Et le principal intéressé, qu'en pense-t-il ? " Je sors d'une saison très difficile ", reconnaît Christophe Grégoire. " Mais je m'empresse d'affirmer que ce n'était pas uniquement la faute de LorenzoStaelens. C'était d'abord ma faute à moi. Même si, parfois, notre ancien entraîneur ne m'a pas pris de la bonne manière, ni trouvé les bons mots pour me remettre sur les rails. La saison dernière, lorsque je ratais une passe, je voyais directement un joueur qui partait s'échauffer le long de la ligne de touc...

Et le principal intéressé, qu'en pense-t-il ? " Je sors d'une saison très difficile ", reconnaît Christophe Grégoire. " Mais je m'empresse d'affirmer que ce n'était pas uniquement la faute de LorenzoStaelens. C'était d'abord ma faute à moi. Même si, parfois, notre ancien entraîneur ne m'a pas pris de la bonne manière, ni trouvé les bons mots pour me remettre sur les rails. La saison dernière, lorsque je ratais une passe, je voyais directement un joueur qui partait s'échauffer le long de la ligne de touche. Automatiquement, je me disais que je n'allais plus rester au jeu très longtemps, et je me mettais à gamberger. GeorgesLeekens a mieux compris comment il fallait me prendre, comme Hugo Broos en son temps. En fait, je n'ai pas besoin d'être serré de près au niveau disciplinaire. Je n'ai jamais fait de grosses bêtises dans ma vie, et ce n'est pas maintenant que je suis devenu footballeur professionnel que je vais commencer à en faire. J'ai parfois besoin d'être un peu secoué, certes, mais j'ai surtout besoin de ressentir la confiance de l'entraîneur. J'accepte les critiques et j'essaye de corriger mes défauts. Je suis parfois trop gentil, je sais que je dois devenir plus dur avec moi-même comme sur le terrain, mais j'ai déjà beaucoup progressé dans ce domaine. A Mons, j'avais reçu un sérieux savon à la rentrée aux vestiaires. L'entraîneur m'avait reproché une perte de balle qui avait coûté le but égalisateur. Désormais, lorsqu'une telle situation se représentera, je dégagerai dans la tribune. C'est, je pense, le seul véritable mauvais match que j'ai livré cette saison. Avec une défense à trois, j'évoluais seul sur le côté gauche et je m'étais souvent retrouvé assis entre deux chaises face à la double occupation des flancs par les Montois. Je ne savais pas très bien comment me positionner, ni sur plan défensif, ni sur le plan offensif. Désormais, nous sommes repassés à une défense à quatre, et avec un joueur aussi solide que StephenLaybutt dans mon dos, je me sens beaucoup plus à l'aise. Je sais qu'il est là pour corriger mes erreurs éventuelles et j'évolue de façon plus libérée. Les positions sont mieux définies également : la saison dernière, il arrivait fréquemment que l'arrière gauche (que ce soit MarcoCasto ou Filston) et moi, nous nous retrouvions à la même hauteur sur le flanc gauche. Si je dois faire le bilan de ma période mouscronnoise, je dirai que je dois énormément à Hugo Broos. J'ai beaucoup appris avec lui et il m'a lancé en D1, ce que je ne pourrai jamais oublier. Mon expérience avec Georges Leekens est encore trop récente pour en tirer des conclusions. Mais, s'il m'aide à franchir un palier supplémentaire, peut-être devrais-je aussi le remercier plus tard ".