1. Ciao, pantin

Il aura bouclé son parcours sous Dafalgan pour le Cercle, avec en prime une culbute en D2. À 31 ans, Maarten Martens range son sac et son pied gauche velouté, vaincu par les blessures : " Je pouvais signe en Inde, mais j'en ai marre de la douleur, même m'entraîner le soir en D3 avec Gand-Zeehaven est trop dur. " L'ex-capi des Diablotins olympiques de Pékin 2008, futurs Diables Rouges actuels, suit depuis janvier des cours d'entraîneur. " J'aimerais bien coacher les jeunes, mais dans un cadre professionnel et ensuite gravir les échelons : je me configure sur Frank De Boer, qui a débuté comme T1 des U13 d'Ajax avant de remonter jusqu'à l'équipe A. " Pour l'heure, Martens se contente des U13 de... Bassevelde, son club formateur. Au régime De Boer, le T1 de la Première de Bassevelde doit-il se faire du mouron ?
...

Il aura bouclé son parcours sous Dafalgan pour le Cercle, avec en prime une culbute en D2. À 31 ans, Maarten Martens range son sac et son pied gauche velouté, vaincu par les blessures : " Je pouvais signe en Inde, mais j'en ai marre de la douleur, même m'entraîner le soir en D3 avec Gand-Zeehaven est trop dur. " L'ex-capi des Diablotins olympiques de Pékin 2008, futurs Diables Rouges actuels, suit depuis janvier des cours d'entraîneur. " J'aimerais bien coacher les jeunes, mais dans un cadre professionnel et ensuite gravir les échelons : je me configure sur Frank De Boer, qui a débuté comme T1 des U13 d'Ajax avant de remonter jusqu'à l'équipe A. " Pour l'heure, Martens se contente des U13 de... Bassevelde, son club formateur. Au régime De Boer, le T1 de la Première de Bassevelde doit-il se faire du mouron ? " J'ai décidé de mon futur mais je ne dis rien " : Preud'homme joue les mystérieux, peut-être a-t-il un autre défi brugeois à relever. En P3B, l'Eendracht Brugge a pris du... 0-20 dimanche face au réputé SK Snaaskerke. MPH devra user de toutes ses ficelles de motivation : après la mi-temps (0-8), l'Eendracht a poursuivi à 9 joueurs, les autres ayant perdu le goût de la fessée. Puis à 8 suite à une carte rouge. Quoi, Poulain joue déjà chez le voisin provincial ? Malgré les attentats, on garde le sourire en play-offs 2. 1er avril, jour du poisson, Mouscron a annoncé sur son site la construction d'un nouveau stade de 16.500 places dont 50 loges, le tout financé sur capitaux propres de 22 millions d'euros. Autres temps, autres moeurs : pour avoir annoncé pareil en début de saison, Teni Yerima s'était juste fait virer. Au Standard, la marée du jour a annoncé l'érection prochaine d'un hôtel 4 étoiles à l'Académie Robert Louis-Dreyfus, offrant chambres avec vue sur les terrains d'entraînement et la gageure d'avaler son petit déj avec les joueurs... et même de les croiser au jacuzzi. Sans doute une idée remontant au temps où Bruno Venanzi, alors toujours vice-président de Duchâtelet, évoquait le " régime Club Med " chez les Rouches.Le gazon du Freethiel n'est pas sacré que pour les Pfaff. Aart Lehembre, un fan de Beveren depuis ses 8 ans, a reçu de sa compagne le plus beau des mariages : une cérémonie nuptiale... à même le rond central préféré de Zinho Gano. " J'en avais parlé comme d'une blague, Petra a tout réglé dans mon dos avec le club ", narre l'heureux homme qui s'est fait piloter au stade les yeux bandés... mais a reconnu la route : " Petra a fait des détours mais je connais le chemin par coeur. " Cerise sur le pitch, le couple a même gagné 5 joueurs venus camper les témoins sur la photo officielle et un T-shirt signé de la main chaste de Stijn Vreven. Notez, on a même connu dans le passé un journaliste au coeur secrètement mauve louer le Stade Vanden Stock pour sa noce avec photo sur le disque central en présence des joueurs... Après avoir cochonné sa phase classique, le Standard redécouvre le plaisir du geste gratuit : en play-offs 2, les Rouches ne bénéficient d'aucune prime de victoire. " Là où on est, on ne mérite pas de primes ", claque Yannick Ferrera. " Si les joueurs voulaient de belles primes, ils n'avaient qu'à se placer dans le top 6. " À Beveren, le pion de Legear n'a rapporté que 3 points en choco. On pige mieux les forfaits de Dossevi, Edmilson et Scholz. Le printemps... et la période des transferts marque le retour en force de la migraine d'avril. Comme son compère Leandro Trossard en janvier, qui voulait forcer son retour à Genk, Yohan Croizet (OHL) a rentré un certificat médical à Den Dreef : de subits maux de tête l'empêchent de s'entraîner... mais pas de négocier un passage à Malines ou Ostende. Les virus spontanés gardent la cote chez les footeux. En 2011, Lucas Biglia avait ouvert la voie de la céphalée et du coup, " El Principito " avait gagné le nouveau surnom d'" El Paracétamol ". Hervé Kagé s'était découvert une dépression mélancolique quand il voulut quitter Charleroi après l'affaire de ses fausses factures. Et Matias Suarez n'avait pas été loin de la syncope-surprise quand Saint-Guidon lui envoya le médecin-conseil aux trousses. Nos cramponnés restent de grands fragiles.Luc Devroe n'a jamais oublié la mort de François Sterchele, le 8 mai 2008 : " J'ai changé ma plaque d'auto pour y mettre le chiffre 23, le numéro de son maillot. Et dans chaque club où je passe, aucun joueur ne peut le porter. " Nyasha Mushekwi, un Zimbabwéen passé à Ostende en 2013-14, l'année de l'arrivée de Devroe, et... numéroté " 23 ", pige mieux pourquoi il n'est pas resté. Il crèche aujourd'hui au Dalian Yifang, en D2 chinoise. À en croire 4-4-2, le célèbre magazine de foot britannique, les Diables cartonneront à l'EURO... au moins côté textile. Un designer a classé les maillots les plus cool des qualifiés : la tenue " cycliste " des Diables (pour les matches away) se classe 2e plus joli maillot de l'EURO, la version " home " rouge/pectos noirs prenant la 5e place. Adidas avait donc bien fait de prendre son temps pour bosser ses fameux maillots : précisons que la première version, calquée sur un t-shirt d'entraînement et déniché dans un vieux stock de l'usine aux 3 bandes, n'a pas été classée. Nos opposants de poule se crashent : la tenue away de l'Italie est 3e... mais sa version home n'est que 40e, la Suède se classe 21e et 42e, l'Irlande prend les 24e et 39e places. À l'option couture, c'est la Croatie qui gagne l'EURO. Heureux Perisic. Pour sauver son siège, Hasi ne doit pas compter sur ses ex-équipiers. Après Frutos, Stoica et De Boeck, tous branchés par le poste de T1 mauve, Ahmed Hassan dit pareil depuis sa pyramide cairote : " Pour coacher le Sporting, je veux bien abandonner ma société de limousines. " A 40 ans, le Pharaon se dit même fit : " Je peux encore jouer en D1, je n'ai pris que 2 kg. " Herman, une solution pas chère pour relayer Praet ? Allô Hanni ? À chaque grand tournoi, les sponsors sont premiers à donner leur sélection : comme portier pour l'EURO, Jupiler a tranché, Mignolet supplante Courtois. Car sur les 18 canettes " spéciales EURO " livrées dans les bacs, Thibaut n'a pas la sienne : blessé, le pauvret était absent au shooting lors du match de l'Italie. Chadli et Defour peuvent aussi oublier leur EURO, le brasseur ne les a pas sélectionnés dans son houblon. Sur la pub pour Coca-Cola, partenaire des Diables, Kompany est tout sourire, son sponsor perso Pepsi un peu moins... Mais Vince voit toujours clair : sur la photo, il est le seul Diable sans bouteille à la main. Du coup, The Prince palpe sur les 2 fronts, via les droits à l'image négociés collectivement (1,5 millions pour les Diables). De quoi compenser la fin des télé-réalités tournées par Bonka Circus ? PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT