1 La bibine à Willie

Malgré les poux que lui cherche sa haute direction, Marc Wilmots garde le bras long Avenue Houba. Après avoir obtenu que ses Diables crèchent au Domaine de Haillan pour l'Euro 2016, notre Willie (qui possède déjà une maison dans le Bordelais) va pouvoir savourer... le pinard fédéral. Carrefour, partenaire de l'Union Belge, propose depuis quelques jours une AOC, étiquetée Belgian Red Devils, forcément... rouge, fournie par sa filiale vin de Gironde, la Maison Johanès Boubée. À 4,99 euros la bouteille, quelques rasades vous feront illico visualiser une transversale de Kevin, une mandale de Marouane ou une bourde de Vincent. Sauf à oser les mélanges scabreux avec Jupiler, le partenaire houblon de la Fédé... Le cru serait, dit-on, parfait pour accompagner les grillades : allusion au cheeseburger d'Eden ?
...

Malgré les poux que lui cherche sa haute direction, Marc Wilmots garde le bras long Avenue Houba. Après avoir obtenu que ses Diables crèchent au Domaine de Haillan pour l'Euro 2016, notre Willie (qui possède déjà une maison dans le Bordelais) va pouvoir savourer... le pinard fédéral. Carrefour, partenaire de l'Union Belge, propose depuis quelques jours une AOC, étiquetée Belgian Red Devils, forcément... rouge, fournie par sa filiale vin de Gironde, la Maison Johanès Boubée. À 4,99 euros la bouteille, quelques rasades vous feront illico visualiser une transversale de Kevin, une mandale de Marouane ou une bourde de Vincent. Sauf à oser les mélanges scabreux avec Jupiler, le partenaire houblon de la Fédé... Le cru serait, dit-on, parfait pour accompagner les grillades : allusion au cheeseburger d'Eden ? Les anciens n'oublieront pas les slaloms chaloupés de Robby Rensenbrink. Le " Serpent " incarnait l'Anderlecht des Seventies qui dominait l'Europe à défaut de percuter sur sol belge. " Contre Beringen Robby pionçait ferme, face au Bayern et Liverpool il enfilait son smoking ", disait le mage Goethals. Aujourd'hui, Rensenbrink (68 ans) a la tremblote : le Batave souffre d'amyotrophie spinale progressive (ASP), un syndrome pouvant tourner en sclérose en plaques. " Soudain, je me mets à trembler, des bras ou des jambes, j'ai ça depuis 2 ans, on verra bien comment ça finit ", explique l'idole des ex-djeuns, toujours fataliste. En Italie, 41 footeux sont décédés depuis 1973 des suites du syndrome, lié à l'abus d'anti-inflammatoires. Jadis ce sont les arrières belges qui, genoux flottants, jambes en capilotade, tournaient fous face au prodige. Le mal était-il contagieux ? Saint-Guidon vire la gueuze pour le limoncello : grâce à leurs maillots flashy, les Hasi Boys ont enfin vaincu leur signe indien d'OHL. Au fan-shop, le maillot lime (de " lemon ", citron) fait un carton. Claire Vanden Stock, l'une des héritières de la smala qui gère les stocks, a fait bosser le designer : selon la luminosité, le maillot clignote vert ou jaune. " Trop jaune, ça faisait trop flamand " dit la commerciale. Et le vert, trop écolo ? L'apolitisme reste une valeur-refuge au Sporting.La fameuse banderole anti-Defour a fait pshiiit : n'écoutant que sa bravoure, le chef des Ultras Infernos s'est dénoncé lui-même pour épargner les fans innocents, il est donc seul à écoper de 8 mois d'exclusion de stade. Étrangement, aucun des excités mauves ayant dévissé les 150 sièges de Sclessin n'ont dégusté : la Police de Liège a posté les vidéos & photos aux collègues de la zone Bruxelles-Midi... qui disent n'avoir rien reçu. Aujourd'hui, les faits sont prescrits. BePost protégerait-elle, à son tour, le géant mauve, se demandent déjà les tenants du grand complot ? A Anvers au moins, on se parle entre le Palais de Justice et Beerschot-Wilrijk : le club et la Ville ont passé un accord, les hooligans condamnés à des peines sociales vont nettoyer les travées du Kiel de ses fientes de pigeons et sachets de frites usagés. " On devra payer moins de bénévoles ", a dit le porte-parole. Oyez, oyez, fans rouches : avant de le faire signer à Saint-Guidon, Mogi Bayat a proposé Ezekiel à Gand. Mais Michel Louwagie a refusé : " Chez nous, tous les salaires se tiennent, si je paie ce contrat, mon vestiaire explose. " Car malgré le titre, le manager gantois refuse de flamber : " Avec le tirage qui nous attend, on prendra peu de primes de points en Champions League. " Mais Louwagie a claqué 2 briques (record du club) pour son arrière Johansson. Aka la copie de l'original : en tournée avec sa sélection à Dubai, le Suédois s'était fait passer pour... Zlatan et distribué les autographes. Catogan, bouquette au menton, tatoos en pagaille : l'illusion est parfaite. Reste, pour Louwagie, à vérifier la vraie implication de son transfuge : " A la télé, je ne regarde jamais le foot, je préfère le basket, mon avenir est dans le prêt-à-porter. " Si Mouscron plante grave son entame de saison, la com' entre le gardien Marciano et ses arrières n'est pas en cause. En préparation, lors des trajets en camionnette vers le Futurosport, les Français du REM s'interrogeaient sur les qualités de ce nouveau gardien. Assis sur la banquette voisine, le brave Marciano n'a pipé mot... avant de révéler qu'outre l'anglais et l'hébreu, il causait couramment français. " Ouf, on n'avait rien dit de salasse ", s'excuse Thibaut Peyre. Qui donc disait que le foot était un idiome universel ? EnzoScifo peut-être ?Le promu Saint-Trond en tête de la D1, ne cherchez pas plus loin les clés du succès : récemment, le directeur marketing du Stayen s'est fendu d'un petit film promo décrivant le fonctionnement du club. Rompu aux analyses vidéo de scouting, c'est l'adjoint irlandais de Ferrera qui s'est chargé du montage. Expédié à quelques clubs européens, le clip a séduit... Chelsea, qui vient de prêter 2 jeunes aux Canaris. Et on évoque aussi des connexions à l'AC Milan... Si le Camp Nou est un temple et le Parc Astrid une église, Daknam a sa crypte. Lokeren a dédié une partie de la buvette des joueurs à la mémoire de Grégory Mertens, décédé tragiquement fin avril. Le n°4 de l'infortuné défenseur ne sera plus jamais attribué. Une chapelle ardente permanente accueille le Livre d'Or, les témoignages, les bouquets, les maillots et les écharpes des fans portant le deuil. Un projet de Musée existe également. Roger Lambrecht rêvait d'un stade multifonctionnel, il n'avait sans doute pas souhaité ce concept-là. La religiosité du lieu a déjà percolé : avant le coup d'envoi de Lokeren-Charleroi, Dewaest a été flashé sur le banc en pleine lecture... de la Bible. Les paris sont ouverts : Séba cherche un psaume à graver pour compléter son arsenal de tatouages.Si Pep n'y croit plus, Bjorn oui : le Brugeois Engels, persécuté par un genou instable, consulte le célèbre médecin allemand Müller-Wohlfahrt, limogé avant l'été par Guardiola après 38 ans de service au Bayern. Le pape du Toque n'en pouvait plus des blessures à répétition de Ribéry & Robben : choqué par les accusations du Catalan, le toubib-chef a remis son tablier et sa Lederhosen. Dans la salle d'attente de sa clinique privée, Engels a croisé... Usain Bolt : tous deux n'ont que faire de la réputation sulfureuse de celui qu'on surnomme Dr Piqûre, pour ses doubles injections à base de... sang de veau déprotéiné, utilisé pour les troubles de la mémoire. En parallèle, Bjorn Engels consulte aussi les experts du Milan Lab, le labo de Milanello créé jadis par le Belge Jean-Pierre Meersseman. On n'est jamais trop prudent avec les globules d'aurochs. Le rodage vaut pour tout le monde : après les équipes en chantier, voici l'informatique en grippe. Le logiciel de billetterie fourni aux clubs par la Pro League toussote : à Gand et Courtrai, de nombreux sièges ont été attribués deux fois, d'autres sont restés vides. La Ligue rassure, le système fait sa maladie de jeunesse. Mais en plein Grexit, fallait-il vraiment choisir un fournisseur... grec ? Ayant flairé l'embrouille, Anderlecht et le Standard ont gardé leur ancien opérateur.