1. Wilfried vise la quille

Quand il ne reste rien, il reste la Grande Muette : révélé par ses chevauchées montoises, champion de Belgique 2009 avec le Standard de Bölöni, repéré une dernière fois l'an passé au White Star, Wilfried Dalmat dispute les Jeux Mondiaux avec la France... militaire. Le règlement poilu autorise les recrues temporaires : Dalmat se paie un minitrip en Corée avec Fabrice Abriel (champion 2010 avec l'OM de Deschamps) et José Saez (ex-Valenciennes). " C'est bizarre de se dire que nos équipiers peuvent filer le lendemain à la guerre ", dit celui-ci. " On retrouve une ambiance de vestiaire mais les légionnaires, on ne les chambre pas... " Chaque joueur doit se raser le crâne : la tondeuse, Dalmat pratiquait déjà. Tondus, les poilus bleus l'ont été d'entrée : deux revers contre le Qatar et la Corée. Parti titulaire, Will était sur le banc dès le deuxième match...
...

Quand il ne reste rien, il reste la Grande Muette : révélé par ses chevauchées montoises, champion de Belgique 2009 avec le Standard de Bölöni, repéré une dernière fois l'an passé au White Star, Wilfried Dalmat dispute les Jeux Mondiaux avec la France... militaire. Le règlement poilu autorise les recrues temporaires : Dalmat se paie un minitrip en Corée avec Fabrice Abriel (champion 2010 avec l'OM de Deschamps) et José Saez (ex-Valenciennes). " C'est bizarre de se dire que nos équipiers peuvent filer le lendemain à la guerre ", dit celui-ci. " On retrouve une ambiance de vestiaire mais les légionnaires, on ne les chambre pas... " Chaque joueur doit se raser le crâne : la tondeuse, Dalmat pratiquait déjà. Tondus, les poilus bleus l'ont été d'entrée : deux revers contre le Qatar et la Corée. Parti titulaire, Will était sur le banc dès le deuxième match... Après Mimiche, Vanhaezebrouck s'est donc payé Willie. Vainqueur de MPH (4-1), HVH a aussi tuyauté Wilmots pour son éternel souci de back gauche : " Asare a un double passeport, sa seule cap avec la Gambie était un amical, Nana est dispo pour les Diables ", a-t-il glissé, un rien frondeur. Car être premier fournisseur de Diables (avec Sels, Kums et Depoitre) donne du crédit. Pauvre Jordan Lukaku, qui venait de dire vouloir se fixer durablement en sélection. Les Boeren rangent la fourche et prennent pied dans le futur : avant son stade à finir d'ici 2018, Zulte Waregem a payé 3 briques son nouveau complexe d'entraînement. Dury a sa grande salle de vidéoconférence pour diffuser la magie de son 4-2-3-1. Kaya peut enchaîner ses passes aveugles dans la piscine de revalidation. Opéré du nez, Lepoint pourra tester ses nasaux sur la piste d'athlétisme. Et Leye est bien une icône locale : Mbaye a sa statue de cire dans le hall. " On égale les Académies d'Anderlecht, du Standard et de Genk, on pourra attirer de meilleurs joueurs ", explique Coach Francky. " Gand prouve qu'une infrastructure moderne mène au top. " A condition de bien clôturer l'ouvrage : deux ans après l'inauguration, la Ghelamco Arena vient seulement d'obtenir des pompiers son certificat-sécurité, l'escalier central n'avait pas d'évacuation... Sans doute ce duel Sprimont-Berchem (D3B) ne décollait-il pas assez samedi : à la 43e, un hélicoptère s'est posé dans le rond central. Non, ce n'était pas Lucien D'Onofrio en visite dans son coucou privé. Mais les secours pour une urgence cardiaque au village : le terrain de foot est le seul habilité comme héliport. L'infar a aussi glacé les joueurs locaux : menés alors 1-2, ils ont coulé ensuite (1-4). Le T1 Christophe Grégoire n'a pas trouvé le défibrillateur. L'affaire Trezeguet a ses effets pervers : le sélecteur automatique d'Instagram a bloqué une double photo publiée sur son propre compte par le Genkois Christian Kabasele. Le solide Congolais montrait un cliché de chimpanzé à côté de son faciès, avec la mention " Vous trouvez qu'on se ressemble ? " : c'était sa réponse subtile aux cris de singe endurés le week-end précédent à Courtrai. Sauf qu'un ordinateur, c'est bien connu, identifie peu l'ironie... Commentaire du joueur : " Des femmes à poil sur Instagram, on laisse passer, mais quand on dénonce le racisme, on supprime... " Après son but rapide face au Standard, l'ex de Virton a donc mimé des gestes de primate. Et Big Brother n'a pas trouvé le moyen de passer la gomme sur les images TV. La bonne morale est bien celle qu'on se donne. Après une énième agression d'arbitre en Provinciale anversoise, Waasland-Beveren s'est fendu d'un règlement fair-play : avec leurs mots d'enfants, les jeunes du Freethiel implorent leurs parents de ne plus éructer en bord de touche. Un texte illico re-tweeté par... Stijn Stijnen, l'ex-roi de la sortie karaté. Faudrait aussi remonter la missive vers Stijn Vreven : le T1 local a déclaré qu'il " préférait une sale faute nécessaire au risque de prendre un but ". Tout fait farine au marketing de la mine : entre les pantoufles, les boules de Noël et les plaques d'immatriculation siglées KRC Genk, le fan-shop du club limbourgeois propose... des cercueils bleu & blanc et la possibilité de funérailles en mode mineur. Une idée chipée à Hambourg et Southampton. Ce qui explique peut-être le départ précipité de Pelé Mboyo à Sion. Dimanche à la Cristal Arena, le Standard aurait dû savoir qu'il courait à la mise en bière. Président du CP Arbitrage Luxembourg, Marcel Javaux ne tient plus ses ouailles : 17 de ses referees ont pris la pose, totalement... nus, sur une photo qui fait la tournée de la toile. " C'est parti d'un délire après un entraînement ", dit l'un d'eux : " On veut montrer notre côté humain, se prendre au sérieux c'est pas notre genre. " Faut dire que vu leurs pectos et la taille de l'objet censé cacher leur appendice, nos rois du (petit) sifflet ne postulent pas encore pour les calendriers du XV de France et des nageurs olympiques. Du pur fun : peu question ici de collecter des fonds ou compenser les maigres primes d'arbitres. Gumienny peut en parler : le beau Serge va renflouer ses caisses, il vient d'enfin réussir les tests physiques de l'UEFA. Son premier échec, il l'avait bien tu des médias. N'est pas Nzolo qui veut. Avoir " Analyste vidéo " marqué sur son CV peut mener loin, surtout avec Yannick Ferrera. Le coach rouche, lui-même ex-chirurgien de l'image pour MPH à Gand et Al-Shabab, a emmené à Sclessin son vidéaste trudonnaire William Still. Ce transfert est surtout un sale coup pour... Grez-Doiceau (P2 Brabant), qui perd un défenseur de base de son équipe Première. Notez, Grez s'en est mieux sorti dimanche à Machelen (1-1) que le Standard dans le fond de la mine de Waterschei. À Bakou, dans le plan de réhabilitation de la ville, ils avaient budgetisé un poste " réverbères ". Humilié au FK Qarabag, Anderlecht a aussi croisé son chat noir : John Van Loen, le fameux " 3e poteau " du Sporting 90-91, y officie comme directeur sportif et patron de la formation. Surnommé " le Barça du Caucase ", le team des Reynaldo & Armenteros préfère pourtant les combinaisons au sol aux centres au cordeau dirigés vers les grands dadais. 30 ans après le climax de Rotterdam, Van Loen s'est vengé du foot belge. Roger Vanden Stock aurait pu briefer Coach Besnik : il devait sortir Grün des plateaux de RTL-TVi, Georges aurait mieux cadré qu'Ezekiel, Okaka & Cie. Mais malgré les railleries, Van Loen cultive toujours St-Guidon : " Mon fils est né à Bruxelles, je n'oublierai jamais cette année-là. " Nous non plus.