La rumeur qui circulait s'est vérifiée, puisque le président de Genk, Jos Vaessen, a lui-même reconnu que GeorgesLeekens était l'un des deux candidats à la succession de SefVergoossen. Mais pour que la transaction se réalise, il faudrait que LongCouteau se libère. Or, il est toujours sous contrat à Mouscron jusqu'en juin 2006. " Une chose est sûre : je ne vais pas payer moi-même pour casser mon contrat ", affirme l'intéressé. Et si Jean- PierreDetremmerie, qui n'a pas pour habitude de retenir les gens contre leur gré, le libérait ? " Je ne cherche pas absolument à partir ", rétorque Georges Leekens. " A Mouscron, je suis à une demi-heure de chez moi et j'aime ce club. Mais je veux avoir les pleins pouvoirs en matière sportive. Que l'on engage quelqu'un pour travailler dans l'autre tribune, celle du business, d'accord. Que cette personne s'appelle RolandLouf, peu importe. Je n'ai rien contre l'homme en particulier. Mais le vestiaire, c'est mon affaire. Je pense avoir fait du bon travail. Il faut profiter de cette belle saison pour présenter un produit attrayant aux candidats sponsors et spectateurs ".

La priorité, pour l'Excelsior, devrait être l'engagement d'un bon directeur commercial, actif et efficace. Car dimanche, malgré l'importance de l'enjeu face à Westerlo, un concurrent direct pour les places européennes, le Canonnier était à moitié vide. " Quelle idée, aussi, de jouer le dimanche de Pâques, lorsque tout le monde est en villégiature à la mer et qu'il y a la concurrence de Paris-Roubaix ", regrette Georges Leekens. ".

Sacrifié sur l'autel de la tactique lors du déplacement à Anderlecht, Christophe Grégoire a bien réagi en livrant une bonne rencontre, dimanche passé, contre Westerlo. Le flanc gauche liégeois vit-il ses dernières semaines dans la Cité des Hurlus ? " Je me plais à Mouscron, mais si l'opportunité s'offre à moi d'évoluer dans un plus grand club, pourquoi devrais-je la laisser passer ? Pour l'instant, je n'ai encore discuté qu'avec le Standard. Et la proposition que j'ai reçue ne m'agréait pas ".

Mais il n'y a pas que le Standard qui se montre intéressé. Genk, où le président JosVaessen est décidé à frapper un grand coup sur le marché des transferts pour prouver aux abonnés que le club n'a rien perdu de ses ambitions, s'est aussi mis sur les rangs. (D. Devos)

D.Devos

La rumeur qui circulait s'est vérifiée, puisque le président de Genk, Jos Vaessen, a lui-même reconnu que GeorgesLeekens était l'un des deux candidats à la succession de SefVergoossen. Mais pour que la transaction se réalise, il faudrait que LongCouteau se libère. Or, il est toujours sous contrat à Mouscron jusqu'en juin 2006. " Une chose est sûre : je ne vais pas payer moi-même pour casser mon contrat ", affirme l'intéressé. Et si Jean- PierreDetremmerie, qui n'a pas pour habitude de retenir les gens contre leur gré, le libérait ? " Je ne cherche pas absolument à partir ", rétorque Georges Leekens. " A Mouscron, je suis à une demi-heure de chez moi et j'aime ce club. Mais je veux avoir les pleins pouvoirs en matière sportive. Que l'on engage quelqu'un pour travailler dans l'autre tribune, celle du business, d'accord. Que cette personne s'appelle RolandLouf, peu importe. Je n'ai rien contre l'homme en particulier. Mais le vestiaire, c'est mon affaire. Je pense avoir fait du bon travail. Il faut profiter de cette belle saison pour présenter un produit attrayant aux candidats sponsors et spectateurs ". La priorité, pour l'Excelsior, devrait être l'engagement d'un bon directeur commercial, actif et efficace. Car dimanche, malgré l'importance de l'enjeu face à Westerlo, un concurrent direct pour les places européennes, le Canonnier était à moitié vide. " Quelle idée, aussi, de jouer le dimanche de Pâques, lorsque tout le monde est en villégiature à la mer et qu'il y a la concurrence de Paris-Roubaix ", regrette Georges Leekens. ". Sacrifié sur l'autel de la tactique lors du déplacement à Anderlecht, Christophe Grégoire a bien réagi en livrant une bonne rencontre, dimanche passé, contre Westerlo. Le flanc gauche liégeois vit-il ses dernières semaines dans la Cité des Hurlus ? " Je me plais à Mouscron, mais si l'opportunité s'offre à moi d'évoluer dans un plus grand club, pourquoi devrais-je la laisser passer ? Pour l'instant, je n'ai encore discuté qu'avec le Standard. Et la proposition que j'ai reçue ne m'agréait pas ". Mais il n'y a pas que le Standard qui se montre intéressé. Genk, où le président JosVaessen est décidé à frapper un grand coup sur le marché des transferts pour prouver aux abonnés que le club n'a rien perdu de ses ambitions, s'est aussi mis sur les rangs. (D. Devos)D.Devos