Ce n'est plus qu'une question de semaines. Bientôt, la relégation de Leicester sera mathématique. On peut difficilement espérer un autre sort quand, en 31 matches, on ne gagne que trois fois en n'inscrivant que 21 buts.
...

Ce n'est plus qu'une question de semaines. Bientôt, la relégation de Leicester sera mathématique. On peut difficilement espérer un autre sort quand, en 31 matches, on ne gagne que trois fois en n'inscrivant que 21 buts.Leicester City est de retour parmi l'élite depuis 1996. L'année dernière, il a tout essayé pour freiner sa chute libre: en septembre, il a limogé Peter Taylor au profit de l'expérimenté Dave Bassett, un des cinq managers à avoir dirigé plus de mille rencontres en Angleterre. Toute l'année, il a testé et engagé des joueurs avant de les recaser ailleurs. Rien n'y a fait. Gary Lineker, commentateur de la BBC et ancien chouchou de Filbert Street, a déclaré que Taylor avait effectué de mauvais choix en enrôlant des talents des divisions inférieures. Le club a changé son fusil d'épaule. Tim Flowers (vite remplacé par Ian Walker), Dennis Wise, Brian Deane et Laursen, l'ancien défenseur de Derby, devaient apporter leur expérience mais rien n'a marché. Surtout pas le transfert de Wise, qui a coûté deux millions d'euros alors qu'il a 35 ans. En 15 mois, Taylor a finalement claqué 35 millions d'euros. Il a transféré des noms, des internationaux aussi, comme le défenseur écossais Matt Elliott, le capitaine gallois Robbie Savage ou le stratège turc Muzzy Izzet, sans jamais obtenir de rendement. Izzet rêve d'ailleurs depuis octobre d'un transfert, sans l'obtenir. La relégation tombe d'autant plus mal que Leicester déménage dans un nouveau stade de 32.000 places. Après 111 ans, il fera ses adieux à Filbert Street et ses 22.000 places. L'événement aura lieu le 11 mai, à l'occasion du match contre Tottenham. Leicester a vendu ses installations pour cinq millions d'euros à un promoteur qui va construire des maisons. Le club a emprunté 42 millions d'euros à des Américains pour financer son nouveau domicile mais la relégation va diminuer ses revenus et il va devoir revoir son emprunt.Les dirigeants estiment la perte financière liée aux droits TV à 20 millions d'euros par saison. Or, ils ont bouclé le dernier exercice comptable avec une perte de dix millions d'euros. La situation est grave. (P. 't Kint)