Pourquoi a-t-on fait du duo Verbist-Leclercq une entité indissociable?
...

Pourquoi a-t-on fait du duo Verbist-Leclercq une entité indissociable?Daniel Leclercq: Dans la vie existent des coïncidences. L'une d'elle a voulu que nous arrivions ensemble au premier conseil d'administration. Pour le reste, remplissant son rôle de manager sportif, Jean-Claude me rendait des visites quotidiennes. Cette bonne coordination dans le travail ne m'empêche aucunement d'aller boire un café en compagnie du président! Quelles grandes leçons tirez-vous de la crise traversée actuellement par La Louvière?Il existe plein de petits problèmes à régler. Je sens le groupe perturbé par l'affaire. D'autant que derrière, d'autres soucis sont venus se greffer. Nous devons mieux nous charpenter et nous unir de manière à réellement progresser. Un entraîneur est un éducateur. Il se doit de tout donner sans rien attendre de personne. Pas de la reconnaissance. Moi, je respecterai ma parole. Jusqu'au bout.Est-il possible que le sauveur que vous étiez en juin soit subitement devenu un autre homme?Ah non! Je n'ai pas changé. Le sauvetage in extremis correspond à une envie partagée par tout le monde. Je dis bien tout le monde! Je n'aspire qu'à être heureux à La Louvière. S'il m'arrive d'asséner des vérités, pas toujours agréables à entendre, c'est dans le but d'avancer. Mon discours se veut plus positif aujourd'hui. Plus emprunt de diplomatie qu'il ne l'était à l'époque où il fallait vraiment parer à l'urgence du moment.Au sein du noyau, on vous reprochent de toujours faire allusion à la France et de parler en prophète, snobant notre petit pays. De vous montrer plus coulant à l'égard de vos compatriotes...Faux! S'il n'y avait que la France qui comptait, je ne serais pas là! Maintenant, ne trouvez-vous pas normal que les Loups tirent profit de mon expérience? Vous savez, des années durant, le football belge a été bien plus performant que le nôtre. Tendance indiscutablement inversée. Logique dès lors de s'appuyer sur une technique ayant fait ses preuves. Je préfère copier la réussite. Ceci n'empêche que je suis très bien à La Louvière. Très bien en Belgique. Puis, je vais vous dire, certains feraient mieux d'analyser leur comportement. Nous sommes en Wallonie. Quand des gars s'expriment dans le vestiaire en néerlandais, ils manquent de respect à l'égard de leurs équipiers qui ne comprennent pas ce qu'ils se disent. Arsène Wenger, tenant à éviter tous malentendus, interdit à ses compatriotes de communiquer en français dès qu'ils mettent les pieds à Arsenal. Cela, aussi, contribue à la convivialité d'une vie collective.D'où vient le conflit avec Benoît Thans?Benoît est perturbé. Sans doute par les problèmes extra-sportifs. Sûrement par ses blessures à répétition. Je ne nie rien. Surtout pas son apport à la série victorieuse de la saison dernière. J'attends qu'il redevienne l'animateur de groupe que j'ai apprécié. Le condamner, certainement pas. Analyser. Provoquer une réaction, ça, oui!Il affirme ne pas comprendre sa mise à l'écart.Pourtant nous en avons parlé. Et il a admis ne pas être prêt. Foncièrement. Honnêtement. Dès lors, et aussi parce qu'il était mal dans sa tête, il aurait été malhonnête, vis à vis de lui et du groupe de l'aligner contre le Lierse. Dès qu'il retrouve ses sensations, ce qui semble être le cas à l'entraînement, il rentre.Votre vision de l'avenir?En arrivant, j'ai senti de bonnes vibrations autour de La Louvière. Cela m'était confirmé lors de mes visites à Anderlecht, au Standard, ou ailleurs. Eddy Merckx m'a même affirmé être supporter des Loups à l'exception de deux joutes par an. Face au Sporting d'Anderlecht! Robert Waseige m'a fait part de sa sympathie, etc. L'image nette s'assombrit. Réagissons avant d'entamer une descente aux enfers. Soyons propres. Authentiques. Le sigle, RAAL, je le lis à ma manière. R veut dire rigueur. Sous-entendu, discipline, sobriété. A: abnégation, sacrifice de tout le monde. Don de soi. A: ambition, plaisir. Eventuellement exigence. L: loyauté. Présente au sein d'un ensemble formé avec des hommes vrais...