Mais que se passe-t-il à Leipzig ? Fin mars, après son succès à Hanovre (2-3), la formation de Ralph Hasenhüttl pointait au quatrième rang de la Bundesliga. Un mois plus tard, le quatuor de tête s'est éloigné : la faute à une série de mauvais résultats. Entre le 5 et le 21 avril, le RB Leipzig a disputé trois rencontres et enregistré un seul point. Pire encore : les deux derniers mat...

Mais que se passe-t-il à Leipzig ? Fin mars, après son succès à Hanovre (2-3), la formation de Ralph Hasenhüttl pointait au quatrième rang de la Bundesliga. Un mois plus tard, le quatuor de tête s'est éloigné : la faute à une série de mauvais résultats. Entre le 5 et le 21 avril, le RB Leipzig a disputé trois rencontres et enregistré un seul point. Pire encore : les deux derniers matches dans son antre se sont soldés par des lourds revers face à Leverkusen (1-4) et Hoffenheim (2-5). En deux rencontres dans la Red Bull Arena, Dayot Upamecano et les siens ont encaissé neuf buts. Pourtant, lors des quatorze précédentes journées à domicile, les filets locaux n'avaient tremblé qu'à seize reprises. En début de saison, l'objectif du club était de goûter de nouveau aux joutes de la prestigieuse Ligue des Champions. Aujourd'hui, ce rêve est presque devenu utopique. Ajoutez cela à une élimination aux portes du dernier carré de l'Europa League et vous avez les ingrédients nécessaires pour mettre un club en crise. Depuis sa création en 2009, le RB Leipzig n'a cessé de gravir les échelons. En sept années, l'équipe allemande est passée du cinquième niveau national à la Bundesliga, championnat qu'elle côtoie maintenant depuis deux saisons. Force est de constater que le club n'avait, jusqu'ici, jamais connu pareille situation, et vit actuellement sa première crise sportive. Mais plus que cette spirale négative, c'est le comportement des joueurs qui inquiète : " Je n'avais encore jamais vu une telle attitude et des joueurs abdiquer de la sorte ", pestait Hasenhüttl, à l'issue de la claque reçue contre Hoffenheim. Et comme souvent, l'entraîneur pourrait faire les frais de ces mauvaises performances. Car outre-Rhin, on évoque déjà la rupture du contrat de Ralph Hasenhüttl une année avant son terme et le retour sur le banc de Ralf Rangnick, l'actuel directeur général du club. L'été risque d'être mouvementé à Leipzig.