Quelle est la recette de Nancy pour occuper la tête du championnat de France, à égalité de points (mais avec un match de moins) avec l'ogre lyonnais ? Des renforts dans chaque ligne ? Un nouvel entraîneur ? Un budget énorme ? Rien de tout cela.
...

Quelle est la recette de Nancy pour occuper la tête du championnat de France, à égalité de points (mais avec un match de moins) avec l'ogre lyonnais ? Des renforts dans chaque ligne ? Un nouvel entraîneur ? Un budget énorme ? Rien de tout cela. En matière de recrutement, Nancy est le seul club de Ligue 1 à n'avoir acquis aucun joueur cet été. Certains craignaient cette donne mais la stabilité a montré toutes ses vertus. Avec un groupe inchangé que l'entraîneur Pablo Correa (en place depuis cinq ans) connaît parfaitement, les automatismes n'ont pas dû être travaillés. Nancy est coutumier des départs en fanfare. Cela permet au club d'atteindre son objectif de maintien le plus vite possible et de construire pour la saison suivante. Depuis sa remontée en 2005, le club n'a jamais été menacé même si les deuxièmes tours sont toujours plus pénibles. Nancy a fait confiance aux hommes en place, aidés par le retour de blessés de longue date (le gardien et leader Gennaro Bracigliano et Moncef Zerka) et un centre de formation réputé. Sur un effectif de 26 joueurs, 12 en proviennent. Le bon début de saison des Lorrains est avant tout dû à l'organisation sans failles mise en place par Correa. Le revers de la médaille ? Avec un seul attaquant, Nancy n'est pas vraiment réputé pour son jeu offensif. Mais la mentalité au sein du groupe est exceptionnelle. Celui qui fête son anniversaire doit par exemple faire venir un traiteur dans les vestiaires. " C'est vrai, je suis assez branché vedettes ", avoue le président Jacques Rousselot, " si leur notoriété peut donner un coup de projecteur sur le club. Aujourd'hui, je vois les choses autrement. Notre star, c'est le groupe ". Ce beau parcours a donné un nouvel élan au club. Le centre d'entraînement a été modernisé et un projet de rénovation du stade Marcel Picot est à l'étude. Le taux de remplissage du stade affiche un pourcentage de 91 %. Le président Rousselot envisage de porter la capacité du stade (actuellement de 20.000 places) à 27.000 sièges. éRIC POULAT, arbitre français, a répondu sèchement à l'entraîneur de Caen, Franck Dumas qui lui avait conseillé de prendre sa retraite : " Chaque année, les entraîneurs en difficulté s'en prennent à nous plutôt que de s'interroger sur leur recrutement ou leur management. Si M. Dumas veut prendre ma place, je n'y vois pas d'inconvénient (...). De mon côté, si je prenais la sienne, ça ne serait pas pire puisque Caen est déjà dernier ". BORDEAUX, Toulouse, Lorient, Lille, Sochaux et Strasbourg ont été éliminés en 1/16e de finale de Coupe de la Ligue. Seul Strasbourg est tombé face à un club de Ligue 2 (Amiens). SIMON POUPLIN, le gardien de Rennes, s'est déchiré un muscle au niveau de la hanche et sera absent un mois. Son remplaçant Patrice Luzi (ex-Mouscron et Charleroi) jouit d'une belle cote dans les médias hexagonaux. LUIGI PIERONI a marqué le but de la qualification pour Lens en Coupe de la Ligue (1-0). JEAN-MICHEL AULAS, le président de Lyon, a pris la défense de son entraîneur Alain Perrin qu'un journaliste avait surnommé PPH (passera pas l'hiver) : " Quand un journaliste se permet cela alors que nous sommes en tête, j'estime que c'est une faute professionnelle. " DAVID BELLION, l'attaquant de Bordeaux, a été élu joueur du mois d'août. STéPHANE VANDE VELDE