Le patron des sports se livre sur le retour de La tribune et clame : " Pauwels appartient au passé ".
...

Le patron des sports se livre sur le retour de La tribune et clame : " Pauwels appartient au passé ". Ce sont deux anciens joueurs du top qui ont une expérience médiatique. Khalilou a crevé l'écran lors du dernier Mondial et Bertrand ne nous a jamais déçus. L'un a joué en attaque, l'autre en défense. Ils confronteront leurs idées mais sans tomber dans l'excès. Car je suis fatigué de passer mon temps à éteindre des incendies. Il y a l'échauffement, la première mi-temps, la pause, la seconde mi-temps, les prolongations et la troisième mi-temps. Dans celle-ci, nous quittons le plateau pour rejoindre les invités dans un salon VIP et discuter de l'émission, de ce qu'ils n'ont pas dit, etc. En début d'émission, le chanteur Marka résume sous forme de chanson la journée de championnat. Durant l'échauffement, Benjamin Deceuninck reste en plateau pour un Buzz Ball, qui aborde les sujets forts de la semaine écoulée. La séquence sur les bénévoles est remplacée par un concours : un U12 doit accomplir un parcours technique en un minimum de temps. Lors des séquences gardiens et arbitrage, Benjamin va établir un classement des meilleurs et moins bons gardiens/arbitres. L'occasion de vérifier certains clichés : " Tout s'équilibre en fin de saison ", etc. Marc Wilmots viendra une fois par mois. Et Pad'r et Marcel Javaux sont toujours là. Je suis à l'aise par rapport à ça. Il y a eu une demande légitime de leur part pour apparaître sur notre plateau. Ils se sont rendu compte que la séquence de Belgacom n'avait plus sa place. C'était un peu excessif vis-à-vis de Marc Delire. Lui et VOO ont enflammé le débat. Pour ma part, même si je veux rester en harmonie avec VOO, je n'exclus pas de faire appel à Marc. Je veux garder ma liberté éditoriale et je ne tiens pas à rendre des comptes au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Oui. Je suis vite parti en vacances en Toscane et cela m'a aidé à prendre de la hauteur. Je me suis dit que cela allait pousser l'équipe à se ressouder et à avancer. Tout était clair dans sa tête depuis un petit temps. Stéphane appartient au passé. Je sais ce que j'ai mis en place pour lui. J'accepte son départ mais je regrette la manière avec laquelle il nous l'a annoncé. Certainement. PAR SIMON BARZYCZAK