1. Une lenteur d'avance

Jochim Spitz flingue le slow-motion. Cet étudiant de la KU Leuven a sondé 88 arbitres pour sa thèse de doctorat : les refs étaient appelés à juger les mêmes phases au ralenti... puis à vitesse réelle. Conclusion : les hommes en noir sanctionnent souvent de rouge des tacles visionnés en slow-motion... qui, jugés à vitesse normale, ne leur faisaient brandir que le bristol jaune. Car au ralenti, les images forcent l'impression de faute intentionnelle... ce qui, lors de ralentis sur écran géant diffusés dans les stades de la dernière Coupe du Monde de rugby, avaient provoqué la colère du public présent. Grâce à ce student louvaniste, l'International Board a donc décidé que le ralenti ne pouvait servir que pour juger de la réalité ou non d'une faute, mais jamais de sa sanction disciplinaire. Michel Platini ne dirait pas autrement : le ralenti tue le foot. Au fait, Michel qui ?
...

Jochim Spitz flingue le slow-motion. Cet étudiant de la KU Leuven a sondé 88 arbitres pour sa thèse de doctorat : les refs étaient appelés à juger les mêmes phases au ralenti... puis à vitesse réelle. Conclusion : les hommes en noir sanctionnent souvent de rouge des tacles visionnés en slow-motion... qui, jugés à vitesse normale, ne leur faisaient brandir que le bristol jaune. Car au ralenti, les images forcent l'impression de faute intentionnelle... ce qui, lors de ralentis sur écran géant diffusés dans les stades de la dernière Coupe du Monde de rugby, avaient provoqué la colère du public présent. Grâce à ce student louvaniste, l'International Board a donc décidé que le ralenti ne pouvait servir que pour juger de la réalité ou non d'une faute, mais jamais de sa sanction disciplinaire. Michel Platini ne dirait pas autrement : le ralenti tue le foot. Au fait, Michel qui ? On sait Hein Vanhaezebrouck friand des team-buildings d'été... et celui de Gand à Jupille est prometteur. Lors du Fireman Challenge, un jeu par équipes où les joueurs grimés en hommes du feu devaient éteindre des feux avec une lance à eau à haute pression, empruntés à des pompiers professionnels, les Buffalos ont battu le record du lieu pointé à 50 secondes. Damien Marcq devait être fier comme Artaban : sans le foot, il rêvait de postuler comme Pompier de Paris. Et à l'atelier escalade, Coach Hein ne jurait que par son nouveau chouchou à quatre briques, le Croate Franko Andrijasevic chipé au Standard : " Franko m'a épaté, bloqué dans un surplomb il n'a pas renoncé, il a gardé son calme et pris les bonnes décisions, on voit déjà que c'est un vrai joueur d'équipe. " Au prochain Bruges-Gand, c'est son ex-T1 que Jérémy Perbet aura très à coeur de faire grimper à la falaise. Après le double titre de 2008 et 2009, le Standard avait mis sur le marché son propre millésime rouge du Piémont et sa bière blonde artisanale à haute fermentation, issue des brasseries Val-Dieu. Malgré une double année marquée cette fois... par les play-offs 2, les Rouches remettent le couvert et ouvrent mi-juillet, dans les travées de Sclessin, leur propre restaurant gastronomique. Le " Rouge du Poivre " sera confié à un chef de Waremme (propriétaire du... " Noir de Poivre ") ayant pour spécialité le tartare de tomates, le risotto crémeux et le veau cuit à basse température. Lors du Business Meeting où le projet était présenté, Bruno Venanzi n'a pas osé préciser si un Menu play-offs 1 était déjà dans les cartons. À charge de Ricardo Sa Pinto d'assurer que, sur le pitch, les joueurs ne fournissent pas de la morue bon marché accompagnée de vinho verde produit blanc. Les joueurs de Genk en ont déjà des papillons dans le bide : ils se feront ausculter par... une femme. Car le Racing surfe le succès du sport féminin belge (Belgian Cats, Red Panthers, Red Flames) : son nouveau médecin-chef Leonie Geukens est la toubib des Yellow Tigers (volley). Avec accents tiki-taka : pour ses vacances d'été, Dr Leonie va faire un stage à la cellule médicale... du Barça. Pour en savoir plus sur les hormones qui ont si bien fait pousser le petit Lionel ? C'est parti : bientôt, Westerlo, Deinze et tous les autres clubs flamands taquineront le cuir comme Johan Cruijff le voulait. La Ligue Flamande de l'Union Belge (Voetbal Vlaanderen) a signé un partenariat de 2 ans avec l'ex-Oranje Wim Jonk (49 sélections, ex-Ajax, Inter et PSV, 2 Coupes UEFA), ex-directeur de la formation d'Ajax et aujourd'hui à la tête de la Cruijff Academy, un institut chargé de répandre la mystique ballante de God Johan. Jonk a déjà récemment dispensé un atelier à Genk pour 200 coaches de jeunes. Pour sûr, ça va fabriquer des ailiers chez les Flamands dans les deux ans à venir. Mais toujours selon le précepte-clé du grand Cruijff : " Le foot est simple, mais jouer simple est le plus difficile. " Et aussi bannir la clope tant qu'à faire. Car, bien plus forte que n'importe quel boucher de défenseur, elle a eu la peau du génie. Lancé sur un projet de nouveau stade, Courtrai pourrait bien épouser les contours... d'une mosquée. Face aux rumeurs de revente du club, car le propriétaire Vincent Tan souhaiterait faire une plus-value sur son achat initial à 5 millions, le nom d'Hasan Ismaik circule aux Eperons d'Or. Premier milliardaire jordanien de l'Histoire et propriétaire déçu du club allemand de Munich 1860, ce magnat de l'immobilier a fait fortune dans la construction de... minarets. Après un Président superstitieux engageant prioritairement les joueurs ayant dans leur date de naissance le chiffre 9 (chiffre porte-bonheur en Thaïlande), et dont le directeur sportif plantait de l'encens dans les buts courtraisiens avant les matches, le KVK va peut-être devoir trouver des urbanistes acceptant d'orienter le futur stade vers La Mecque... À Saint-Trond, qui recule... avance aussi. Du moins à juger la dernière ambition autoproclamée de Roland Duchâtelet : " Nous visons résolument les play-offs 1 ! " Malgré la perte d'Ivan Leko, de Pieter Gerkens et de Stef Peeters, stratège, buteur et passeur des Canaris, Duduche fonde son imparable raisonnement statistique : " Quand nous sommes montés de D2 en 2009, nous avons profité du flow pour intégrer le top 6. Nos play-offs 2 l'an passé vont aussi nous servir de marchepied. " Le foot, c'est si simple : suffit de rappeler Guido Brepoels. De ses ateliers d'entraîneur, Jacky Munaron peut biffer les détentes aériennes et les plongeons dans les pieds au profit des parades " crasse pointe " entre trois poteaux de handball. Laissé à quai par Mouscron, l'ex-coach des portiers du Canonnier se recycle dans le même job au... futsal, à Halle-Gooik, champion en titre de mini-foot : " Je n'ai jamais joué au mini-foot... sauf du temps de Tomislav Ivic quand les terrains dehors étaient gelés et qu'on allait dans la vieille salle. " Engagé bénévole, Munaron pourra demander des tuyaux à son fiston... qui joue aussi gardien à Houthalen, également en D1. Mais ses fameuses fiches péno sur tous les gardiens du foot prairie qu'il compilait soigneusement depuis des lustres, ne lui serviront plus. À moins d'en constituer de nouvelles pour ses futures pépites ? Stijn Stijnen fut bien gardien de futsal avant de percer ( ? ) à Bruges. Le projet a fuité : le bureau d'architectes français Ferret a tweeté trop vite la maquette du futur stade carolo. Cette agence, ayant sur son CV la rénovation des stades de Bordeaux, Lille, Lyon, Saitama (Japon), Hanoï (Vietnam) et Séoul (Corée du Sud), a imaginé pour le Pays Noir des façades décorées... en rayures de Zèbres : " Ce caisson zébré fondra le stade dans son environnement urbain ", précisait la légende-photo. Encore heureux que le fameux maillot rose fuchsia porté par Bébert Laquait lors d'un mémorable défilé de mode n'ait pas fait florès... Le chantier prendra deux ans et coûtera 5 millions au Sporting, pour 7 aux autorités publiques. Et si ce projet ambitieux était la vraie raison du refus de Clinton Mata de filer vers Anderlecht ? Et si Perbet se disait qu'il avait finalement signé trop vite au Breydel, où tant de projets de stade se fracassent depuis si longtemps ? Le club de Geel se la joue people : samedi, en amical contre OHL, le club local testait un gardien, un certain... Pol Busquets, aka le frangin du ratisseur du Barça. Méfiance, méfiance : le dernier illustre frérot ayant usé ses studs chez nous, Christopher Aurier (frère du Parisien Serge, à Rebecq) a été inculpé pour l'agression d'une prostituée. Mais à Geel, ils savent gérer les célébrités : " On a déjà chez nous Sam Vanaken, le frère de Hans ", ose le secrétaire local. Si Monsieur le dit. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT