Le vendredi 24 juin, le Standard organise son 4e Business Open golf. Un événement qui prend de l'ampleur au fil des ans : les people se pressent pour y participer et les partenaires commerciaux du club sont de plus en plus nombreux.
...

Le vendredi 24 juin, le Standard organise son 4e Business Open golf. Un événement qui prend de l'ampleur au fil des ans : les people se pressent pour y participer et les partenaires commerciaux du club sont de plus en plus nombreux. Frédéric Leidgens (Directeur commercial du Standard) : Car nous voulions créer un moment de rencontres amicales mais dans un autre contexte que le football. L'idée d'un tournoi de golf a vite émergé car beaucoup de nos partenaires y jouent. Lors de la première édition, nous avions six ou sept sponsors. Aujourd'hui, le nombre de partenaires est monté à 35 ! Je reste modeste en l'affirmant : nous sommes devenus un rendez-vous de référence. Quand j'envoie les invitations, tout est complet deux jours après ! Il y a 130 joueurs et environ 220 personnes lors de la soirée. Notre but n'est pas de faire rentrer de l'argent dans les caisses. L'inscription est d'environ 300 euros par personne. C'est une grosse somme mais elle nous permet juste de rentrer dans nos frais. Car tout est prévu pour le participant : déjeuner, cocktail, repas, vêtement,... Les retombées sont plus complexes. Nous rassemblons les directeurs leaders de leur domaine comme le patron de Bentley, etc. C'est le lieu de rencontres par excellence. Le Standard y trouve son compte en récupérant des sponsors supplémentaires. Michel Preud'homme a été invité. Il pourrait venir avec le vice-président de Twente. Nous accueillerons également Benjamin Deceuninck et l'humoriste Renaud Rutten. Dominique Monami est une habituée. Du côté des politiques, Jean-Michel Javaux devrait être là et Didier Reynders essaiera de se libérer. Pour moi, il n'y a pas photo : c'est Nicolas Colsaerts. Nous l'avons accueilli il y a quelques années. A cette époque, on sentait déjà qu'il disposait d'un énorme potentiel. Il était bourré de qualités et quasi imbattable. Imaginez que vous organisez une compétition automobile amicale et que vous comptez Michael Schumacher parmi vos pilotes. Avec Colsaerts, c'était un peu la même situation. Il a confirmé ses belles dispositions en devenant un des meilleurs golfeurs de la planète. Preud'homme ne se débrouille pas trop mal. Saive a des ressources de même que les frères Rochus. Il y a déjà participé mais il ne s'était pas déplacé l'année dernière et il ne viendra pas cette fois-ci. PAR SIMON BARZYCZAK