1 Kubo Tour

Après son maître coup franc dans les filets de Butelle, le Japonais Yuya Kubo a déjà gagné ses Floralies gantoises. Il va aussi faire grimper l'emploi dans la communauté nippone : comme avec Kawashima au Lierse et au Standard, des journalistes japonais vont être commis à sa trace. Sa présentation lors du transfert fit déjà l'objet de livestreams sur des sites asiatiques. " J'ai même contacté mon confrère de Genk pour qu'il me tuyaute sur ses incentives à l'époque du séjour au Racing de Takayuki Suzuki ", explique le directeur commercial gantois. Comme au Limbourg, il est carrément question qu'une escale à la Ghelamco Arena soit incluse dans les programmes des tour-opérators. Et si Louwagie veut ajouter le Japonais comme langue usuelle du site web buffalo, il peut toquer au Standard : Duduche avait fait pareil pour les fans de ses chouchous nippons.
...

Après son maître coup franc dans les filets de Butelle, le Japonais Yuya Kubo a déjà gagné ses Floralies gantoises. Il va aussi faire grimper l'emploi dans la communauté nippone : comme avec Kawashima au Lierse et au Standard, des journalistes japonais vont être commis à sa trace. Sa présentation lors du transfert fit déjà l'objet de livestreams sur des sites asiatiques. " J'ai même contacté mon confrère de Genk pour qu'il me tuyaute sur ses incentives à l'époque du séjour au Racing de Takayuki Suzuki ", explique le directeur commercial gantois. Comme au Limbourg, il est carrément question qu'une escale à la Ghelamco Arena soit incluse dans les programmes des tour-opérators. Et si Louwagie veut ajouter le Japonais comme langue usuelle du site web buffalo, il peut toquer au Standard : Duduche avait fait pareil pour les fans de ses chouchous nippons. Tout est bon pour accrocher les play-offs 1 : le 19 février face à Gand, rival direct pour le tour final, les fans du Standard tiendront à Sclessin leur treizième collecte de vivres pour les démunis. On y attend des aliments non périssables type sucre, café, pâtes, riz et biscuit secs. Les vêtements et les dons en argent ne sont pas acceptés : inutile donc de soudoyer l'arbitre du jour pour un petit coup de pouce vers le top 6. Ni de livrer des scalps de Buffalos, du textile pour banderole ou des pétards pour stopper le match. Prendre un ténor comme exemple n'est pas toujours le plus fûté. Le coach de Werviq, en D3 amateur, s'est référé à Hein Vanhaezebrouck pour contester une suspension pour renvoi de zone neutre. Le gus s'en était pris à l'arbitre et a écopé de quatre matches devant le comité du foot amateur : " Je réclame d'être jugé devant le Comité des Litiges et de recevoir le même traitement que le coach gantois. " Lequel avait lui-même référé à l'attitude de Preud'homme et Dury, obtenant finalement un sursis... et de pouvoir coacher ses Buffalos vers le succès face à Bruges. L'argument du brave type de Werviq n'a pas vraiment porté : le comité lui a... doublé son tarif et l'a puni pour 8 matches. " Comité médiéval d'incompétents ", a marmonné le félon en quittant la Maison de Verre. Et donc contre Dikkelvenne dimanche, Werviq devra faire sans son incompris T1. En contractant le jeune Chinois Shangyuan Wang voici 3 ans, Bruges espérait sans doute percer le marché chinois. Mais José Izquierdo fait le job pour Mannaert : la mobylette du Breydel a reçu une lettre enflammée d'un dénommé Liu Jianwei, un fan du Colombien paumé au coeur de l'Empire du Milieu. Le gus évoque dans sa missive le " visage inondé de soleil " du bon Joske, qu'il qualifie de " joueur de génie ", ajoutant même que de ses yeux émanait... " une force irradiante ". Espérant par retour de courrier une photo dédicacée du Brugeois, l'aficionado bridé s'engage à " chérir toute sa vie durant " le mythique cliché. En bref, si le désir saisissait notre José de monnayer cher et vilain à Tianjin ou Guangzhou son probable Soulier d'Or, question de " mettre à l'abri " (©Witsel) la famille qu'il ne possède pas encore, il compte déjà un solide relais sur place. Pas facile d'identifier ses petits équipiers blacks quand on joue à Eupen. Ou même d'assimiler leurs noms à rallonge. Le Kehrweg s'est donc doté des moyens mnémotechniques : " Asamoah est surnommé Inte-riores car il joue tout de l'intérieur du pied, d'autres se font appeler... Dani Alves ou Xabi Alonso ", explique Hendrik Van Crombrugge, le portier local. Qui se fait lui-même appeler Drikus ou Enrique par ses collègues espagnols. Mais dimanche à Mouscron, les kings du tiki-taka avaient bien envoyé leur pâles copies. À moins de s'être trompé de sport ? Trois jours plus tôt, les membres du staff eupenois avaient formé un relais pour nager le Marathon de Natation de la capitale germanophone. Les joueurs avaient même déposé un chèque de 500 euros au bord du plot. La séance tactique d'avant-match devait être truffée de fuites : raison pour laquelle la noyade fut collective au Canonnier ? On se souvenait de lui pour ses lamas domestiques nommés Stijnen et Leekens ou pour ses sauts de carpe grotesques pour gagner du temps en match. Revenu d'Afrique du Sud où il tentait de se refaire depuis 2013, Glenn Verbauwhede range ses gants au tiroir Farces & Attrapes. Avec un ami, il a lancé une agence d'événements et n'a plus le profil de l'emploi sportif : " Je pèse 110 kg... " D'avoir abusé de steaks d'impala ou de springbok ? Ou carrément de lama ? Autant informer directement l'arbitre désigné pour le duel Pierreuse-Vottem de dimanche en P4B Liège, le coach visiteur a du punch. Daniel Ceccano (39 ans) a un passé de boxeur et remonte sur le ring ce samedi pour l'Invictus Show, un gala tenu à Beyne-Heusay. " J'ai toujours aimé la boxe, ça canalise mon énergie ", explique l'intéressé. Qui va combattre sans protections et dans une discipline où même les coups de genous sont autorisés. Donc dimanche, Ref, sage avec les cartons, hein ? Battu par le Ghana en quart (1-2), le Congo en a fini avec sa CAN. Et... Mouscron va récupérer son chef médical : Jean-François Mbuy, Congolais par son père, il a joué au kiné lors du parcours gabonais de M'Poku & Co. Le gaillard a des états de service : il a bossé à Clairefontaine avec les Bleus Gallas, Grenier, Debuchy et Cabaye. Il fut aussi du doublé lillois Championnat-Coupe de 2011 avec notre Eden intersidéral. Mbuy raconte son mois au Gabon : " Les stades étaient nickel mais les terrains déplorables... et les tribunes vides car les tickets étaient hors de prix, on avait plus de monde aux entraînements ! " Un rappel du Canonnier, en somme ? Le logisticien congolais a aussi commis quelques oublis : " On avait du matériel high-tech... mais sans prise de courant ! " Revenu en Picardie, Mbuy devra aussi passer des prises de terre maltaises au voltage chinois... Wembley, ça se mérite : pour le déplacement contre Tottenham, La Gantoise a reçu un contingent exceptionnel de 7.000 tickets pour ses fans. Mais la garantie était insuffisante pour certains : quatre d'entre eux ont garé leur camionnette dès jeudi soir sur le parking, face aux guichets qui ouvraient... samedi matin. " On veut être sûr d'avoir des billets pour les rangées en bord de pelouse, et pas se retrouver logés au pigeonnier du 4e anneau " explique l'un d'eux. Se relayant deux par deux pour ne pas perdre leur précarré, les téméraires avaient donc amené couchettes, Butagaz et musique pour tuer le temps. Pari gagné : ils ont vu leur voeu exaucé après 38 heures de pied de grue. Mais camper était finalement inutile : tout les candidats ont obtenu leur sésame fétiche. Reste aux Hein's Boys de se montrer à la hauteur des attentes... Parti pour cirer le banc à La Corogne, Davy Roef avait aussi une offre de... l'Antwerp. Où Patrick Decuyper, porté par sa fièvre transférite, n'avait manifestement pas relu ses prérequis : le propre oncle de Davy, Erik Roef, est Président... de l'ennemi juré Beerschot-Wilrijk. Où le neveu a lui-même poncé ses premiers studs. Par bonheur, la famille Roef s'en est rappelé. Ou comment éviter un bain de sang inutile en Métropole.