1. À vos marques...

En 1996 aux JO d'Atlanta, Patrick Stevens fut le seul sprinter blanc de la finale mythique du 200 m remportée par Michael Johnson : le chrono record de la Locomotive de Waco allait tenir 12 ans jusqu'au Grand Chelem d'Usain Bolt à Pékin. Stevens est aussi le dernier Belge à avoir atteint une finale olympique de sprint. Diplômé d'économie du sport, Stevens troque les spikes pour les studs : il est le nouveau CEO du Patro Maasmechelen, un club de D1 amateur présidé par son tonton Robert qui bouscula solidement Anderlecht l'an passé en Coupe. Si les gars du Patro se mettent sous peu à sprinter tels des forcenés, on saura pourquoi. Ils seront avisés aussi d'apprivoiser quelques notions de mandarin : Tonton Bob vient de revendre le club à un groupe d'investissement anglo-chinois. Oui, l'ex-D3 attire la terre entière.
...

En 1996 aux JO d'Atlanta, Patrick Stevens fut le seul sprinter blanc de la finale mythique du 200 m remportée par Michael Johnson : le chrono record de la Locomotive de Waco allait tenir 12 ans jusqu'au Grand Chelem d'Usain Bolt à Pékin. Stevens est aussi le dernier Belge à avoir atteint une finale olympique de sprint. Diplômé d'économie du sport, Stevens troque les spikes pour les studs : il est le nouveau CEO du Patro Maasmechelen, un club de D1 amateur présidé par son tonton Robert qui bouscula solidement Anderlecht l'an passé en Coupe. Si les gars du Patro se mettent sous peu à sprinter tels des forcenés, on saura pourquoi. Ils seront avisés aussi d'apprivoiser quelques notions de mandarin : Tonton Bob vient de revendre le club à un groupe d'investissement anglo-chinois. Oui, l'ex-D3 attire la terre entière. Le Special One a son indic chez nous : Manchester United vient de signer Roland Janssen comme scout chargé du marché belge. L'ex-capitaine de Waterschei, actuel chef du recrutement de Genk, devra signaler à Mourinho tout talent passible de renforcer le noyau A des Red Devils. Au besoin, Janssen pourra aussi tuyauter sur les enveloppes sales : c'est lui qui avait servi d'intermédiaire avec Gerets pour les fameuses primes de Standard-Waterschei. Vainqueur à Westerlo, Zulte Waregem est donc champion d'automne. Francky Dury et son directeur général avaient anticipé le sacre par un saut de puce mercredi à Turin, où la Juventus (avec qui les Boeren ont un partenariat) accueillait Lyon. Le duo flandrien y a visité le stade et l'Académie, y rencontrant Fabio Grosso, ex-champion du monde 2006 aujourd'hui en charge des U19, avant d'assister aux matches de Youth League et de Champions League. Sans oublier une réunion d'évaluation où le comité local a dit à Coach Francky tout le bien qu'il pensait de sa méthode et du développement de Luca Marrone aujourd'hui, de Thiam & Troisi les saisons précédentes. Dury est même revenu de la Botte avec un accord de prêt sur deux autres jeunes Bianconeri dès cet hiver. Champion d'automne, puis champion tout court ?La semaine européenne de Gand n'était pas qu'un atelier de boulier-compteur ukrainien : deux jours avant le Shakthar, la Ghelamco Arena recevait une délégation... du Bayern. Pas le duo Rumenigge-Hoeness, mais sa cellule horticole : le jardinier de l'Allianza Arena, dont le gazon est capricieux, est venu cuisiner son confrère gantois. Car depuis que les Buffalos ont récusé le consultant pelouse de l'UEFA et choisi leur propre fournisseur, leur pré est exemplaire. Surtout pour les Ukrainiens. Fit ou pas, Vincent Kompany ne sera pas revenu en Belgique pour rien. Dimanche, il a suivi... Roulers-Antwerp pour soutenir son frangin François, employé du Schiervelde. Bingo : les Roulariens ont inscrit à la dernière minute le but d'une victoire qui leur offre la 1re tranche en D1B. Sûr, Vince The Prince a tout pigé de notre ex-D2 : Roulers est sûr de prendre part... aux play-offs 2 de D1A, mais sans pouvoir décrocher l'Europe. Un système de fada justement pensé par le secrétaire roularien au moment du grand brainstorming sur la réforme du foot pro. Et une D1B auquel Roulers, initialement 9e et premier relégué vers le foot amateur, ne participe que grâce au refus de licence du White Star de John Bico... entre-temps passé dans le camp d'en-face de l'Antwerp. Euh Vince, tu suis toujours ? Pas grave : le BX Brussels est aussi co-leader... de P2 Brabant après son succès 0-2 dans le choc à Etterbeek. À Ostende, Silvio Proto ne s'ennuie pas. Pour limiter les allers-retours vers son domicile de Waterloo, Silvio s'est acheté une villa à Bredene : " A 100 mètres de la plage... mais je n'ai pas vue sur la zone nudiste ", précise-t-il. Le Courcellois va aussi passer son permis... bateau : " Pour emmener mes enfants en mer et leur apprendre à pêcher. " Au large au moins, pas de risque de croiser un fan rouche armé d'un briquet.Le torchon brûle déjà à l'Antwerp : fan de la méthode forte, John Bico aurait... frappé son joueur Stallone Libombe, frangin du Brugeois Anthony. Si le gus a des séquelles, il peut imiter Dong Fanzhuo : cet ex-Chinois du Bosuil, prêté en 2004 par Manchester United et présenté alors comme un futur castard, a stoppé sa carrière et vient de passer... chez le chirurgien plastique. Lassé qu'on le moque sur sa carrière ratée, Dong s'est fait refaire le visage pour qu'on ne le reconnaisse plus. Quoi, Bico frappe donc si fort ? Faudra prendre de l'avance aux prochains matches du Beerschot-Wilrijk : vainqueur de Seraing devant... 6.185 spectateurs et leader de D1 Amateur, le club va mener la chasse aux dealers de tous poils. En collaboration avec la police d'Anvers, des chiens renifleurs seront postés aux entrées et les fouilles seront systématiques pour endiguer le fléau actuel : lors des matches, le Stade Olympique serait une plaque tournante de la chnouf dans la Métropole. Le slogan est éloquent : " Sniffez l'ambiance du Kiel et rien d'autre, la drogue n'a jamais marqué de but " (©René Weiler, remplacez juste par le mot " tradition "...). Bjorn Ruytinx est rassuré, l'action ne porte par sur la prévention de l'alcool : El Toro pourra toujours vider sa pinte en mode " à fond " après chaque coup de sifflet final.Entre ses matches avec les Diables, ses missions scouting et son tour de la D1, Roberto Martinez n'a même pas le temps de se les croiser. Il suit des cours de néerlandais et de français et jure de tenir dans 6 mois une causerie tactique à base de... 2.000 mots dans chaque idiome. Et promis, il tiendra le crachoir devant la presse dans les 2 langues nationales lors de la fête de la qualification pour la Russie. Gare aux promesses d'ivrogne : lui qui n'a vidé une coupe de Champomy qu'à son mariage, promet d'en sabrer une autre si les Diables gagnent le trophée en 2018 - qui a osé dire " aucune chance " ? Pour son bizutage d'ailleurs, Coach Bob en avait pris zéro, de risque : il avait entonné " La Bamba " de Los Lobos, sans sombrero, ni guitare brandie à la verticale. Déjà qu'il était réputé pour son pas de danse. Hein Vanhaezebrouck n'est pas seul à faire la réputation de La Gantoise hors-frontière : deux photographes anglais bossant sur les roots du foot ont compté que les Buffalos avaient plein d'équipes filles chez les jeunes et poussaient à fond le foot féminin. Les Gent Ladies ont donc fait l'objet d'un shooting pour une expo sur les Cambridge Rules of Football, la première codification à la base des Lois du Jeu de l'International Board. Mais le 3-4-3 n'y figure pas.