1 Heure espagnole

Roberto Martinez vient de révéler les ressorts de sa passion pour la tactique. Pour rester alerte la nuit, le coach fédéral dîne tard le soir, de préférence un repas riche en hydrates de carbone : " Je ne mange pas avant 22h30, ça nourrit ma réflexion nocturne ", ose l'Espagnol. Et les jours de match, c'est encore pire : " Je jeûne volontairement, ainsi le sang charge mon cerveau plutôt que mon corps et je fais de meilleurs choix. " En abandonnant le 4-2-3-1 au profit du 3-4-3 et, durant une mi-temps face aux Tchèques, le 4-1-3-2, Coach Bob avait sûrement dû en bouffer des plaquettes d'hydrates, la veille. Martinez dit aussi comment il a pécho le virus de coach : pour échapper à la réquisition militaire à 20 ans, il avait opté pour le service à la communauté... et s'est retrouvé entraîneur d'une équipe d'U9. Incivique, va.
...

Roberto Martinez vient de révéler les ressorts de sa passion pour la tactique. Pour rester alerte la nuit, le coach fédéral dîne tard le soir, de préférence un repas riche en hydrates de carbone : " Je ne mange pas avant 22h30, ça nourrit ma réflexion nocturne ", ose l'Espagnol. Et les jours de match, c'est encore pire : " Je jeûne volontairement, ainsi le sang charge mon cerveau plutôt que mon corps et je fais de meilleurs choix. " En abandonnant le 4-2-3-1 au profit du 3-4-3 et, durant une mi-temps face aux Tchèques, le 4-1-3-2, Coach Bob avait sûrement dû en bouffer des plaquettes d'hydrates, la veille. Martinez dit aussi comment il a pécho le virus de coach : pour échapper à la réquisition militaire à 20 ans, il avait opté pour le service à la communauté... et s'est retrouvé entraîneur d'une équipe d'U9. Incivique, va. Durant l'intersaison, Vincent Kompany meuble son temps par un stage au département com citizen. Car club de tradition, Manchester City ne limite pas son marketing direct à la jeune génération : pour la TV du club, Kompany est passé prendre le thé et a piece of cake chez deux soeurs... centenaires. Vera (101 ans) et Olga (96) vivent en coloc et ne ratent pas un match des Citizens : elles ont trouvé leur Prince aussi beau en vrai qu'à la télé... et lui ont refilé en exclu leurs secrets de mamies pour vivre bien vieux. Voilà pourquoi notre Vince revient toujours de ses blessures ? Pendant que Christian Benteke pose devant une Ferrari à Los Angeles, que Dries Mertens trempe ses orteils avec Cyril Théreau dans une piscine de Mykonos et que Thibaut Courtois drive les beats de David Guetta à Ibiza en compagnie de... professionnelles de l'Île de la Tentation, les appointés de chez nous se la jouent " vacances sueur ". L'arbitre Luc Wouters et le Lokerenois Koen Persoons, guidon à la main, ont posté une photo identique sous le panneau 1909 m au sommet du mont Ventoux. Avec pour le Waeslandien ce commentaire superflu : " Les footeux sont des chochottes : cycliste, un vrai métier. " Pas sûr que le gus ne se fera pas accueillir par quelques grincements de dents des confrères sur les greens à la reprise." Si ma tondeuse ne s'était pas enrayée, je ne serais pas ici " : Laszlo Bölöni loue ce moteur déficient, il tondait sa pelouse en Roumanie quand son portable a sonné, sans la panne il n'aurait rien entendu. Mais à Anvers, le Roumain doit se méfier des contes de tondeuses. En 2010, Glen De Boeck avait renié son contrat au Cercle pour filer au GB Anvers... où il recevait en cadeau-bonus un tracteur pour son jardinet. Au final, De Boeck n'a tenu que 5 mois au Kiel... " En optant pour OHL, Julien Gorius passe donc du saké chinois au riz thaï : revenu de son aventure à Changchun Yatai, l'ex-Messin rejoint le rafiot racheté par le fiston thaï du boss de Leicester. Julien a déjà la garantie d'avoir des maillots pour toute sa smala, potos compris : pour chaque abonnement pris avant fin juillet, le nouveau proprio offre une tunique gratuite. Avec même des vues sur les fans à perpète : un fan-shop d'OHL occupe un comptoir... à l'aéroport de Bangkok. " Avec 30 millions de voyageurs qui transitent chaque année dans l'aérogare, on peut espérer y écouler 5 à 6.000 maillots ", explique le boss. Mais Bjorn El ToroRuytinx n'est plus dispo pour servir les à-fonds sur place : il remplit ses propres pintes dans son café de Louvain. On sait maintenant pourquoi Bruges a enterré le dossier Dury au profit de Leko. Dans son contrat-béton de 10 ans au Gaverbeek, Dury a une clause de résiliation à... 3,3 millions d'euros : " Mais le montant est dégressif ", glisse l'Inspecteur Francky. De quoi faire regretter à Duchâtelet d'avoir plafonné le dédit pour son Ivan à 650.000 euros. Les chiffres ne mentent jamais : malgré les 20 ans d'écart entre les deux sbires, 1 Francky (59 ans) vaut donc 5 Ivan (39). À vérifier en fin de saison. Les paris sur le foot, le ministre de la Justice n'aime pas ça du tout. Koen Geens vient de soumettre un projet de loi interdisant la pub pour les bookmakers en télé lors des matches. Du moins pas avant 20 h : histoire que les enfants soient d'abord couchés, sans quoi c'est, selon le ministre, la porte ouverte vers la dépendance au jeu. Si la famille Deschacht veut former ses filles aux pronostics, Papy Oli devra donc le faire avant de les coucher pour la dernière histoire avant dodo. En signant l'Iranien Kaveh Rezaei, Mehdi Bayat voudrait Instagram comme partenaire de son Sporting qu'il ne s'y prendrait pas autrement : le buteur venu d'Esteghlal a 474.000 suiveurs Instagram et sa pose sous le traditionnel Zèbre pour l'habituelle photo de signature a été likée par 130.000 Iraniens. Gare à l'effet d'image : l'Anderlechtois Trezeguet a aussi bien plus de followers sur Facebook que de rendement sur le pitch. Et connaissant les brelles iraniennes (Yazdani, Emamifar, Minavand et le pire de tous, l'improbable Mahdavi) amenées jadis par Abbas Bayat, on peut craindre le pire. Mehdi peut toujours solliciter un cofinancement chez les Dauphines de Charleroi : la femme de Rezaei est internationale professionnelle de volley... Serait-ce le grand retour des synergies sportives façon Despiegeleer au Pays Noir ? Comme tous les clubs, l'Excelsior Virton est en plein mercato : interpellé par les soucis fiscaux de Cristiano Ronaldo et les rumeurs sur son départ imminent d'Espagne, le club formateur de ThomasMeunier, TimothyCastagne et Renaud Emond a posté sur Facebook une... offre d'emploi pour CR7. Arguments cumulés : le microclimat gaumais " baigné du même soleil qu'à Madrid ou au Portugal " (sic), les vols quotidiens de Luxembourg vers le Portugal... et les délices gastronomiques tels le pâté gaumais et l'Orval. On y ajoutera aussi l'importante communauté lusitanienne présente au Luxembourg et le statut fiscal du Grand-Duché... encore qu'au vu de ses grigris révélés par les Football Leaks, Ronaldo a du know-how en la matière. Argument définitif : l'Excelsior Virton est même prêt à lui offrir le siège de Présidence. Le père Emond souhaiterait-il retirer ses billes ? Marvin Ogunjimi marche sur les traces de l'Uruguayen Abreu qui, à 40 ans, signe dans le 25e club de sa carrière, un record. Notre Marvin y ajoute la variété exotique : car quand Abreu ne quitte jamais l'univers latino, l'ex-Genkois ajoute le Kazakhstan à ses précédentes destinations (Norvège, Corée du Sud, Thaïlande et Albanie). Sorte d'évident retour aux sources : pour sa première cap avec les Diables à Astana en 2010, Marvin avait planté nos 2 buts en 18 minutes. Ce qui, avec 5 pions en 7 caps, en fait toujours le Diable le plus chirurgical. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITé ET WWW.RTBF.BE/SPORT