1 Rase-mottes

Trop fort, MichelLouwagie transfère même hors mercato. Confronté à un souci de pousse à la Ghelamco Arena, Gand vient de chiper le jardinier de Lokeren : le sbire bossait pour une firme de graines et engrais, il a démissionné pour tenter d'offrir à Maître Hein un billard digne de son 3-4-3. Pour la Champions League, le gus devra aussi couper bien latéral : dans son cahier de charges, l'UEFA impose même le sens de la tonte. En bandes verticales. Et pas autrement. À noter à Charleroi si les Zèbres devaient finir champions, un vieux rêve d'AbbasBayat : le traceur de lignes carolo avait dû abuser de St-Feuillien, ses lignes de chaux contre Anderlecht slalomaient comme des queues de pie. Ajoutez-y une panne d'arrosage et des véhicules publicitaires labourant le pitch avant le kick-off : le terrain était l'excuse toute trouvée pour les Mauves de Bruxelles.
...

Trop fort, MichelLouwagie transfère même hors mercato. Confronté à un souci de pousse à la Ghelamco Arena, Gand vient de chiper le jardinier de Lokeren : le sbire bossait pour une firme de graines et engrais, il a démissionné pour tenter d'offrir à Maître Hein un billard digne de son 3-4-3. Pour la Champions League, le gus devra aussi couper bien latéral : dans son cahier de charges, l'UEFA impose même le sens de la tonte. En bandes verticales. Et pas autrement. À noter à Charleroi si les Zèbres devaient finir champions, un vieux rêve d'AbbasBayat : le traceur de lignes carolo avait dû abuser de St-Feuillien, ses lignes de chaux contre Anderlecht slalomaient comme des queues de pie. Ajoutez-y une panne d'arrosage et des véhicules publicitaires labourant le pitch avant le kick-off : le terrain était l'excuse toute trouvée pour les Mauves de Bruxelles. Soucieux de repeupler son Standard de vrais chefs au sang rouche, BrunoVenanzi a vu juste avec son DirCom. AlexandreGrosjean est supporter depuis sa naissance... par abus paternel : Papa avait pendu une écharpe rouche sur le lit à la Maternité. Et student, Grosjean faisait liftier des loges de Sclessin... habillé en Spirou rouge. Lagaffe comme Président, Spirou à la com, le casting est parfait. BobClaes fait donc Fantasio ? Après le tacle assassin de BjornRuytinx sur MehdiCarcela, RolandDuchâtelet avait plaidé pour un tableau de barèmes mentionnant des sanctions-types, et une firme d'audit extérieure pour bien évaluer. Aujourd'hui, Duduche se dit qu'il a quitté trop tôt le chouette milieu de D1 : à l'Union Belge, un... ordinateur établira bientôt les suspensions après cartons rouges. Un peu comme le toubib ou le dentiste avec les codes INAMI, l'arbitre rentrera un code associé au type de faute : le système calculera automatiquement le nombre de dimanches suivant les critères (coup volontaire, dangerosité, adversaire au sol). La réforme touchera aussi les séries provinciales. Fini donc le tarif à la tête du client : BigBrother protège des vilains. Au fait, il est où, Bjorn ? En tout cas, il nous manque.Vous avez raté l'Euro 2016 comme supporter ? Essayez comme volontaire. Le tirage au sort des tickets pour la France a laissé maints Belges à carreau. Les stades du Nord recrutent chez nous des bénévoles : 700 jobs à pourvoir à Lille, 550 à Lens. Reste à tirer la bonne planque entre l'accueil, l'accréditation, le transport et la billetterie. Et bien planifier sa pause-repas au moment des matches. C'est connu, un facteur, ça en fait du chemin dans la vie. A fortiori s'il se double d'être footeux. Avant sa carrière pro, Jean Tigana était postier. Après sa carrière faite de semelles crapuleuses, Adrie Van Tiggelen a enfourché bécane et képi dans son village de Frise. À Alost, l'ex-gloire locale Predrag Filipovic (40 ans) fait pareil à chaque lever du jour : passé aussi par Lokeren, Lommel, Roda et Dender, le Monténégrin a trotté 400 matches en D1 mais puise aujourd'hui les recommandés et les post-packs en fond de sacoche. " Bosser dans le vent et la pluie, ça ne me change pas du foot " dit-il. Et d'ajouter : " Je pourrais vivre de mes rentes et d'une indemnité d'invalidité mais étant arrivé chez vous sans rien, je veux rendre à votre pays le beau destin qu'il m'a donné. " Une vérité qui résonne au Parc Maximilien. AleksandarJankovic voulait sans doute dissuader certains de faire le mur aux mises au vert : le Serbe a emmené ses ouailles visiter la Prison de Malines. Veselinovic & Cie ont vu les cellules, la chambre de contrôle, la bibliothèque et la chapelle. Ils ont aussi partagé le repas et les tâches des condamnés : emballage de paquets et assemblage de pièces-moteur. Après la dégelée à Genk, ils sont tous convoqués au parloir.Sven Kums adore la légende de Samson et Dalila : " Se couper les tifs diminue votre énergie vitale, je ne me rase jamais un jour de match... et je ne me coupe pas les ongles. " Ça marche : contre Lyon, le Pirlo gantois a gratté 9 tacles, record de Champions League. Mais aucun Buffalo n'a intégré le onze-type de l'UEFA. Faut dire que même Marc Wilmots, venu en scouting, a loupé le péno de Magic Sels : il est parti 10 minutes avant la fin. Jean-François Gillet dit merci.Comme PhilippeVandeWalle, fan de montagne, avait maquillé sa masure en chalet suisse lui rappelant ses alpages, StijnVreven avait chez lui un totem en lien avec son surnom " L'Indien ". Très utile pour y coller ses joueurs peu dociles : " Avec StevenLangil, j'ai mon AnthonyVandenBorre, on a des conflits tout le temps... mais c'est mon meilleur joueur et je préfère les têtes dures aux lopettes - prends ça, Besnik. Côté team-building aussi, Stijn a sa méthode : " Rien de tel qu'une bonne biture en groupe, on apprend plus sur ses joueurs à 3 h du mat au bar que dans une course à la boussole dans les bois. " Faudrait juste que " L'Indien " apprenne à ses papooses à dessaouler : 12 galettes en une semaine contre Ostende et Bruges, ça fait mauvais genre. Ou alors programmer les sorties après les succès plutôt qu'avant les branlées.Platoche ne jure que par nos ex-Premiers fadas de cuir : après Dehaene-le-Brugeois, Leterme-le-Rouche va jouer flic du Fair Play financier. Celui qui confondait si bien Marseillaise et Brabançonne, a juré de scruter les droits télé anglais, qui faussent tant le marché. Son Standard, ce sera moins utile puisque " Duchâtelet, ce pauvre homme, a vidé les caisses " (sic Venanzi). Et les types qui paient pour jouer, ça tombe aussi dans le Fair Play financier ? Payer pour des services, genre recevoir une cap de son coach, BrunoVenanzi n'a pas fini d'en mesurer les suites. Mais ces 125 euros-là, il ne les regrette pas : c'est le tarif qu'il a payé pour instruire sa plainte contre X... sans passer par le Parquet qui, pris par un fou rire, risquerait de caser le lapsus présidentiel au classement vertical. Pour confondre le vilain joueur, le Standard va assumer tous les frais d'enquête : relevés téléphoniques, analyse bancaire ou informatique. Revers de la pièce, Monsieur Lampiris sera auditionné et devra tout dire à Madame la Juge d'Instruction. Laquelle en a vu d'autres : la tuerie de la Place St-Lambert, l'enlèvement de Nathalie et Stacy, des braquages de fourgons à l'explosif. Mais pas les crash-tests à la pompe-drive.