1. Ivan le lyrique

IvanDeWitte a un sacré sens du pompier : toujours bercé par la Champions League et son standard musical inspiré de Haendel, le boss gantois a réquisitionné l'Orchestre Philharmonique flamand et son Choeur pour graver son propre hymne. Énorme fan de Pavarotti et Puccini, De Witte a même fait adapter la partition du " Nessun Dorma ", son aria favorite tirée de l'opéra " Turandot ", en... gommant le refrain " Vincero " (" Je Vaincrai ") par " Buffalo " - fallait oser. HeinVanhaezebrouck s'est, lui, reconnu dans la peau du chef d'orchestre : " On fait le même métier, tout est réglé à la croche, on doit être efficaces sans quoi on est virés. " Etrenné face à Bruges, l'hymne a fait plouf. Au pupitre, c'est MPH qui tenait le bon tempo. Et dans le rôle du ténor noisillant, JoséIzquierdo a bouffé du " Buffalo " dans tous les tons. Aphones, les Gantois.
...

IvanDeWitte a un sacré sens du pompier : toujours bercé par la Champions League et son standard musical inspiré de Haendel, le boss gantois a réquisitionné l'Orchestre Philharmonique flamand et son Choeur pour graver son propre hymne. Énorme fan de Pavarotti et Puccini, De Witte a même fait adapter la partition du " Nessun Dorma ", son aria favorite tirée de l'opéra " Turandot ", en... gommant le refrain " Vincero " (" Je Vaincrai ") par " Buffalo " - fallait oser. HeinVanhaezebrouck s'est, lui, reconnu dans la peau du chef d'orchestre : " On fait le même métier, tout est réglé à la croche, on doit être efficaces sans quoi on est virés. " Etrenné face à Bruges, l'hymne a fait plouf. Au pupitre, c'est MPH qui tenait le bon tempo. Et dans le rôle du ténor noisillant, JoséIzquierdo a bouffé du " Buffalo " dans tous les tons. Aphones, les Gantois. Si SébastienDewaest, avec ses biscottos partout, ferait bien l'affaire comme barbouze ou body-guard, il conviendrait aussi pour les enquêtes plus fines. " Sans le foot, j'aurais étudié la police scientifique ", dit le Genkois : " Le virus m'est venu... en matant la série LesExperts. " Avant de bosser sur des échantillons d'ADN, " Gladiator " s'exerce en ne laissant aucun indice sur les dépouilles de ses adversaires directs. Le titre de Leicester avait aussi comme ingrédient du houblon belge. À la fiesta d'après-titre organisée chez lui par JamieVardy, un casier Jupiler trônait fièrement dans la cuisine : " C'est moi qui le lui ai fourni ", explique RitchieDeLaet, prêté par les Foxes à Middlesbrough. Le Belge a accueilli Vardy chez lui à Anvers voici 2 ans : " Depuis lors, Jamie est raide dingue de Jup : chaque fois que ma famille me rend visite, elle apporte 2 bacs pour lui. " Même loué, De Laet est le talisman des nouveaux champions : en 12 matches prestés avec lui, Leicester n'en a perdu qu'un. Au contraire de Wasyl, qui n'a pas atteint le quota requis des 5 caps, Ritchie a reçu sa médaille de champion. Un vrai cumulard : titré aussi en Championship avec Boro, il n'a raté le triplé qu'à cause de l'écroulement de l'Antwerp. Son vrai club de coeur.Après avoir garni son fan-shop de matos pour bébés et pour enfants, Anderlecht s'attaque à la génération d'au-dessus : les Mauves vont tenir... des mariages au stade. On ignore si le club fournira aussi des joueurs comme témoins ou pour garnir la photo officielle. Une affaire juteuse : la Fiorentina, Manchester City et Liverpool livrent le même service, Anfield Road touche ainsi 6.000 euros par noce. Saint-Guidon n'a jamais si bien porté son nom : le mariage civil restant obligatoire à la Commune, le Sporting fournirait juste les cérémonies religieuses. Le Stade Vanden Stock dispose déjà d'une chapelle : les mauvaises langues chuchotent qu'on y a souvent vu Besnik Hasi s'y recueillir ces derniers temps. Dimanche contre Ostende, le curé salvateur a pris les traits de StefanoOkaka. Dimanche au Breydel, ni fleurs ni couronnes. L'ex-flic FranckyDury a levé un sacré lièvre au Gaverbeek : l'un de ses jeunes joueurs s'est blessé à la cheville, le terrain d'entraînement est truffé de terriers creusés par des... lapins. " Il y en a 200 et au rythme où ils copulent, ils seront 600 dans 2 mois ", explique un ouvrier communal. La zone a donc été peuplée de furets et de faucons pour éliminer les intrus à oreilles. Quand il ne marque pas le dimanche contre son ex-employeur mauve, BrunoGodeau plonge dans ses syllabus. " En juin, il me reste 3 examens à l'ICHEC pour décrocher mon bac en gestion d'entreprise " : à croire qu'Ostende, déjà berceau de LaurentDepoitre, est un terreau pour ingénieurs. Pas né de la dernière pluie, Godeau lance déjà l'hameçon : " Si MarcCoucke me propose d'intégrer son équipe marketing, je fonce ! " Il en dit quoi, YvesVanderhaeghe ?Si Gand a le pied si léger en play-offs 1, c'est à cause de son complexe d'entraînement. Le club buffalo vient d'acquérir un tapis de course... annulant la gravité : les joueurs en revalidation y évitent la surcharge, la machine les soulage de la moitié de leur poids. Gageons pour HeinVanhaezebrouck que le programmateur débranche la commande durant les matches. Ou MbarkBoussoufa a-t-il abusé de la course en lévitation ? Aussi palpitant que la saga White Star, le dossier de l'Eurostade tient aussi sa version vaudeville. Outre les soucis liés au financement, au locataire, à la rentabilité et au plan flamand d'élargissement du Ring, c'est à présent la... consanguinité du juge qui fait problème. Un sentier piéton coupant le Parking C impose un nouveau règlement urbanistique, mais le juge de paix chargé de la requête est... un cousin de sang du notaire désigné. Un nouveau juge sera donc saisi et devra reprendre le dossier à zéro : tout est postposé à la rentrée de septembre. À supposer que les délais soient respectés, ces 4 matches de l'Euro 2020 à Bruxelles auront coûté sang et sueur, bruit et fureur. Si au moins notre VincentKompany national pouvait déminer l'affaire : VinceThePrince aura du temps cet été.Désolé pour MPH, mais la grande forme de JoséIzquierdo ne vient pas de ses lignes de course. Le secret de Joske se nomme Lucho, un... mini-bouledogue qu'il cajole jour et nuit : " Je le nourris, je le lave, je l'amène chez le véto, ça me donne le sens des responsabilités... et mes équipiers en profitent sur le terrain. " Entre le cabot et la meuf, le macho a d'ailleurs fait son choix : " Au moins le chien, il ne bavarde pas. " Pour sûr, le sacre des Gazelles sera canin. MarkDeMan (33 ans) a déjà ça en commun avec Claudia Schiffer, Laetitia Casta, Beyoncé, Pierce Brosnan et Eric Cantona : il bosse pour... L'Oréal. L'ex-chouchou mauve de HugoBroos et, surtout, FrankVercauteren a stoppé sa carrière de stopper, victime de blessures à répétition : il fournit depuis 4 ans les coiffeurs du Limbourg en cosmétiques, shampoings et couleurs - on ignore s'il conseille tout particulièrement le mauve, le lime ou le wonderbloom. Signe que même une notoriété limitée reste profitable, De Man s'est vu proposer le poste par un supporter mauve qui l'avait reconnu dans une soirée : " J'aime bien ce job, c'est varié et plein de contacts sociaux. " Sans doute parce que Mark le vaut bien. La preuve : l'ingrat a même refusé une proposition de HermanVanHolsbeeck de faire coach des jeunes à Neerpede. Le modeste salaire sans doute. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT