1 Je suis un nègre blanc

Grâce à la KUL, Mbaye Leye a découvert qu'il était blanc. Non pas que le puncheur du Gaverbeek ait passé des tests génétiques, il a juste interprété l'étude selon laquelle les joueurs noirs de Pro Ligue étaient positionnés en attaque bien plus souvent (38 % des cas) que les Blancs (15%) : chez les recruteurs, le cliché demeure que les Blacks sont plus puissants et rapides que nos fromages blancs. " Je ne suis ni vite, ni explosif, je suis donc blanc ", a tweeté ce farceur de Mbaye. Qui n'a pris que deux cartons jaunes cette saison, pour cinq au duo Lerager-Defauw. Car l'étude révèle aussi que les Blacks reçoivent deux fois plus de bristols que les Blancs. À Zulte-Westerlo, les biscottes sont allées à Lepoint, Cordaro et Schuermans... et Leye n'a rien reçu. Deux conclusions évidentes : l'arbitre Bram Van Driessche n'est pas raciste... et Mbaye est bien tout blanc.
...

Grâce à la KUL, Mbaye Leye a découvert qu'il était blanc. Non pas que le puncheur du Gaverbeek ait passé des tests génétiques, il a juste interprété l'étude selon laquelle les joueurs noirs de Pro Ligue étaient positionnés en attaque bien plus souvent (38 % des cas) que les Blancs (15%) : chez les recruteurs, le cliché demeure que les Blacks sont plus puissants et rapides que nos fromages blancs. " Je ne suis ni vite, ni explosif, je suis donc blanc ", a tweeté ce farceur de Mbaye. Qui n'a pris que deux cartons jaunes cette saison, pour cinq au duo Lerager-Defauw. Car l'étude révèle aussi que les Blacks reçoivent deux fois plus de bristols que les Blancs. À Zulte-Westerlo, les biscottes sont allées à Lepoint, Cordaro et Schuermans... et Leye n'a rien reçu. Deux conclusions évidentes : l'arbitre Bram Van Driessche n'est pas raciste... et Mbaye est bien tout blanc. En tournage pour PSG-TV, Thomas Meunier a donné sa formule du petit déj réussi : il consomme du sirop de Liège pur poires, conçu à Aubel par la maison Meurens. " Achetez-en quand vous passez la frontière ", a scandé Toto le VRP, brandissant l'échantillon face caméra. En remerciement pour la pub gracieuse, la maison-mère a illico dépêché des flacons vers son adresse parisienne. Pour reprendre le dessus sur son rival aux trois poumons, Serge Aurier sait ce qu'il lui reste à faire. Ça le changera de Périscope. Huit passagers seulement. Le coup de pub de cette agence de voyage limbourgeoise a fait plouf : il fallait 40 inscrits pour affréter son coucou fou de Genk à Gand ce jeudi, question de vraiment se croire en Coupe d'Europe... plutôt qu'en play-offs 2. Vol annulé donc, mais idée repiquée par l'autre camp : des fans gantois lancent un crowdfunding pour financer... un peloton d'hélicoptères vers le Limbourg pour le retour du 16 mars. Et, à bord, peut-être le personnel de la Ghelamco : pour ce duel européen aux allures de derby belgo-belge, les deux clubs ont en effet décidé d'inviter tous leurs employés en déplacement, du jardinier au comptable en passant par Madame Pipi. Encore une idée teambuilding de Maître Hein ? Mais ce sera après avoir presté leur journée en bonne et due forme. Généreux mais pas téméraire, le Louwagie. On devine à qui Izquierdo a dédié son joli (et inutile) but à Genk samedi : Peter Londoño est le nouveau colocataire du Soulier d'Or qui, après son bouledogue français, accueille chez lui... un porcelet noir et blanc. Peter a son panier avec doudoune, son maillot numéroté 7... et même son compte Instagram (yosoypeter7). Qui compte déjà 11 publications et recensait dimanche soir... 1.394 abonnés. Peter, ton groin renifle qui champion ? Comment dit-on en roularien La maison a uncarreau cassé, et quand il pleut, il pleut à l'intérieur ? Réponse : ti e rut ut thus en at rint rint trin. Pour avoir donné la bonne réponse, ce Roularien d'origine, résidant depuis 30 ans à Anvers, a pu obtenir son ticket pour la finale retour Roulers-Antwerp, samedi au Schiervelde. Pour éviter que des infiltrés du Bosuil sans billets convoitent des places dans le bloc visité, le guichetier roularien a imposé... un test de patois local à tous les candidats-spectateurs habitant la Métropole. Résultat : moults Anversois noyés face à l'improbable comptine ont dû rebrousser chemin. Et Bart De Wever, arroseur arrosé, de maudire le sous-régionalisme... Notez, l'Antwerp a répliqué : dimanche au Bosuil, l'hymne du Great Old entonné par les fans avait été traduit... en dialecte ouest-flandrien. Comment dit-on 3-1 en roularien ? Fini les tenues grises tendance gommes chères à son Président fabricant de pneus : la saison prochaine, Lokeren revient à sa tenue historique maillot blanc-short noir-bas jaunes. C'est le fruit d'un sondage : les spectateurs sont rares à Daknam... mais on les écoute. De là à rappeler Lato, Lubanski, Gudjohnsen et Elkjaer Larsen pour animer ces maillots de légende... Même si, du coup, Aimé Anthuenis reprend espoir de retrouver une banquette. Le rappel des oubliés, on nommerait ça l'effet Broos ? C'est l'une des infos de la semaine, Lucas Biglia veut revenir en Belgique : " Votre pays me manque, j'ai tout appris chez vous. " La magie de la migraine notamment, lors de l'hiver 2013... Mais si El Paracetamol veut revenir, c'est comme coach, pas comme joueur : " J'ai entamé les cours pour mon diplôme, la Belgique est un bon tremplin pour débuter. " Frutos doit se dépêcher d'agripper le training de T1 mauve. Sinon son meilleur ennemi pourrait le lui chourer sous le nez. Chez les Engels, on est bien nommé. Le stopper brugeois, fan acharné d'Arsenal, rêve de foot anglais... comme sa moitié Evangelista, née à Liverpool et dont toute la lignée est biberonnée au sang Red. " Avant, je faisais même tous les déplacements européens de Liverpool ", explique Miss Engels : " Quand je vais à Anfield Road, Bjorn n'a pas le droit d'entrer, c'est réservé aux fans reds. " Et d'ajouter : " Si Bjorn soutenait Manchester United, notre pire ennemi, je ne voudrais pas de lui et ma famille l'aurait répudié ! " L'intéressé, lui, prend son mal en patience : " Je ne peux suivre Arsenal qu'en déplacement, l'Emirates Stadium est toujours sold-out et je suis sur une liste d'attente pour un abonnement depuis des années. " Et si finalement, Bjorn demandait simplement à Uncle Arsène de signer le transfert. Quitte à générer une vraie crise de couple. L'an passé, à Waasland, Stijn Vreven avait sorti Google Maps pour faire piger à ses ouailles que basculer en D2 rimait avec voyages à Deinze, Maasmechelen et Renaix. Pour refiler à ses Buffalos l'effroi des play-offs 2, Vanhaezebrouck a usé de sémantique : aucun de ses joueurs n'a pu deviner ce que signifiait S-G dans le phonème Union S-G. Parce que KAA Gent, ils savent peut-être que ça veut dire Royale Association Athlétique Gantoise ? On comprend pourquoi certains sont meilleurs coureurs de fond que footballeurs. Pour régler les Buffalos sur leur rythme européen, deux fans gantois ont aussi recouru à la linguistique et configuré leurs concurrents belges en mode international : Mouscron devenait le club autrichien Müskrün et Beveren le Suédois Wåsland. Bien vu : les Buffalos restent sur un 6 sur 6. L'Antwerp a un pied en D1... et le vigile de son parc auto quasi les deux siens dans une paire de joggings : le préposé-parking du Great Old a juré qu'en cas de promotion de son Matricule 1 chéri, il rallierait la Basilique de Montaigu... à pied depuis le Bosuil, soit 51 km. Mais le plus beau dans l'affaire, c'est qu'il le fait pour aider un pote à trouver 22.000 euros pour soigner son fiston handicapé. Et son pote est... supporter du Beerschot. Preuve que des Hiboux et des Rats, ça peut s'entendre. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT