1 La mélodie du bonheur

Tout n'était pas nul chez Willie, Roberto Martinez a repris son règlement interne. Mais en le durcissant : fini, Radja, d'aller en griller une sur le balcon. Et les amendes (1.000 euros par retard) ne serviront plus à payer le Champomi, breuvage préféré de Marco. Car Bob hait l'alcool : la thune ira à des oeuvres sociales. Mais contrairement à son Titi Henry, Martinez ne refile pas son salaire aux sans-grade. Pourtant, il a palpé... 12 briques pour son C4 d'Everton. On pige mieux que notre Ibère ait admis de bosser pour une aumône. Tout ça alors que nos Diables seraient " choqués " (sic) que le duo Verhaeghe-Bayat leur demande de retrécir d'1 million leur coffre à primes. Ils attendent donc le retour du bon Vince pour négocier. Tiens, Kompany reverse ses primes à des associations. Bon, qui bosse vraiment pour bouffer au final ?
...

Tout n'était pas nul chez Willie, Roberto Martinez a repris son règlement interne. Mais en le durcissant : fini, Radja, d'aller en griller une sur le balcon. Et les amendes (1.000 euros par retard) ne serviront plus à payer le Champomi, breuvage préféré de Marco. Car Bob hait l'alcool : la thune ira à des oeuvres sociales. Mais contrairement à son Titi Henry, Martinez ne refile pas son salaire aux sans-grade. Pourtant, il a palpé... 12 briques pour son C4 d'Everton. On pige mieux que notre Ibère ait admis de bosser pour une aumône. Tout ça alors que nos Diables seraient " choqués " (sic) que le duo Verhaeghe-Bayat leur demande de retrécir d'1 million leur coffre à primes. Ils attendent donc le retour du bon Vince pour négocier. Tiens, Kompany reverse ses primes à des associations. Bon, qui bosse vraiment pour bouffer au final ? Avant d'aller au Parc, Felice Mazzù n'y a pas coupé : il est passé chez Maman boire son kawa. En repartant, il a sacrifié au rituel : " Je lui touche le sein gauche, celui du coeur. " Une formule gagnante au vu du parcours du T1 carolo depuis 3 ans. Mais dimanche, Stanciu et ses potos en ont décidé autrement. Car l'attouchement maternel ne percute pas chaque fois : " Sinon je lui palperais les deux " a précisé le fiston farceur. Après s'être essayé à la conduite avec sa bagnole mauve en Superleague Formula, Anderlecht se lance... dans le ski alpin : le club vient de sortir 2 briques pour racheter le Yéti Club, une piste artificielle sur le site de Neerpede. Officiellement il s'agit d'anticiper une extension de l'Académie mauve : " Nous voulons plus de place pour nos jeunes " dit le porte- parole mauve. Au vrai, ce serait le plan B de stade mauve en cas (probable) d'échec de l'option Euro-Stade. Au minimum, Roger Vanden Stock sort doublement gagnant. Juste à côté, se trouve le seul golf 18 trous de la capitale pour celui que d'aucuns avaient surnommé jadis VandenGolfStock. Et pour s'échauffer au ski avant la semaine annuelle à Courchevel avec les petits-enfants, le Yéti Club ce sera nickel. Avant de taper ses 500 bornes aller-retour vers Eupen, Ostende s'est déjà mis en mode Panda. Nouveau copropriétaire de Pairi Daiza, Marc Coucke a offert à ses Côtiers, femmes et marmots compris, une journée-détente dans son nouveau joujou. Vanderhaeghe, Berrier, Cyriac & Cie ont donc lissé la toison de Xinghui & Haohao, joyeux parents d'un bébé Panda géant. Entre tour en petit train et prise de connaissance avec les bonobos, marsouins, méduses, girafes, buffles et opossums, Silvio Proto a dû se dire que ça le changeait des prises de cornes avec les langues de vipère de Neerpede, type VandenBorre ou N'Sakala. Mais après l'animation VTT et la leçon de zumba, le KVO devrait un peu diminuer ses escapades team-building qui lui font perdre tout son foot. Et c'est qui qui savoure ? C'est les Pandas du team Aspire. Les bookmakers ont l'humeur badine ces derniers temps. Après avoir ouvert des paris sur les Diables fumeurs suite à l'épisode Nainggolan, Ladbrokes s'est penché/ sur leur fibre nationale : avant Chypre-Belgique, le parieur fou pouvait mettre sa thune sur la chance que nos chéris entonnent la Brabançonne avant le kick-off. Avec, à la clé, la cote alléchante de... 1.000 contre 1 ! Mais à la seule condition que tous chantent, sans exception, comme les Red Lions du hockey. Lèvres serrées lors du passage du CD à la revue des équipes, notre bon capitaine Eden était-il de mèche avec Ladbrokes ? L'agence avait aussi limité ses risques : il était impossible de miser plus... qu'1 euro - pas fou non plus, le bookmaker. Question suivante : pour le duel à Gibraltar, l'agence lance le sondage " Naturalisé,Carl Hoefkens jouera en face et marquera contre son camp " ? Faire 244 km aller-retour pour se prendre une branlée ne déprime pas les supporters de Westerlo : déjà branchés sur la D1B, les fans campinois ont jugé marrant, après le 4-0 de Kagé, de lancer une folle farandole en tribune de Courtrai. Reste à voir si la chenille redémarrera. Et si Bob Peeters jouera la larve. Bon, Rednic : Mouscron ou quand même Westerlo ? Le chat Paul Allaerts limogé, les souris refont le tango. Après le C4 du chef des arbitres et son remplacement par Johan Verbist, Frank De Bleeckere devait forcément revenir. La moustache d'Audenarde va refaire du coaching individuel des refs... qui, sous Allaerts, pleuraient de la charge d'entraînement. Jadis viré pour son lourd salaire, Frankie sera payé à la facture, nickel pour vendre encore son vanishing spray. Et garder ses abonnements au banc solaire. Pour être sûr d'être à Bruges-Leicester ce mercredi, un fan des Foxes a acheté son sésame... dans le bloc brugeois. Mais comme le Club ne vend que des mini-abonnements pour ses 3 joutes à domicile, le gus a dû douiller 120 euros. Plus l'affiliation obligatoire à la Fédé Officielle des... Fans de Bruges : par ici les 25 euros de plus. 145 boules pour se risquer fort d'être bloqué à l'entrée par la police locale : un vrai fada, ce peï.Non content d'avoir chipé Renard, Jankovic, Vande Walle et Cissé, le Standard infiltre aussi... le fan-shop de Malines. Le gérant des lieux, qui gère aussi le merchandising d'Anderlecht, de Saint-Trond, de Waasland... et du Standard, a mélangé ses dossiers et ses clés USB : il a publié sur le website malinois des maillots Sang et Or légendés... Standard. Les supporters ont de l'humour à Malines, mais pas tant que ça non plus. C'est lui-même qui l'a dit au Tijd : en fin de mercato, Mogi Bayat a " frôlé le burnout ". Trop de deals à faire : " Le matin en Angleterre, le midi en France, le soir en Italie, mais mes affaires rapportent beaucoup d'impôts à l'Etat belge. " Et toutes les critiques sur lui ne seraient que pure jalousie : " Gandhi et Kennedy aussi, on leur voulait la peau. " Ça y est, Arnaud est prêt pour entrer dans l'Histoire. Outre le burnout, gaffe à la mégalo. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT