiellement dans les bacs en mars. On ignore si le gus sera intéressé aux bénéfices : l'Union Belge a l'habitude de limiter ses discussions en droits à l'image à ses Messieurs les Diables. Et donc, Arnaud se contentera d'avoir presté pour la beauté du geste...

5. Bello rosso

Le Standard tourne tchitcho : deux de ses pépites sont suivies par... la Squadra Azzurra U16. Giacomo D'Asaro, capitaine des U15 rouches, est repris par le coach transalpin pour un test. Jeudi passé, c'est son équipier gardien Lillo Guarneri qui a (bien) joué contre l'Ukraine : Olivier Renard s'était farci le voyage à Kiev... sans doute pour surveiller le gamin, pisté par la Juve, la Roma et l'Inter. Sacré Luigi Pieroni : et si le T1 des U16 rouches bossait pour la terre des aïeux ?

6. Big Brother

Au panier les grosses Rolex, Genk opte pour Whoop : le Racing flique ses joueurs via des montres-bracelets qui, via les pulsations, mesurent les plages de sommeil et de récupération. " Je me sens comme un prisonnier sous bracelet électronique ", ajoute un joueur anonyme. Car oui : un pic de pulsations vers 2 h du matin, ça sent forcément la sortie en boîte... ou la partie coquine. " C'est un non-sens ", dit un expert en sommeil : " Il faut surveiller en permanence que les points d'impact ne se décollent pas, j'ai testé le Whoop chez le dentiste, le gadget m'a diagnostiqué en sommeil profond... alors que j'étais juste dans le fauteuil. " Le brol est utilisé par Michael Phelps et LeBron James : tout n'est pas perdu, Clinton Mata et Siebe Schrijvers se sentent un peu champions olympiques. Et dimanche au Parc, sûr que les Genkois n'étaient pas en sommeil profond.

7. Effet retard

Vainqueur à Anderlecht, Genk a sauvé la tête d'Albert Stuivenberg. Le choc psychologique à distance peut-être. Car au même moment, l'équipe du Racing championne en 2002, réunie à l'intiative de Koen Daerden, suivait le match en télé à la Luminus Arena avant d'enchaîner par un geuleton. Josip Skoko avait volé spécialement d'Australie pour l'occasion. Aussi présent, le coach Sef Vergoossen a prouvé que sa magie opère toujours 15 ans après. À distance en plus. Albert, dis merci au Monsieur.

8. Oli & Marcel sont sur un rafiot

Sale soirée pour Olivier Deschacht face au PSG : déjà que notre jubilaire centenaire avait sûrement brossé son passage au bookmaker du coin (le prédécent duel face aux Parisiens, époque Zlatan, l'avait fait plonger dans le Unibet-Gate), il a même loupé le maillot de Neymar... pour lequel il avait démarché le Brésilien avant le match. Saloperie de concurrence en défense : Josué Sa est passé avant lui et a profité de la parenté idiomatique. Oli s'est donc consolé avec la tunique à Kylian Mbappé : la seule fois de la soirée, sûrement, qu'il voyait de près son opposant direct. Hachés menu aussi, les amateurs de burgers : pour son offre de lancement, un fast-food bruxellois promettait des menus gratuits... en cas de succès mauve. " Si Anderlecht gagne, c'est Marcel qui régale " : le coup de pub est passé partout... et n'a rien coûté. Futé Marcel quand même.

9. Retour de balancier

Bregel Sport se prépare des attaques de feu : ce club de P1 Limbourg enrôle Eric Viscaal (155 pions en Belgique avec Beveren, Lierse, Genk, Gand, Malines) comme patron des jeunes... et coach technique des avants. " Il faut mettre fin à l'exode des bons joueurs limbourgeois vers les Pays-Bas où on leur offre cette formation technique ", explique l'ex-buteur de poche. Le Batave trahit donc les siens au profit des Belges : Viscaal avait fait l'EURO 92 avec les Oranje de Ruud Gullit, Marco Van Basten et Dennis Bergkamp...

10. Omar m'a (pas) tuer

Mouscron-Standard a fait un carton d'audience à Mexico-City : tous les matches belges de Guillermo Ochoa sont retransmis sur les chaînes foot locales... et au surplus, il y avait Omar Govea en face. Le cerveau hurlu avait juré de mettre un pion à son idole... et pour ce faire, il avait demandé à ses parents, de passage en Belgique, de remonter des sauces piquantes du bled pour son menu d'avant-match : " Au Mexique on trouve les meilleurs piments du monde, on fait même des... glaces au chili ", explique Omar. Lequel n'a finalement pas tenu parole : les Rouches ont aligné leur 2e succès de suite. Marrant : ils regagnent... depuis que Bruno Venanzi leur a promis trois doubles primes de suite. Garanti : demain, le Standard s'impose à l'Antwerp. Pour les matches suivants, faudra voir... Et non bien sûr : l'oseille ne fait ni le bonheur, ni la motivation.

PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT

Ne vous moquez plus de la D1B : on y pratique l'espionnage futuriste. Sûrement inspiré par Scotland Yard, l'ex-T1 de Leicester (aujourd'hui à OHL) a envoyé son kiné au Kiel, le vendredi avant Beerschot-OHL. Sa mission : filmer discretos sur son mini-iPad les phases arrêtées de Marc Brys. Manque de bol, l'oiseau s'est fait repérer par un gus du staff, lui-même ex de Den Dreef. Sauf que les Rats ont frôlé le revers face aux Louvanistes (2-2). Et cette autre folle rumeur de gonfler de Westerlo : une semaine avant, le coach du Kuipje se serait planqué... aux WC. Des latrines jouxtant le vestiaire visiteur, Dusan Pelic aurait capté, derrière la cloison gyproc, le briefing de Brys pour forcer un excellent 0-0... Westerlo a publié un communiqué officiel niant formellement de telles pratiques. Question cruciale pour l'enquête : les WC étaient-ils fermés de l'intérieur ? Bluffée par le parcours des Diables, la Fédé américaine de Soccer a visité l'Académie brugeoise, avec EthanHorvath comme guide. Sauf... qu'aucun Diable actuel ne joue ou n'a opéré sa formation au Breydel. Et que le seul vrai produit local titulaire chez Leko se nomme Brandon Mechele... dont MPH ne voulait plus. Et qui n'a été ramené au bled, après prêt, que par son ex-T1 canari. Précision de Vincent Mannaert : " De tous les clubs du G5, Bruges compte le plus de produits locaux dans son noyau élargi. " Très élargi alors. Bruges-Antwerp, le match de l'année pour les hooligans, a donc été réglé par un Suisse neutre : Saulo Decarli a marqué le seul but dimanche. La tension entre les deux noyaux durs remonterait à... 1907-08 : les deux kops s'étaient étripés au régime pierres et boue, trois joueurs anversois avaient été blessés, un 4e avait été repêché... dans un canal. Le président anversois avait fait fuir les autres par train. S'il avait vécu en ce temps, Jason Vandelanoitte aurait pu en être : cet ex-Espoir brugeois, capé avec les Diables contre la Turquie en 2006 (3-3), est frappé... d'une exclusion de stade en Nationales pour avoir joué du poing dans une baston face aux hooligans gantois. " Il y avait trois autres joueurs de Bruges membres du noyau dur ", glisse le doux Jason. Qui, du coup, joue à... Kwik Eine, lanterne rouge de P2 est-flandrienne. Toujours cette satanée exclusion de Nationale... Le concours était ouvert à tous les gamins de Belgique... mais c'est un graphiste professionnel de 36 ans qui a gagné : la nouvelle mascotte des Diables, un diablotin rigolard et tricolore faisant le " V " de la victoire, est sorti du crayon d'Arnaud Hermant, un pro du design qui avait déjà pondu la mascotte de son petit club, le Daring Molenbeek. " C'est une surprise pour moi, jusque là je faisais juste des petites capsules sur Twitter autour des Diables, mais sans autre ambition ", explique le proclamé. Son personnage, baptisé Red, va être retravaillé et sortira officiellement dans les bacs en mars. On ignore si le gus sera intéressé aux bénéfices : l'Union Belge a l'habitude de limiter ses discussions en droits à l'image à ses Messieurs les Diables. Et donc, Arnaud se contentera d'avoir presté pour la beauté du geste... Le Standard tourne tchitcho : deux de ses pépites sont suivies par... la Squadra Azzurra U16. Giacomo D'Asaro, capitaine des U15 rouches, est repris par le coach transalpin pour un test. Jeudi passé, c'est son équipier gardien Lillo Guarneri qui a (bien) joué contre l'Ukraine : Olivier Renard s'était farci le voyage à Kiev... sans doute pour surveiller le gamin, pisté par la Juve, la Roma et l'Inter. Sacré Luigi Pieroni : et si le T1 des U16 rouches bossait pour la terre des aïeux ? Au panier les grosses Rolex, Genk opte pour Whoop : le Racing flique ses joueurs via des montres-bracelets qui, via les pulsations, mesurent les plages de sommeil et de récupération. " Je me sens comme un prisonnier sous bracelet électronique ", ajoute un joueur anonyme. Car oui : un pic de pulsations vers 2 h du matin, ça sent forcément la sortie en boîte... ou la partie coquine. " C'est un non-sens ", dit un expert en sommeil : " Il faut surveiller en permanence que les points d'impact ne se décollent pas, j'ai testé le Whoop chez le dentiste, le gadget m'a diagnostiqué en sommeil profond... alors que j'étais juste dans le fauteuil. " Le brol est utilisé par Michael Phelps et LeBron James : tout n'est pas perdu, Clinton Mata et Siebe Schrijvers se sentent un peu champions olympiques. Et dimanche au Parc, sûr que les Genkois n'étaient pas en sommeil profond.Vainqueur à Anderlecht, Genk a sauvé la tête d'Albert Stuivenberg. Le choc psychologique à distance peut-être. Car au même moment, l'équipe du Racing championne en 2002, réunie à l'intiative de Koen Daerden, suivait le match en télé à la Luminus Arena avant d'enchaîner par un geuleton. Josip Skoko avait volé spécialement d'Australie pour l'occasion. Aussi présent, le coach Sef Vergoossen a prouvé que sa magie opère toujours 15 ans après. À distance en plus. Albert, dis merci au Monsieur. Sale soirée pour Olivier Deschacht face au PSG : déjà que notre jubilaire centenaire avait sûrement brossé son passage au bookmaker du coin (le prédécent duel face aux Parisiens, époque Zlatan, l'avait fait plonger dans le Unibet-Gate), il a même loupé le maillot de Neymar... pour lequel il avait démarché le Brésilien avant le match. Saloperie de concurrence en défense : Josué Sa est passé avant lui et a profité de la parenté idiomatique. Oli s'est donc consolé avec la tunique à Kylian Mbappé : la seule fois de la soirée, sûrement, qu'il voyait de près son opposant direct. Hachés menu aussi, les amateurs de burgers : pour son offre de lancement, un fast-food bruxellois promettait des menus gratuits... en cas de succès mauve. " Si Anderlecht gagne, c'est Marcel qui régale " : le coup de pub est passé partout... et n'a rien coûté. Futé Marcel quand même. Bregel Sport se prépare des attaques de feu : ce club de P1 Limbourg enrôle Eric Viscaal (155 pions en Belgique avec Beveren, Lierse, Genk, Gand, Malines) comme patron des jeunes... et coach technique des avants. " Il faut mettre fin à l'exode des bons joueurs limbourgeois vers les Pays-Bas où on leur offre cette formation technique ", explique l'ex-buteur de poche. Le Batave trahit donc les siens au profit des Belges : Viscaal avait fait l'EURO 92 avec les Oranje de Ruud Gullit, Marco Van Basten et Dennis Bergkamp... Mouscron-Standard a fait un carton d'audience à Mexico-City : tous les matches belges de Guillermo Ochoa sont retransmis sur les chaînes foot locales... et au surplus, il y avait Omar Govea en face. Le cerveau hurlu avait juré de mettre un pion à son idole... et pour ce faire, il avait demandé à ses parents, de passage en Belgique, de remonter des sauces piquantes du bled pour son menu d'avant-match : " Au Mexique on trouve les meilleurs piments du monde, on fait même des... glaces au chili ", explique Omar. Lequel n'a finalement pas tenu parole : les Rouches ont aligné leur 2e succès de suite. Marrant : ils regagnent... depuis que Bruno Venanzi leur a promis trois doubles primes de suite. Garanti : demain, le Standard s'impose à l'Antwerp. Pour les matches suivants, faudra voir... Et non bien sûr : l'oseille ne fait ni le bonheur, ni la motivation. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT